Dimension cybernétique du conflit libyen de 2011

Magazine
Marque
MISC
Numéro
60
Mois de parution
mars 2012
Domaines


Résumé

Au milieu du mois de février 2011 éclatent en Libye des manifestations qui dégénèrent rapidement en révolte. En Tunisie et en Égypte, les deux pays voisins, les populations se sont soulevées et ont chassé leurs dirigeants. Le cyberespace a, dit-on, joué un rôle majeur dans le succès des révoltes populaires : on parle des révolutions Facebook. Mais le contexte libyen est différent : la population est moins « connectée » qu’en Tunisie ou en Égypte (§I) ; le régime est décidé à tenir sa place, les rebelles à combattre, la violence qui se déchaîne transforme la révolte en guerre civile ; la communauté internationale intervient ; les armes parlent. Le cyberespace n’en demeure pas moins central dans le conflit (§II), devenant un lieu d’affrontement et un objet de lutte entre partisans et adversaires du régime du colonel Kadhafi. L’après-Kadhafi sera le temps des bilans, mais aussi des révélations (§III).


1. Le cyberespace libyen

1.1 Historique

L’image que l’on a de la Libye n’est pas celle d’un pays high-tech, mais plutôt d’un pays riche (en raison de son pétrole), en conflit avec l’Occident. La Libye de Kadhafi avait des ambitions nucléaires (en 1981, les USA obtinrent la preuve que la Libye cherchait à acquérir de l’uranium enrichi pour construire l’arme nucléaire) ; elle était un État terroriste (attentat à la bombe contre une discothèque à Berlin le 5 avril 1986 ; attentat de la Pan Am sur Lockerbie (Écosse) le 21 décembre 1988 ; attentat contre le DC-10 d’UTA au-dessus du désert du Ténéré (Niger) le 19 septembre 1989). Elle était gouvernée par un régime dont les valeurs s’opposaient à celles des démocraties occidentales (violation des droits de l’homme ; autoritarisme militaire violent). La Libye fut considérée par l’administration américaine comme un État voyou (« rogue state ») - au même titre que la Corée du Nord,...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

À la découverte de l’open data : petit manuel de survie dans le milieu de la donnée

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

La remise au Premier ministre du rapport Bothorel sur la politique publique de la donnée, des algorithmes et des codes sources permet de procéder à un état des lieux de l’open data en France. De quoi parle-t-on quand on parle d’open data ? Quels sont les critères et les formats ? Comment une structure peut-elle se lancer dans l’open data ?

Où en est-on du Pearl Harbor numérique ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Emblème du marketing par la peur pour les uns, cygne noir pour les autres, cette appellation désigne l’éventualité d’une attaque informatique éclair contre un pays et qui serait paralysante pour son économie. Le terme fait couler de l’encre depuis au moins 20 ans [1] et nourrit moult fantasmes. Mais sont-ce des fantasmes ? D’aucuns diraient que si en 20 ans il ne s’est rien passé, c’est probablement qu’il y a eu un alarmisme exagéré.

La téléportation, de la fiction au SDN

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

L’art de se téléporter n’est plus réservé au cinéma ! Suite au développement de nouveaux paradigmes tels que le SDN, facilitant le déploiement de firewalls, la sécurité du plan de données a considérablement augmenté. Mais est-il possible d’éviter ces points de passage pour exfiltrer des données entre deux extrémités d’un réseau ? Au lieu de chercher un trou dans le mur, ne serait-il pas plus simple de trouver un moyen de le contourner ? C’est là l’ambition des techniques de téléportation. Nous explorerons les différentes techniques exploitant ce concept, puis nous reproduirons l’une de celles-ci sur un contrôleur SDN, ONOS.

Les taxonomies se cachent pour ne pas mourir

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

« Attention, nouveau virus ! » Nombreux sont les articles à nous alerter régulièrement, par cette métonymie, sur l’émergence d’un nouveau malware. Pourtant, le terme de virus a-t-il encore un sens aujourd’hui ? Wannacry était-il un ver, ou un ransomware ? NotPetya, un wiper, ou bien un ver ? Et plus encore, au-delà de l’utilisation de termes et expressions se pose la question de la nécessaire catégorisation des incidents de cybersécurité ; pourquoi, comment, à quelles fins ? Essai (critique) de réponse.

Encore StopCovid, ou stop ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Comment fonctionne StopCovid ? Quels sont les problèmes ? À quels risques s’expose-t-on ? Dans cet article, nous tentons d’éclaircir ces questions et de nourrir quelques réflexions sur l’usage du numérique.