Red October : les modules pour mobiles

Magazine
Marque
MISC
Numéro
68
|
Mois de parution
juillet 2013
|
Domaines


Résumé
En octobre 2012, l’équipe d’experts de Kaspersky Lab a mené une enquête à la suite d’une série d’attaques contre des réseaux informatiques ciblant des services diplomatiques internationaux. L’enquête a permis de mettre à jour et d’analyser un réseau de cyberespionnage à grande échelle. L’opération « Red October » aurait débuté en mai 2007 et se poursuivait encore en janvier 2013 lors de la publication de notre premier rapport.Le principal objectif des assaillants était de recueillir des renseignements auprès des organismes compromis. Les informations obtenues sur les réseaux infectés étaient souvent réutilisées pour s’introduire dans d’autres systèmes (liste d’identifiants collectés, etc.). Pour piloter le réseau des machines infectées, les auteurs des attaques ont créé plus de 60 noms de domaines et ont utilisé plusieurs serveurs hébergés dans différents pays, dont la majorité en Allemagne et en Russie.Outre les cibles traditionnelles (postes de travail), le système est capable de voler des données à partir d'appareils mobiles (iPhone, Nokia, Windows Mobile), d’équipements réseau d'entreprise (Cisco) et de disques amovibles (y compris les données déjà supprimées via une procédure de récupération).Cet article s’intéresse à la partie mobile de Red October.Avant de présenter les modules pour mobiles, nous allons voir comment ceux-ci sont installés sur la machine cible.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Sur le même sujet

Un œil technique sur les sanctions de la CNIL

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Près de trois quarts des sanctions prononcées par la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) ont parmi leurs causes des vulnérabilités techniques de sécurité. À partir de ce constat, et au prisme de notre expérience à la fois en cybersécurité technique et en protection des données à caractère personnel, nous avons analysé les sanctions de la CNIL publiées sur le site https://www.legifrance.gouv.fr/. Nous avons notamment établi une correspondance avec les catégories de vulnérabilités techniques identifiées dans la nomenclature du top 10 de l'OWASP 2017 (Open Web Application Security Project). Nous avons également étudié les fuites de données majeures survenues en Europe et dans le monde. Il en ressort que les vulnérabilités les plus communes sont liées à l’authentification, au contrôle d’accès et à la protection des données au repos et en transit.

De l’audit de code pendant un Red Team ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Pendant un Red Team, l’exhaustivité des découvertes est mise de côté pour privilégier l’efficacité en se concentrant sur l’identification des vulnérabilités à fort impact permettant de mettre rapidement un pied dans le système d’information ciblé.

Tomoyo, le contrôle d’accès facile

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
235
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Par un contrôle fin des accès aux fichiers, les logiciels de type Mandatory Access Control (MAC) permettent de lutter efficacement contre le piratage et le vol de données. Tomoyo-linux propose une alternative simple d’utilisation à SELinux.

KeeRest : mettez du DevOps dans votre KeePass

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Nous avions vu dans MISC n°103 comment déployer une base KeePass en mode SaaS ciblant les particuliers ou de petits périmètres professionnels. Dans un autre monde, les pratiques DevOps se démocratisent et demandent d’augmenter l’agilité des développements tout en réduisant les délais de mise en production. Cet article est le fruit d’une collaboration entre un DevOps et un ingénieur SSI pour voir de quelle manière il est possible de tirer profit de KeePass dans ces environnements.

JsItBad : détecter du JavaScript malveillant sans l’exécuter

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

C’est théoriquement impossible, et pourtant c’est faisable en pratique. En s’inspirant d’une technique d’apprentissage statistique (Machine Learning) habituellement réservée au traitement du langage naturel, il est possible de déterminer avec une très grande précision si un bout de code en JavaScript est malveillant. Ces résultats s’étendent naturellement à tout langage interprété, mais sont mis en défaut par l’arrivée du WebAssembly.

Par le même auteur

ZeuS x64 : à Tor et à cri

Magazine
Marque
MISC
Numéro
71
|
Mois de parution
janvier 2014
|
Domaines
Résumé
Comme de plus en plus d'utilisateurs passent aux plateformes Windows 64 bits, il en va de même pour les logiciels malveillants. Ceci est également vrai pour le malware bancaire ZeuS. Cette évolution n'était probablement pas nécessaire vu que la majorité des gens utilisent encore des navigateurs 32 bits même sous systèmes 64 bits et que la fonctionnalité principale de ZeuS consiste à modifier les sites bancaires localement par injection de code HTML/JAVASCRIPT.

