CVE-2012-5611, Exploitation mémoire du SGBD MySQL

Magazine
Marque
MISC
Numéro
67
Mois de parution
mai 2013
Domaines


Résumé
Le 1er décembre 2012, un hacker allemand du nom de Kingcope fait de nouveau parler de lui en diffusant une série de vulnérabilités [DISCLO]sur le système de gestion de base de données MySQL. D'après Kingcope, ces vulnérabilités permettent potentiellement d'exécuter du code à distance, à condition de disposer d'un compte utilisateur non privilégié.

Body

1. Introduction

MySQL est le moteur de base de données open source le plus déployé[MARKET]. Son succès repose sur son accessibilité (gratuit et documenté), sa facilité de déploiement (multi-plateforme), sa flexibilité (petites ou grandes bases de données), et ses nombreuses fonctionnalités (richesse de l'API MySQL, sous-requêtes, procédures stockées, etc.).

Du point de vue de l'attaquant, MySQL est une cible bien connue pour plusieurs raisons :

- la popularité du produit dans les environnements web ;

- une API riche, qui facilite l'évasion des filtres sécurité lors des injections SQL ;

- une configuration souvent perfectible (ACL utilisateur, processus avec les droits administrateurs, etc.).

 Avec le rachat de MySQL par Oracle, certains développeurs ont décidé de créer MariaDB, un fork du projet MySQL. Une vulnérabilité sur MySQL aura de fortes chances d'être également présente sur MariaDB (et vice-versa).

2. Analyse du CVE-2012-5611

2.1. Lancement de la preuve de concept

L'analyse du CVE-2012-5611 démarre par la preuve de concept fournie par Kingcope. Puisque la vulnérabilité nécessite une authentification au serveur MySQL, l'attaquant doit disposer d'au moins un compte non privilégié sur le SGBD. Pour un développeur d'exploit, la première étape est de reproduire le bug :

my $dbh = DBI->connect("DBI:mysql:database=test;host=192.168.2.3;","user","secret", {'RaiseError' => 1});

$a ="A" x 100000;

my $sth = $dbh->prepare("grant file on $a.* to 'user'\@'%' identified by 'secret';");

Une analyse rapide permet de mettre en cause le nom de la base de données. Dans ce code, la commande GRANT attribue la permission FILE sur une longue chaîne représentant le nom de la base de données. Cette permission s'applique uniquement à l'utilisateur user, identifié par le mot de passe secret.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, cela déclenche le plantage immédiat du SGBD MySQL :

Program terminated with signal 11, Segmentation fault.

#0 0x41414141 in ?? ()

Dans le cas d'un binaire compilé avec le SSP (Stack Smashing Protector), le débordement de tampon est détecté :

   **** stack smashing detected ****

La recompilation en mode debug et l'approche « pas à pas » permettent d'incriminer la fonction acl_get :

gdb$ bt
#0 0x08260b1c acl_get (host=0x0, ip=0x892aff0 “192.168.130.1”, user=0x8940d58
“test_mysql”, db=0x895e808 ‘a’<repeats 200 times>..., db_is_pattern=0x1)
at sql_acl.cc:1194
#1 0x081d7301 in check_access (thd=0x89277d0, want_access=0x1e73c3f,
db=0x895e808 ‘a’ <repeats 200 times>..., save_priv=0xb4f6d3dc, dont_check_
global_grants=0x1, no_errors=0x0, schema_db=0x0) at sql_parse.cc:5756
#2 0x081d3ab2 in mysql_execute_command (thd=0x89277d0) at sql_parse.cc:4441

