CVE-2013-2094 : Linux kernel perf_events local root

Magazine
Marque
MISC
Numéro
69
Mois de parution
septembre 2013
Domaines


Résumé

En avril dernier, [TRINITY], le fuzzer d'appel système Linux, met en évidence une mauvaise vérification des bornes d'une valeur numérique normalement non signée qui est considérée comme signée dans le système perf_events [PATCH]. Cette erreur permet l'obtention des privilèges root sur un système utilisant un noyau Linux dont la version est comprise entre 2.6.37 et 3.8.8 (incluses) ainsi qu'à partir de la version 2.6.32 pour les systèmes CentOS. Cet article a pour but de présenter l'exploitation de cette vulnérabilité sur les architectures x86, x86_64 et ARM.


1. Introduction

Le système perf_events a été implémenté dans le noyau Linux à partir de la version 2.6.31. Il permet de faire du profiling et repose sur les hardwares performance counters. Il s'agit de registres spéciaux présents sur les CPU modernes, qui ont pour but de surveiller et compter les événements hardware comme le nombre d'instructions exécutées, les branches mal prédites ou les échecs d’accès au cache, mais également les événements software comme les tracepoints ou les context-switch.

Étonnamment, il est activé par défaut sur de nombreuses distributions comme Ubuntu, CentOS, ou encore sur différents smartphones Android, bien qu'il ne soit pas nécessaire à la grande majorité des utilisateurs.

Afin de savoir si un système est compilé avec perf_events, il est possible de vérifier son fichier de configuration, ou la présence de symboles liés à perf_events :

# grep CONFIG_PERF_EVENTS /boot/config-`uname...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Zerologon pour les (mots de passe) nuls

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

ZeroLogon est LA vulnérabilité de septembre 2020 qui expose de nombreux domaines Windows à une compromission totale via un scénario d’exploitation réaliste et fiable. Mais ce qui donne à Zerologon ses lettres de noblesse c’est qu’elle repose essentiellement sur la mauvaise utilisation d’un algorithme cryptographique permettant de réaliser une attaque à clair choisi particulièrement astucieuse. Zoom sur la vulnérabilité la plus passionnante de la rentrée 2020 !

CVE-2020-3433 : élévation de privilèges sur le client VPN Cisco AnyConnect

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Cet article explique comment trois vulnérabilités supplémentaires ont été découvertes dans le client VPN Cisco AnyConnect pour Windows. Elles ont été trouvées suite au développement d’un exploit pour la CVE-2020-3153 (une élévation de privilèges, étudiée dans MISC n°111). Après un rappel du fonctionnement de ce logiciel, nous étudierons chacune de ces nouvelles vulnérabilités.

Return oriented programming 101

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Le Returned Oriented Programming (ou ROP) est une technique permettant d'exploiter des programmes disposant de la protection NX (No eXecute) ou DEP (Data Execution Prevention). L'objectif de cet article est de vous présenter les bases du ROP, ainsi que l’exploitation pas-à-pas d’un programme d’entraînement via l'utilisation de la bibliothèque python pwntools [1]. Dans un souci de simplicité, la démonstration sera réalisée sur un programme s'exécutant sur un système Linux 64 bits. Bien entendu, cette démonstration reste applicable sur d'autres architectures (ARM, MIPS, etc.).

Use-After-Free dans le noyau Linux

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Pièce logicielle qui a accompagné les deux dernières décennies, le noyau Linux est un système relativement complet qui dispose d’un allocateur de mémoire dynamique. Comme tous les logiciels classiques, le noyau est ainsi régulièrement sujet à des vulnérabilités de type Use-After-Free via cet allocateur.