HTML5, un Schengen numérique ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
54
Mois de parution
mars 2011
Domaines


Résumé
HTML5 est la cinquième et dernière révision du langage HTML. Cette révision initiée par le WHATWG [1] a été reprise en 2007 par le W3C [2] et est maintenant développée de concert par les deux organismes. Elle définit de nouvelles fonctionnalités qui remettent en cause des concepts structurants définis par la précédente version. Cette remise en cause engendre des risques éventuels sur les applications qui seront développées en HTML5 si les nouveaux concepts ne sont pas assimilés ou si l'implémentation souffre de lacunes.

1. Introduction

Le Web tel qu'on le connaissait dans les années 2000 reposait sur un ensemble de pages statiques qui pointaient les unes vers les autres et cet agrégat formait un site web. Par la suite, le besoin d'interaction avec le client se faisant de plus en plus fort, la technologie AJAX vit le jour pour « améliorer l'expérience utilisateur » et permettre au navigateur client de communiquer avec le serveur web de manière transparente. Ce Web 2.0 a été rapidement adopté et de nouveaux besoins sont apparus, tels que les requêtes inter-domaines ou l'interaction avec le site web en mode hors-ligne, qui ont été plus ou moins bien gérées au moyen de rustines (utilisation de Flash ou JSONP pour les requêtes cross-domain ou le plugin Google Gears pour le mode hors-ligne).La norme HTML5 essaie de répondre aux nouveaux besoins des sites web qui tendent à mettre en place des espaces de confiance numériques. Ces espaces sont censés permettre la libre circulation des...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Système extensible et hautement disponible avec Erlang/OTP

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
241
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Erlang est un langage de programmation fonctionnel et distribué, créé à la fin des années 80 pour régler de nombreux problèmes issus du monde des télécoms, et plus généralement de l’industrie. Outre le fait qu’il soit l’une des seules implémentations réussies du modèle acteur disponible sur le marché, son autre grande particularité est d’être livré avec une suite d’outils, de modèles et de principes conçus pour offrir un environnement cohérent. Ce framework, nommé OTP, fait partie intégrante de la vie des développeurs utilisant Erlang au jour le jour...

Simulation d’un ordinateur mécanique en scriptant sous FreeCAD

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

L’évolution du traitement du signal est une histoire fascinante largement déroulée par David Mindell dans ses divers ouvrages [1] et citations [2]. Partant de l’ordinateur mécanique avec ses rouages, poulies, bielles et crémaillères, le passage à l’électrique au début du 20ème siècle, puis à l’électronique intégrée avec l’avènement du transistor et des circuits intégrés (VLSI) nous ont fait oublier les stades initiaux qui ont amené à notre statut actuel d’ordinateurs infiniment puissants, précis et compacts. Alors que cette histoire semble s’accompagner du passage de l’analogique au numérique – de la manipulation de grandeurs continues en grandeurs discrètes avec son gain en stabilité et reproductibilité – il n’en est en fait rien : un boulier fournit déjà les bases du calcul discrétisé mécanique, tandis que [3] introduit les concepts du calcul mécanique avec les traitements numériques avant de passer aux traitements analogiques.