#3 0x081d87e7 in mysql_parse (thd=0x89277d0, rawbuf=0x895b7d8 “grant ALL on “,
‘a’ <repeats 187 times>..., length=0x1b90, found_semicolon=0xb4f6e198) at
sql_parse.cc:6497
#4 0x081cd4db in dispatch_command (command=COM_QUERY, thd=0x89277d0,
packet=0x89577a9 “grant ALL on “, ‘a’ <repeats 187 times>..., packet_
length=0x1b91) at sql_parse.cc:1989
#5 0x081ccabd in do_command (thd=0x89277d0) at sql_parse.cc:1657
#6 0x081cbdaa in handle_one_connection (arg=0x89277d0) at sql_parse.cc:1242
#7 0xb7f9396e in start_thread () from /lib/tls/i686/cmov/libpthread.so.0
#8 0xb7d7ca4e in clone () from /lib/tls/i686/cmov/libc.so.6

Dans cette backtrace, nous pouvons identifier la fonction clone qui est appelée à chaque nouvelle connexion d'un client. Cette routine crée un nouveau thread dont le pointeur d'instruction est initialisé à l'adresse spécifiée en paramètre. Contrairement à un fork, plusieurs parties de la mémoire sont partagées avec le parent, cependant il dispose de son propre contexte d'exécution et de sa propre pile. Les fonctions handle_one_connection et do_command vont initialiser des paramètres globaux et analyser les informations transmises par le client. À cette étape, ces fonctions traitent les données liées au protocole d'échange MySQL (envoyées de manière transparente par le client MySQL).

La fonction dispatch_command se chargera d'appeler la bonne routine en fonction de la commande envoyée par le client. L'analyse syntaxique de la requête démarre à partir de la fonction mysql_parse. Tout comme dispatch_command, la fonction mysql_execute_command se charge d'appeler le composant principal de la requête (ici GRANT, une commande affiliée à la gestion des comptes de MySQL).

Enfin, avant d'arriver dans notre fonction vulnérable, la fonction check_access est sollicitée pour vérifier la légitimité de l'utilisateur qui appelle la commande GRANT (système d'ACL).

L'analyse et le traçage du flux d’exécution nous permettent de mieux cerner le contexte d'exécution dans lequel se trouve MySQL au moment d'atteindre la fonction vulnérable acl_get.

À ce stade, nous constatons un premier problème qui pourrait être gênant pour réaliser une exécution de code arbitraire. Lorsque nous inspectons notre nom de base de données, il se compose uniquement de caractères alphanumériques. Tous les autres caractères déclenchent une erreur de syntaxe. Nous en prenons bonne note et reviendrons dessus plus tard.

2.2. Analyse de la fonction vulnérable

Le fichier sql_acl.cc contient la fonction acl_getqui semble être au cœur de la vulnérabilité. Cette fonction démarre par le code suivant :

ulong acl_get(const char *host, const char *ip,

const char *user, const char *db, my_bool db_is_pattern)

{

  ulong host_access= ~(ulong)0, db_access= 0;

  uint i,key_length;

char key[ACL_KEY_LENGTH],*tmp_db,*end;

  acl_entry * entry;

  DBUG_ENTER("acl_get");

  VOID(pthread_mutex_lock(&acl_cache->lock));

  end=strmov((tmp_db=strmov(strmov(key, ip ? ip : "")+1,user)+1),db) ;

[...]

Ce code (dont vous remarquerez le peu d’esthétisme) déclare des variables locales, puis imbrique plusieurs appels à la directive strmov. Pour plus de brièveté, les développeurs ont jugé bon d'utiliser une condition ternaire.

La macro strmovest déclarée de la manière suivante :

   #define strmov(A,B) stpcpy((A),(B))

Après analyse, le code peut être représenté par les lignes suivantes :

p_key = strcpy(key, ip ? ip : "”);

   p_db = strcpy(p_key + 1, user);

   p_end = strcpy(p_db + 1, db);

Le code crée une clé de cache pour optimiser l'appel à cette fonction. La clé est la concaténation de l’adresse IP, du nom d'utilisateur, et du nom de la base de données.

La taille du tampon est définie par ACL_KEY_LENGTH:

#define ACL_KEY_LENGTH (IP_ADDR_STRLEN+1+NAME_LEN+1+USERNAME_LENGTH+1)

   #define IP_ADDR_STRLEN (3+1+3+1+3+1+3)

   [...]