Red October : les modules pour mobiles

Magazine
Marque
MISC
Numéro
68
|
Mois de parution
juillet 2013
|
Domaines
Résumé
En octobre 2012, l’équipe d’experts de Kaspersky Lab a mené une enquête à la suite d’une série d’attaques contre des réseaux informatiques ciblant des services diplomatiques internationaux. L’enquête a permis de mettre à jour et d’analyser un réseau de cyberespionnage à grande échelle. L’opération « Red October » aurait débuté en mai 2007 et se poursuivait encore en janvier 2013 lors de la publication de notre premier rapport.Le principal objectif des assaillants était de recueillir des renseignements auprès des organismes compromis. Les informations obtenues sur les réseaux infectés étaient souvent réutilisées pour s’introduire dans d’autres systèmes (liste d’identifiants collectés, etc.). Pour piloter le réseau des machines infectées, les auteurs des attaques ont créé plus de 60 noms de domaines et ont utilisé plusieurs serveurs hébergés dans différents pays, dont la majorité en Allemagne et en Russie.Outre les cibles traditionnelles (postes de travail), le système est capable de voler des données à partir d'appareils mobiles (iPhone, Nokia, Windows Mobile), d’équipements réseau d'entreprise (Cisco) et de disques amovibles (y compris les données déjà supprimées via une procédure de récupération).Cet article s’intéresse à la partie mobile de Red October.Avant de présenter les modules pour mobiles, nous allons voir comment ceux-ci sont installés sur la machine cible.

La menace fantôme

Magazine
Marque
MISC
Numéro
61
|
Mois de parution
mai 2012
|
Domaines
Résumé
Au début du mois de mars, nous avons reçu un rapport d'un chercheur indépendant sur des infections en masse d'ordinateurs d'entreprises, suite à la visite de sites (légitimes) d'actualités russes. Les symptômes étaient les mêmes dans chaque cas : apparition de requêtes vers des sites tiers et création de fichiers incompréhensibles (probablement) sur les machines.Le mécanisme d'infection utilisé par ce logiciel malveillant s'est avéré très difficile à identifier. Les sites utilisés pour propager l'infection étaient hébergés sur différentes plates-formes et avaient des architectures différentes. L'utilisation d'une faille commune était alors écartée. De plus, il était impossible de reproduire les infections.Toutefois, nous avons trouvé un point commun à tous ces sites d'actualités.

Analyse de Trojan.AndroidOS.Dogowar.a

Magazine
Marque
MISC
Numéro
58
|
Mois de parution
novembre 2011
|
Domaines
Résumé
Les menaces sur téléphones mobile sont en forte progression. Nous comptions trois nouvelles menaces par jour au mois de mars 2011. Nous en sommes à plus de dix par jour au mois de septembre 2011. Nous sommes encore loin des plus de 70 000 nouvelles menaces par jour que l'on retrouve sur PC, mais la croissance est rapide.La plateforme Android est la plus ciblée à l'heure actuelle. 28 % des malwares détectés ciblent Android. Le Java pour mobile (J2ME) reste en tête du classement (plus pour très longtemps) avec un peu plus de 50 % des menaces, alors que celles pour Symbian OS ne représentent plus que 13 % (statistiques basées sur le nombre de signatures du produit Kaspersky Mobile Security).La tendance montre clairement qu'Android est une plateforme de choix pour les criminels.Nous allons voir l'analyse d'une des nouvelles menaces pour Android. Cette fois, il ne s'agit pas de profit ni d'espionnage. « Trojan.AndroidOS.Dogowar.a » pourrait être comparé aux vieux malwares sur PC qui défendaient des causes. Nous allons voir cela en détail.

Les faux antivirus débarquent sur Mac OS X !

Magazine
Marque
MISC
Numéro
57
|
Mois de parution
septembre 2011
|
Domaines
Résumé
Les faux antivirus (Rogue AV) sont présents depuis de nombreuses années et tentent d'effrayer les utilisateurs en leur faisant croire que leurs machines sont infectées. Depuis mai 2011, ces menaces ont débarqué sur Mac OS X.Dans cet article, nous verrons le vecteur d'infection et l'analyse des algorithmes d'enregistrement des licences utilisés par ces produits factices.

Le retour de Gpcode

Magazine
Marque
MISC
Numéro
55
|
Mois de parution
mai 2011
|
Domaines
Résumé
25 mars 2011, alors que vous surfiez tranquillement sur Internet, le fond d'écran de votre Windows change et Notepad s'ouvre soudainement pour vous informer que tous vos fichiers personnels ont été chiffrés à l'aide de cryptographie forte (RSA 1024) et qu'il est impossible de les récupérer sans payer 125 dollars en carte pré-payée. Vous ne rêvez pas, vous êtes la victime du nouveau Gpcode.