Dimension cybernétique du conflit libyen de 2011

Magazine
Marque
MISC
Numéro
60
Mois de parution
mars 2012
Domaines


Résumé
Au milieu du mois de février 2011 éclatent en Libye des manifestations qui dégénèrent rapidement en révolte. En Tunisie et en Égypte, les deux pays voisins, les populations se sont soulevées et ont chassé leurs dirigeants. Le cyberespace a, dit-on, joué un rôle majeur dans le succès des révoltes populaires : on parle des révolutions Facebook. Mais le contexte libyen est différent : la population est moins « connectée » qu’en Tunisie ou en Égypte (§I) ; le régime est décidé à tenir sa place, les rebelles à combattre, la violence qui se déchaîne transforme la révolte en guerre civile ; la communauté internationale intervient ; les armes parlent. Le cyberespace n’en demeure pas moins central dans le conflit (§II), devenant un lieu d’affrontement et un objet de lutte entre partisans et adversaires du régime du colonel Kadhafi. L’après-Kadhafi sera le temps des bilans, mais aussi des révélations (§III).

1. Le cyberespace libyen

1.1 Historique

L’image que l’on a de la Libye n’est pas celle d’un pays high-tech, mais plutôt d’un pays riche (en raison de son pétrole), en conflit avec l’Occident. La Libye de Kadhafi avait des ambitions nucléaires (en 1981, les USA obtinrent la preuve que la Libye cherchait à acquérir de l’uranium enrichi pour construire l’arme nucléaire) ; elle était un État terroriste (attentat à la bombe contre une discothèque à Berlin le 5 avril 1986 ; attentat de la Pan Am sur Lockerbie (Écosse) le 21 décembre 1988 ; attentat contre le DC-10 d’UTA au-dessus du désert du Ténéré (Niger) le 19 septembre 1989). Elle était gouvernée par un régime dont les valeurs s’opposaient à celles des démocraties occidentales (violation des droits de l’homme ; autoritarisme militaire violent). La Libye fut considérée par l’administration américaine comme un État voyou (« rogue state ») - au même titre que la Corée du Nord, Cuba,...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Migrez de iptables vers nftables

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Il y a cinq ans, je lisais un premier article sur nftables [1] : l’outil semblait intéressant, mais il n’était pas disponible sur ma machine. En 2019, une distribution majeure, Debian, a basculé sur nftables avec sa version 10 (Buster) [2] : il est donc temps de voir comment migrer du vénérable pare-feu iptables vers son successeur.

Cas pratique sur la sécurisation d'un cluster Kubernetes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Cet article présente trois exemples de problèmes de sécurité rencontrés sur des clusters Kubernetes, causés par un manque de maîtrise des applications déployées sur un cluster par ses administrateurs ou par les développeurs des applications s’y exécutant. Nous donnons ensuite des pistes afin de mieux maîtriser et sécuriser ces applications.

Sauvegardez vos données, centralisez vos logs et supervisez votre sécurité

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Nos serveurs présentent désormais une surface d’attaque réseau maîtrisée et une sécurisation système d’un niveau cohérent avec notre modèle de menaces. De même, le service SSH tournant sur ces serveurs est configuré de manière optimisée. Nous pouvons donc être relativement sereins si nos adversaires sont d’un niveau intermédiaire. Et si malgré toutes ces protections, une attaque comme un rançongiciel réussissait ? Et bien dans ce cas-là, pour l’instant, notre infrastructure serait particulièrement vulnérable. Aucune sauvegarde externalisée. Pas de centralisation des traces. Une supervision sécurité inexistante. Remédions à cette situation afin d’élever le niveau de maturité de la sécurité de notre infrastructure.

Investigation numérique de l’image disque d’un environnement Windows

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Une investigation numérique requiert de nombreuses étapes. Celles-ci varient en fonction des données disponibles. Une des plus importantes est l’analyse de la mémoire vive (voir MISC N°111 [1]). L’analyse de la mémoire de masse, constituée des événements propres au système d’exploitation apporte de nouveaux éléments. Une fois celles-ci terminées, la corrélation des deux nous permettra de confirmer d’éventuelles hypothèses.