   #define NAME_LEN        64              /* Field/table name length */

#define USERNAME_LENGTH 16

Une allocation de 98 octets est réalisée sur la pile pour le tampon de destination nommé key. Aucune vérification n'est réalisée sur la taille de la source, et la stack-framede la fonction acl_get peut être réécrite, ce qui impacterait le flux d'exécution du programme.

À ce stade, nous pouvons tirer plusieurs observations :

- La vulnérabilité nécessite un compte utilisateur (non privilégié).

- Le nom de la base de données doit a priori être composé uniquement de caractères alphanumériques.

- La fonction acl_getréalise des appels à des sous-fonctions qui pourraient perturber le flux d'exécution après réécriture de lastack-frame.

- Certaines distributions (par exemple Ubuntu) compilent le projet MySQL avec SSP (Stack Smashing Protector), ce qui stoppe l'exécution du programme lors de la sortie de la fonction acl_get en cas de débordement de tampon.

En disposant de ces informations, nous pouvons faire planter le processus MySQL en spécifiant une chaîne d'environ 128 octets. Cette valeur varie en fonction de la version et des paramètres de compilation utilisés. Cependant, l'attaquant dispose d'un compte, il peut donc identifier la version de MySQL utilisée afin de fiabiliser son exploit :

mysql> SELECT @@version,@@version_comment,@@version_compile_machine,@@version_compile_os;

+----------------------------------+------------------------------+-----------------------------------------+-------------------------------+

| @@version | @@version_comment | @@version_compile_machine|@@version_compile_os |

+----------------------------------+------------------------------+-----------------------------------------+-------------------------------+

| 5.5.29-0ubuntu0.12.10.1 | (Ubuntu) | x86_64 | debian-linux-gnu |

+----------------------------------+------------------------------+-----------------------------------------+-------------------------------+

Il est également possible de récupérer le contenu de la variable @@version via le Server Greeting émis par le service MySQL lors de la réception d'une connexion d'un client.

2.3. Exploitation

2.3.1. Contournement du jeu de caractères via UTF-8

Comme indiqué dans la documentation de MySQL [IDENTIFIER], le nom des objets tels qu'une base de données, une table ou une colonne, est nommé « identifiant ». En interne, un identifiant est représenté par une chaîne Unicode encodée en UTF-8 et celui-ci est soumis à des restrictions particulières. Le tableau suivant illustre ces restrictions :

mysql_identifiers_range

Figure 1 : Caractères autorisés dans les identifiants

Les identifiants utilisent donc uniquement le jeu de caractères Unicode encodé par UTF-8 qui se traduit grossièrement par le schéma suivant :

encodage_utf8

Figure 2 : Schéma d'encodage

L'encodage UTF-8 [UTF8]peut être simplifié en deux parties :

- l'encodage de caractères sur un octet (table US-ASCII, U+0000->U+007F) ;

- l'encodage de caractères sur plusieurs octets (nommé multi-bytes sequence).

Chaque encodage UTF-8 transpose un simple caractère en un ou plusieurs octets. L'encodage UTF-8 d'un seul symbole peut atteindre jusqu'à six octets (séquence multi-octets). Néanmoins, un caractère d'identifiant doit être dans l'espace U+0001 jusque U+10000. Ce qui signifie que l'encodage UTF-8 de MySQL est d'au moins un octet et peut atteindre au maximum trois octets.

Pour tirer profit de l'encodage, il est nécessaire de modifier les outils de ROP pour inclure des conditions sur les gadgets trouvés. Pour valider l'adresse d'un gadget vis-à-vis de l'encodage UTF-8, il est possible d'intégrer un vérificateur dans le générateur ROP.

Voici deux exemples de règle :

- Si chaque octet de l'adresse est plus petit que 0x80, l'adresse est valide.

