Analyse d'un keylogger

Magazine
Marque
MISC
Numéro
65
Mois de parution
janvier 2013
Domaines


Résumé

Les keyloggers sont très intéressants pour des attaquants, ou des conjoints peu confiants. Ils permettaient à l'origine de sauvegarder tout ce que l'utilisateur saisissait sur son clavier ; de nos jours, ils sont beaucoup plus complets et permettent par exemple de faire des captures d'écran. Ces informations peuvent aller du mot de passe à l'écriture de documents complets. Les keyloggers utilisent des techniques particulières pour rester le plus discret possible et ne pas être repérés. Dans cet article, nous allons analyser le fonctionnement de Powered Keylogger développé par la société Eltima Software.


1. Présentation

1.1. Powered keylogger

Pour tous les tests et travaux présentés dans cet article, il est préférable d'utiliser une machine virtuelle afin de ne pas infecter notre machine de travail. Dans notre cas, nous utiliserons VirtualBox. Le mode de fonctionnement de Powered keylogger est assez simple. Lors de l'exécution du binaire d'installation, un mot de passe est demandé à l'utilisateur après quoi le produit s'installe sans rien demander d'autre. Dès lors que le mot de passe est saisi sur la machine infectée (peu importe où), l'interface d'administration s'exécute et s'affiche à l'utilisateur :

admin

Cet outil permet d'enregistrer :

- les frappes clavier ;

- les clics de souris ;

- les mots de passe ;

- l'activité web ;

- l'activité e-mail ;

- des captures d'écran ;

- le temps d'inactivité ;

- l'historique des applications.

Toutes ces données peuvent être stockées en local sur la machine ou alors envoyées par email...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

JsItBad : détecter du JavaScript malveillant sans l’exécuter

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
Mois de parution
mars 2020
Domaines
Résumé

C’est théoriquement impossible, et pourtant c’est faisable en pratique. En s’inspirant d’une technique d’apprentissage statistique (Machine Learning) habituellement réservée au traitement du langage naturel, il est possible de déterminer avec une très grande précision si un bout de code en JavaScript est malveillant. Ces résultats s’étendent naturellement à tout langage interprété, mais sont mis en défaut par l’arrivée du WebAssembly.

Utilisation de services en ligne légitimes par les malwares

Magazine
Marque
MISC
Numéro
107
Mois de parution
janvier 2020
Domaines
Résumé

Les fraudes sur Internet, qu’elles suivent une motivation financière ou autre, nécessitent généralement de l’ingénierie sociale, ou l’utilisation de malwares. Ces derniers sont plus ou moins furtifs au niveau de leur comportement sur le poste de travail infecté, mais aussi lors de leurs communications sur le réseau avec leur contrôleur, ou serveur de « command and control » (C2). Voulant rendre leur trafic moins détectable, certains cybercriminels ont misé sur l’utilisation de plateformes et services légitimes en ligne. Bien que cette méthode ne soit pas nouvelle en soi, elle tend à être de plus en plus utilisée depuis quelques années.

Introduction au dossier : Ransomwares : état de la menace

Magazine
Marque
MISC
Numéro
107
Mois de parution
janvier 2020
Domaines
Résumé

Il ne se passe plus un mois sans qu’un ransomware ne touche une entreprise ou administration publique et que cette dernière se retrouve dans une situation délicate, au point que cela atterrisse invariablement dans les colonnes de nos quotidiens (oui bon, dans les bandeaux des chaînes d’information continue). On pourrait simplement dire que l’histoire se répète, qu’il s’agit d’un énième malware qui touche des infrastructures qui ne sont pas à jour, mal configurées, et que tout cela était inéluctable.