Mécanismes de sécurité du noyau Linux

Magazine
Marque
MISC
Numéro
62
Mois de parution
juillet 2012
Domaines


Résumé
Dans cet article, nous présentons différents mécanismes mis en œuvre dans le noyau Linux pour assurer d'une part la protection de l'espace utilisateur, et d'autre part sa propre protection.

1. Un problème de confiance

1.1. De l'insuffisance d'une chaîne de confiance

La mise en œuvre d'une chaîne de confiance telle que décrite par le Trusted Computing Group [1] (et qui se fonde sur un composant matériel appelé TPM, pour Trusted Platform Module, cf. Fig. 1) n'est pas suffisante à l'obtention d'un système avec un haut niveau de sécurité. En effet, des vulnérabilités peuvent être introduites (sciemment, par négligence, ou encore par maladresse) dans les différents composants logiciels et matériels, ou encore lors de l'intégration de ces composants. N'étant pas toujours pensés pour fonctionner ensemble, l'interaction entre ces composants peut révéler des vulnérabilités, et d'autant plus lorsque des composants legacy sont présents, lesquels introduisent un niveau de complexité supplémentaire qui rend difficile la définition d'une architecture maîtrisable. Et c'est bien là le problème : l'absence de maîtrise qui rend impossible la confiance...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Sûreté mémoire : le temps des cerises

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

L’étude et la compréhension des buffer overflow datent de 1972, et leurs premiers usages documentés de 1988 [1]. Près de 50 ans plus tard, où en sommes-nous ? Il nous faut bien admettre que la situation est déprimante : Microsoft et Google reconnaissent chacun ([2], [3]) que près de 2/3 des attaques utilisent à un moment ou un autre une vulnérabilité mémoire. Le ver Morris, qui n’était au départ qu’une preuve de concept, avait quand même coûté la bagatelle de quelques millions de dollars à l’époque… Aujourd’hui, les coûts sont abyssaux : sur le plan financier bien sûr, mais aussi pour nos vies privées, voire nos vies tout court. Face à ce problème, de nombreuses approches sont possibles : analyse statique du code, instrumentation et vérification à l’exécution, langages « sûrs »… Je vous propose d’explorer dans cet article un vieux concept remis au goût du jour, les capabilities, et tout ce qu’elles pourraient nous permettre de faire.

Jenkins, Docker et Kubernetes pour déployer en CI/CD

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
123
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

La mise en place d'un processus d'intégration continue et de déploiement continu nécessite une réflexion sérieuse avant de la concrétiser dans la vraie vie d'une organisation. La diversité des méthodes agiles, la panoplie des outils DevOps disponible sur le marché et le choix de l'infrastructure sous-jacente pour créer vos projets nécessitent de prendre du recul avant de se lancer. Découvrez dans cet article comment créer un CI/CD.

Les taxonomies se cachent pour ne pas mourir

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

« Attention, nouveau virus ! » Nombreux sont les articles à nous alerter régulièrement, par cette métonymie, sur l’émergence d’un nouveau malware. Pourtant, le terme de virus a-t-il encore un sens aujourd’hui ? Wannacry était-il un ver, ou un ransomware ? NotPetya, un wiper, ou bien un ver ? Et plus encore, au-delà de l’utilisation de termes et expressions se pose la question de la nécessaire catégorisation des incidents de cybersécurité ; pourquoi, comment, à quelles fins ? Essai (critique) de réponse.