- Si les octets LSB (Least Significant Byte) de l'adresse sont plus grands que 0x80 et identiques aux octets LSB d'une séquence multi-octets, alors ils peuvent servir à construire une adresse valide.

encodage_utf8_exemple

Figure 3 : Exemples d'adresses ROP valides en UTF-8

Il est donc possible de créer une table de correspondance UTF-8, de l'intégrer dans un générateur ROP et d'appliquer les règles pour vérifier la validité de l'adresse d'un gadget.

2.3.2. Contournement SSP via le TCB

Deux notions s'opposent lorsqu'il s'agit de traiter des ressources systèmes. Le Forking Model(utilisé par exemple par VSFTPd ou Apache2-prefork) et le Threading Model(utilisé par exemple par MySQL ou Apache2-threaded). MySQL utilise un système de thread pour gérer ses clients, cela au travers de la bibliothèque pthread qui s'appuie sur l'appel système clone.

Plusieurs dénominations existent pour l'acronyme TCB dans la gestion des processus. Il définit ici le Thread Control Block [TCB], une structure créée à chaque nouveau thread, et dont voici les champs les plus importants :

- Un pointeur vers le Dynamic Thread Vector(structure pointant vers les blocs TLS (Thread Local Storage) des Dynamic Shared Objects).

- Un pointeur nommé sysinfo qui pointe vers les routines noyau exportées dans la section VDSO. Celle-ci contient l'instruction sysenter.

   0xb7fe2420 <__kernel_vsyscall>: push   ecx

   0xb7fe2421 <__kernel_vsyscall+1>: push   edx

   0xb7fe2422 <__kernel_vsyscall+2>: push   ebp

   0xb7fe2423 <__kernel_vsyscall+3>: mov    ebp,esp

0xb7fe2425 <__kernel_vsyscall+5>:sysenter

- Le cookie SSP (nommé stack_guard) comparé lors de l’épilogue à celui sauvegardé dans la pile (après le savedebp) durant le prologue.

Par défaut, le TCB est dans une zone mémoire mmaped bien distincte (en lecture-écriture et non contiguë à la pile principale). Néanmoins, les nouveaux threads sont créés dans une région mmaped dédiée aux clients contenant à la fois le TCB et les variables locales de toutes les fonctions du backtrace précédent.

Lorsqu'un client se connecte (fonction run_server_loop du fichier tools/mysql_manager.c), le serveur MySQL lui attribue un nouveau thread qui continuera l’exécution dans la fonction process_connection:

pthread_create(&th,&thr_attr,process_connection,(void*)thd)

À cette occasion, une nouvelle pile mémoire dédiée au thread est créée. Pour accéder au TCB du thread courant, le code userland utilise le sélecteur gs.

Pour contourner le SSP, nous allons réécrire le pointeur sysinfo utilisé par toutes les fonctions. Puisque le SSP lui-même fera appel à printf pour afficher son message d'erreur, nous contrôlerons le flux d'exécution (cet article [TCBLOCAL]a également présenté l'astuce sur un binaire en local).

Rappel du fonctionnement de la PLT/GOT et du handler VSYSCALL

La Figure 4 présente le déroulement de l'appel de la fonction printf:

1. La fonction my_func contient un appel à la fonction printf.

2. La Procedure Linkage Table (PLT) va préparer l'appel à printfen cherchant son adresse dans la Global Offset Table (GOT).

3. Si l'adresse de printf n'est pas initialisée dans la GOT (lazy binding), alors la fonction dl_runtime_resolve de la bibliothèque « ld » (le loader) est sollicitée.

4. Le loader résout l'appel et l'inscrit dans l'entrée printf de la GOT. Les étapes 3 et 4 ne seront plus réalisées lors des prochains appels à printf.

5. La fonction printf est appelée.

6. Chaque appel système provenant d'une fonction de la libc est réalisé par les étapes suivantes :

- préparation des registres (numéro du syscall dans eax) ;

- appel du handlerVSYSCALL à l'aide de gs ; call DWORD PTR gs:0x10 (l'offset 0x10 correspond au champ sysinfo).

