Cyberguerre et guerre de l’information : Cuba

Magazine
Marque
MISC
Numéro
58
Mois de parution
novembre 2011
Domaines


Résumé

Le mur de Berlin tombe en 1989, l’empire soviétique s’écroule, la guerre froide prend fin, et le monde entre dans une nouvelle époque, notamment celle des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Ce tournant est marqué par la première guerre du Golfe dont l’issue rapide fait naître bien des fantasmes sur la maîtrise de l’information ; il est bien sûr aussi marqué par l’apparition d’Internet. Cuba a souffert de la fin de l’empire soviétique. Cuba a pu observer la nouvelle maîtrise technologique de son adversaire américain. Mais l’île n’a pas su prendre en route le train des nouvelles technologies et reste écartée aujourd’hui encore de la société mondiale de l’information, de la cyberculture (§I). Le cyberespace est perçu par les autorités comme une menace, et géré comme tel : car par le biais de l’Internet, le pays peut être victime de l’influence étrangère, de ses idées subversives et des tentatives de déstabilisation. Le cyberespace ne peut exister que dans la mesure où il défend « la Révolution et les principes auxquels Cuba croit depuis des années » [1]. Un embryon de cyberespace existe donc dans ce pays, mais soumis à contrôle, surveillance, régulations, l’objectif demeurant toujours la maîtrise de l’information par la maîtrise de l’outil (§II).


1. Espace informationnel et cyberespace cubain

1.1. Le cyberespace en chiffres

L’histoire de l’informatique à Cuba remonte aux années 1950, lorsque deux ordinateurs de première génération américains y furent installés. Après la révolution de 1959, le commerce avec les États-Unis a pris fin. Les nouveaux ordinateurs arrivèrent alors notamment de France [2], mais rapidement essentiellement de l’Union soviétique. Cuba a même investi dans un programme de développement de ses propres ordinateurs dans les années 1970. Les spécialistes étaient formés en Allemagne de l’Est et en Union soviétique. Un embryon d’industrie informatique se forma à cette époque, mais fit essentiellement de l’assemblage sur la base de composants importés. C’est en 1991, époque où la situation économique est difficile pour Cuba (le mur de Berlin est tombé, l’Union soviétique s’effondre, l’allié privilégié a disparu) que fut établie la première connexion...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

À la découverte de l’open data : petit manuel de survie dans le milieu de la donnée

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

La remise au Premier ministre du rapport Bothorel sur la politique publique de la donnée, des algorithmes et des codes sources permet de procéder à un état des lieux de l’open data en France. De quoi parle-t-on quand on parle d’open data ? Quels sont les critères et les formats ? Comment une structure peut-elle se lancer dans l’open data ?

La téléportation, de la fiction au SDN

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

L’art de se téléporter n’est plus réservé au cinéma ! Suite au développement de nouveaux paradigmes tels que le SDN, facilitant le déploiement de firewalls, la sécurité du plan de données a considérablement augmenté. Mais est-il possible d’éviter ces points de passage pour exfiltrer des données entre deux extrémités d’un réseau ? Au lieu de chercher un trou dans le mur, ne serait-il pas plus simple de trouver un moyen de le contourner ? C’est là l’ambition des techniques de téléportation. Nous explorerons les différentes techniques exploitant ce concept, puis nous reproduirons l’une de celles-ci sur un contrôleur SDN, ONOS.

Les taxonomies se cachent pour ne pas mourir

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

« Attention, nouveau virus ! » Nombreux sont les articles à nous alerter régulièrement, par cette métonymie, sur l’émergence d’un nouveau malware. Pourtant, le terme de virus a-t-il encore un sens aujourd’hui ? Wannacry était-il un ver, ou un ransomware ? NotPetya, un wiper, ou bien un ver ? Et plus encore, au-delà de l’utilisation de termes et expressions se pose la question de la nécessaire catégorisation des incidents de cybersécurité ; pourquoi, comment, à quelles fins ? Essai (critique) de réponse.

StopCovid et consorts : décryptage et enjeux des applications de santé

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Avec l’épidémie de COVID-19 qui continue à sévir à l’échelle mondiale, on a vu fleurir dans tous les pays des applications mobiles permettant de tracer les éventuels porteurs de la maladie. Mais, en dehors de cette utilisation très spécifique, il existe des catégories d’outils. Explications sur ces aides médicales d’un nouveau genre, qui commencent à faire partie de notre quotidien.