w3af : audit en boîte noire d'applications web

Magazine
Marque
MISC
Numéro
56
Mois de parution
juillet 2011
Domaines


Résumé

Les applications web sont la cible de nombreuses attaques avec des impacts importants sur les sites web attaqués (perte d'image de marque, compromission de données métiers ou de données clients, ...). Il est nécessaire d'auditer ses applications web, que ce soit en boîte blanche ou en boîte noire. Nous proposons dans cet article de décrire le mode de fonctionnement d'un logiciel open source dans le domaine de l'audit en boîte noire d'applications web.Dans cet article, nous ne décrirons pas les vulnérabilités web, nous laissons aux lecteurs le soin de se délecter du Top 10 de l'OWASP [TOP10].


1. Introduction

Les applications web sont intrinsèquement exposées aux attaques : quelques chiffres de l'étude de Whitehat Security illustrent ces problématiques [WHITEHAT].

Cette étude affirme notamment que :

- Les failles XSS sont les plus fréquentes.

- Les entreprises importantes ont le nombre moyen de vulnérabilités par application le plus élevé (13 contre 11 pour le meilleur).

- Les entreprises importantes ont le taux de mise en place des correctifs le moins élevé (54% contre 62 % pour le meilleur).

 

statistics

 

Prévalence des classes de vulnérabilités (source : Whitehat Security)

2. Contexte

Pourquoi auditer ses applications web ? La réponse semble évidente, mais tout est une question de coûts et de moyens mis en œuvre pour assurer un bon niveau de sécurité des applications web. Le niveau de sécurité dépend d'un « tout » que ce soit au niveau des développements applicatifs, de la configuration des accès et du socle...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

La téléportation, de la fiction au SDN

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

L’art de se téléporter n’est plus réservé au cinéma ! Suite au développement de nouveaux paradigmes tels que le SDN, facilitant le déploiement de firewalls, la sécurité du plan de données a considérablement augmenté. Mais est-il possible d’éviter ces points de passage pour exfiltrer des données entre deux extrémités d’un réseau ? Au lieu de chercher un trou dans le mur, ne serait-il pas plus simple de trouver un moyen de le contourner ? C’est là l’ambition des techniques de téléportation. Nous explorerons les différentes techniques exploitant ce concept, puis nous reproduirons l’une de celles-ci sur un contrôleur SDN, ONOS.

Avec le Spanning Tree Protocol, suis-je en sécurité dans mon réseau ?

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Dans le cadre des hors-séries sur les retours aux fondamentaux, cet article aura comme sujet le protocole STP (Spanning Tree Protocol). Inventé en 1985 par Radia Perlman, il permet principalement d’assurer une liaison réseau redondante et sans boucle. Ce protocole étant primordial au sein d’un réseau de moyenne à grande envergure, s’il n’est pas correctement configuré, cela pourra alors permettre à des attaquants de compromettre le réseau.

Surveillance des accès de production en télétravail

Magazine
Marque
MISC
Numéro
111
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Il est courant de protéger l'accès aux infrastructures de production au travers de VPN ou de bastions SSH, et beaucoup d’organisations limitent encore ces points d'entrée à leur infrastructure interne. Lorsque l'organisation passe en mode télétravail à 100%, il faut forcément permettre l'accès depuis des adresses IP arbitraires, et se pose alors la question de surveiller ces accès pour détecter et bloquer rapidement une tentative d'accès malveillante.