7. Le code exécute l'instruction x86 sysenter qui sera traitée par le noyau.

userland

Figure 4 : Rappel du fonctionnement de la PLT/GOT et du handler VSYSCALL

2.3.3. Contournement ASLR via les zones non aléatoires

Pour contourner les zones touchées par l'ASLR (l'ensemble des bibliothèques est soumis à l'aléa), nous profitons des zones mémoire non impactées, .text et .data, du binaire.

En effet, le projet n'a pas été compilé avec les paramètres -fpie -fPIE, de ce fait il est possible de retomber dans des gadgets de la section contenant le code exécutable. À ce titre, l'élaboration de la table d'adresses ROP se fera sur les critères suivants :

- Lorsque nous contrôlons le flux d'exécution, quels registres maîtrisons-nous ?

- Possédons-nous des gadgets pour lire, écrire et exécuter des adresses mémoire ?

- Devons-nous adapter les registres avant l'usage de ces gadgets ?

- Devons-nous faire usage de gadgets temporaires (cas pratique de l'utilisation de xchg, mov, etc.) ?

- Quelle est la fiabilité de ces gadgets ? Sont-ils soumis à l'ASLR ?

2.3.4. Contournement du bit NX via un ROP-Mprotect

L'approche classique pour contourner le bit NX (pour « No eXecute ») est de réaliser un ret2libc [RET2LIBC] vers des fonctions utiles (system, execve, mprotect, le couple mmap/read, etc.). Cette technique requiert un ajustement minutieux des arguments sur la pile qui ne peut pas être appliquée ici.

Il est également possible de réécrire une entrée de la GOT[GOTCTF] et de déclencher la fonctionnalité adéquate du programme (contenant des paramètres que l'on maîtrise). Cependant, l'aléa de la libc, ou une éventuelle option de compilation (full-relrorègle la GOT en lecture seule), ne nous le permettra pas.

Une technique d'exploitation a été présentée en 2009 [GOTDEREF] : le GOT-Dereferencing. Puisque la GOT est située dans la section .data qui n'est pas soumise à l'aléa, il suffit de trouver des gadgets pour extraire un pointeur de fonction de la libc déjà appelé, de calculer la distance vers la fonction recherchée, et enfin de sauter dessus (regarder pour cela l'exploit Wireshark [IPV]). De même, en fonction des versions de GCC et de la libc, d'autres approches peuvent être envisagées (réécriture de certains pointeurs sensibles : .dynamic [DYN], .dtors [DTORS], etc.).

Dans notre cas, nous utiliserons l'appel système sys_mprotectaprès avoir réalisé un ET logique sur une adresse de la pile.

Dans la version Red Hat (sans SSP), nous pouvons extraire le sysinfo dans un registre pour l'utiliser comme passerelle vers sysenter.

Dans la version Ubuntu, MySQL met aimablement l'instruction sysenterà disposition dans la section .text. Il suffit donc de mettre un pivot vers notreROP-chain dans le sysinfo, et de déclencher l'appel à la routine _stack_check_faildeSSP [EXPLOIT].

2.4. Autres voies d'exploitation ?

L'exemple du format string dans sudo (CVE-2012-0809), publié début 2012, est assez parlant. Certaines personnes ont fait preuve d'entrain pour son exploitation (exemple de l’excellent article de longld [LONGLD]), même après les améliorations de plusieurs fonctionnalités de grsecurityqui se sont avérées être inutiles (pauvre Brad...). Ce qu'il ne faut pas négliger, c'est que l'exploitation d'une vulnérabilité peut être facilitée si des structures de données sensibles sont présentes dans la mémoire. sudo en est l'exemple (astuce non présente dans l'article de longld) ;).

Dans le cas de MySQL, il peut être intéressant d'investiguer la réécriture de valeurs sensibles dans la pile qui permettrait d'obtenir les droits administrateur ou la permission FILE du SGBD. En enchaînant avec la fonctionnalité d'UDF (User-Defined Function), un attaquant arrivera au même résultat : l'obtention d'un shell.

