Les faux antivirus débarquent sur Twitter

Magazine
Marque
MISC
Numéro
54
Mois de parution
mars 2011
Domaines


Résumé
Le 20 Janvier 2011, alors que Twitter frôlait les 200 millions d'utilisateurs, une nouvelle vague de liens malicieux est apparue. Avec plus de 110 millions de « tweets » par jour et 370 000 nouveaux inscrits quotidiennement, Twitter est naturellement devenu une cible idéale pour les criminels. Le nombre de caractères limités par ce site (140) pousse de plus en plus d'utilisateurs à se servir d'adresses internet raccourcies, principalement utilisées sur les réseaux sociaux, sans se douter que des liens malveillants peuvent s'y dissimuler. C'est « goo.gl », le service de raccourcissement d’URL de Google, qui fut utilisé pour mener la campagne d'infection [1].Lors de la découverte de la campagne, un nouveau ver fut suspecté. Il n'en est rien. Il semblerait que les comptes de milliers d'utilisateurs Twitter furent compromis et utilisés pour diffuser les liens.

1. Les tweets frauduleux

Voici à quoi ressemblaient les milliers de tweets malveillants postés sur Twitter.

1

Figure 1 : Tweets malveillants

Plusieurs dizaines de liens raccourcis (goo.gl/XXXX) différents furent employés lors de la propagation des liens frauduleux, dans des tweets anodins, aux sujets divers et variés, tels que le 50ème anniversaire du discours d'investiture de John F. Kennedy. Certains utilisateurs se sont rendu compte que des messages Twitter avaient été postés depuis leur compte, à leur insu (voir dernier message de la capture précédente).

Lors de la visite d'un des liens abrégés, l'utilisateur est redirigé à plusieurs reprises avant d'atterrir sur la page du faux antivirus « Security Shield » (Plus connu sous le nom de Security Tool).

2. La chaîne de redirections

Tous les liens « goo.gl » redirigeaient les utilisateurs vers une page...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

En sécurité sous les drapeaux

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

En sécurité sous les drapeaux... du compilateur, ces fameux -fstack-protector-strong et autres -D_FORTIFY_SOURCE=2 que l’on retrouve dans de plus en plus de logs de compilation. Cet article se propose de parcourir quelques-uns des drapeaux les plus célèbres, en observant les artefacts dans le code généré qui peuvent indiquer leur utilisation, tout en discutant de leur support par gcc et clang. Après tout, nombre d’entre eux sont utilisés par défaut sous Debian ou Fedora, ils méritent bien qu’on s’y intéresse un peu.

Introduction aux TPM (Trusted Platform Modules)

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Les TPM (Trusted Platform Modules), brique de base du Trusted Computing, ont été imaginés il y a une vingtaine d’années, et pourtant ils ne sont pas très utilisés malgré leurs réelles qualités. Comment expliquer cela ? Cet article tend à fournir de premiers éléments de réponse.

Identification automatique de signaux grâce à la fonction d’autocorrélation

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Vous connaissiez la chasse au trésor… Initiez-vous maintenant à la chasse au signal (signal hunting en anglais). La chasse au signal consiste à rechercher les signaux qui nous entourent dans l’espace invisible du spectre électromagnétique. Mais plus besoin de rester l’oreille collée sur un haut-parleur à tourner le bouton pour régler la fréquence. La SDR (Software Defined Radio) a révolutionné tout cela : une radio numérique et un PC est vous voilà armé pour découvrir ce monde que les professionnels dénomment le SIGINT (SIGnal INTelligence).

Avec le Spanning Tree Protocol, suis-je en sécurité dans mon réseau ?

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Dans le cadre des hors-séries sur les retours aux fondamentaux, cet article aura comme sujet le protocole STP (Spanning Tree Protocol). Inventé en 1985 par Radia Perlman, il permet principalement d’assurer une liaison réseau redondante et sans boucle. Ce protocole étant primordial au sein d’un réseau de moyenne à grande envergure, s’il n’est pas correctement configuré, cela pourra alors permettre à des attaquants de compromettre le réseau.