Conclusion

L'analyse du CVE-2012-5611 a permis de découvrir et mettre en pratique des techniques atypiques. En adaptant la recherche de gadget, il a été possible de contourner la restriction des caractères afin de placer notre charge utile en mémoire. De même, le modèle de Threadingnous a fait découvrir une nouvelle technique d'exploitation pour outrepasser SSP. De nos jours, de nombreuses protections userland sur Linux sont présentes, mais malgré cela, cette vulnérabilité nous montre que le développeur d'exploit a encore une chance d'arriver à ses fins.

Références

[DISCLO] http://seclists.org/fulldisclosure/2012/Dec/4

[MARKET] https://www.mysql.com/why-mysql/marketshare/

[IDENTIFIER] http://dev.mysql.com/doc/refman/5.0/en/identifiers.html

[UTF-8] https://en.wikipedia.org/wiki/UTF-8#Description

[TCB] http://dev.gentoo.org/~dberkholz/articles/toolchain/tls.pdf

[TCBLOCAL] http://bases-hacking.org/tcb-overwrite.html

[RET2LIBC] http://www.phrack.org/issues.html?issue=58&id=4

[GOTCTF] http://leetmore.ctf.su/wp/codegate-2012-quals-vuln500-write-up/

[GOTDEREF] http://security.dsi.unimi.it/~roberto/pubs/acsac09.pdf

[IPV] http://blog.ring0.me/2012/01/wireshark-14x-145-cve-2011-1591.html

[DYN] http://leetmore.ctf.su/wp/ifsf-ctf-2012-9-x97/

[DTORS] http://synnergy.net/downloads/papers/dtors.txt

[LONGLD] http://www.vnsecurity.net/2012/02/exploiting-sudo-format-string-vunerability/

[EXPLOIT] http://ring0.me/exploits/mysql-bof_CVE-2012-5611/mysql-bof_CVE_2012_5611.py

Remerciements

Je tiens à remercier l'équipe Synacktiv et André Moulu pour leur relecture.




Articles qui pourraient vous intéresser...

Sécurité réseau dans un cluster Kubernetes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

En introduisant le concept de micro-services, Kubernetes lance un nouveau défi aux solutions d’isolation et de filtrage réseau : comment gérer les droits d’accès réseau dans une infrastructure en constante mutation et dans laquelle une machine n’a plus un rôle prédéterminé ?

Introduction au dossier : Sécurité de l’orchestrateur Kubernetes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Ce dossier s’intéresse à un système de plus en plus déployé aujourd’hui, à savoir l’orchestrateur Kubernetes. Au-delà de l’effet de mode évident dans son adoption actuelle, l’intérêt croissant pour ce projet nous amène forcément à nous poser une question essentielle : qu’en est-il de sa sécurité ? Devenu un standard de facto pour l’orchestration de conteneurs, Kubernetes, qui signifie gouvernail en grec, présente une architecture complexe et les possibilités de se tromper avec des conséquences importantes pour la sécurité d’un cluster sont nombreuses.

Introduction au dossier : Sécurisez vos serveurs et votre réseau local

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

2020 aura été une année marquante pour nos vies et nos sociétés. Il aura fallu se réinventer, trouver des solutions à des situations exceptionnelles. Dans les entreprises, l'Éducation ou la Santé, la mobilisation des ressources informatiques aura été maximale. Nos infrastructures auront ployé, tangué, parfois presque craqué, mais au final, cela aura tenu.

Passez à nftables, le « nouveau » firewall de Linux

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Le firewall est un élément important pour sécuriser un réseau. Il est prouvé que la sécurité par l’obscurantisme ne fonctionne pas. Ce n’est donc pas une bonne idée d’utiliser une boîte noire en priant pour que tout se passe bien. Un bon firewall est donc installé sur un système d’exploitation libre. Linux fait évoluer le sien d’iptables vers nftables. Nous montrons dans cet article comment débuter avec la nouvelle mouture.