Dans l'enfer de World of Warcraft

Magazine
Marque
MISC
Numéro
50
Mois de parution
juillet 2010
Domaines


Résumé

Il est probablement inutile de présenter World of Warcraft. Sans pour autant être addict, chacun a entendu parler de ce jeu en ligne au plus de 11 millions de joueurs. Une telle popularité ne pouvait qu'attirer notre attention... au même titre que celle des « chinese farmers », arnaqueurs et profiteurs en tous genres dont l'objectif est de tirer un profit financier du jeu. Basses préoccupations bien loin de celles de héros prêts à se sacrifier pour débarrasser le monde d'Azeroth de l'infâme Roi Liche (entre autres).


1. Le monde de World of Warcraft

1.1 IRL (In Real Life)

Dans la vraie vie, WoW est un jeu édité par la société Blizzard, célèbre depuis longtemps pour les succès qu'on été (et sont toujours) Warcraft III, Starcraft et Diablo II. La société Blizzard appartient au groupe Vivendi. Mais si quelques jeux ont été des succès internationaux, ce n'est que de la rigolade devant la réussite presque obscène de WoW. Le calcul est simple : 11 millions de joueurs, à 11 euros par mois... soit un chiffre d'affaire annuel de 1,32 milliards d'euros, avec paiement au début de la période de jeu, d'où une avance de trésorerie de plusieurs mois... Un business modèle impitoyable et des chiffres d'une telle ampleur que le succès du jeu est devenu un des critères de suivi de l'action du groupe Vivendi.

Pour ceux qui étaient au milieu du désert ces cinq dernières années, rappelons que WoW est un MMORPG (Massive Multiplayer Online Role Playing Game) permettant à 10000...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Sécurité réseau dans un cluster Kubernetes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

En introduisant le concept de micro-services, Kubernetes lance un nouveau défi aux solutions d’isolation et de filtrage réseau : comment gérer les droits d’accès réseau dans une infrastructure en constante mutation et dans laquelle une machine n’a plus un rôle prédéterminé ?

Définissez l'architecture de vos serveurs et installez-les

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Dans cet article, nous réfléchirons aux besoins de sécurité auxquels nos serveurs devront répondre. Il sera d’ailleurs plus question d’architecture que de serveur personnel. Pourquoi cela ? Car nos besoins vont à coup sûr évoluer dans le temps. L’approche la plus pérenne sera donc de mener une réflexion basée sur des services et non sur un serveur unique. Nous allons aussi nous attacher à assurer la résilience de nos services de base. Nos choix d’architecture auront pour objectif de pouvoir mieux détecter, contrer et éventuellement réparer les dommages causés par une attaque informatique. Nous pourrons par exemple restaurer nos services si un attaquant réussissait à prendre le contrôle du serveur. Notre plan de bataille commencera par la définition des grandes lignes de notre infrastructure, puis par la sélection de nos fournisseurs. Nous déploierons ensuite le serveur avec un premier palier de sécurisation système.

Migrez de iptables vers nftables

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Il y a cinq ans, je lisais un premier article sur nftables [1] : l’outil semblait intéressant, mais il n’était pas disponible sur ma machine. En 2019, une distribution majeure, Debian, a basculé sur nftables avec sa version 10 (Buster) [2] : il est donc temps de voir comment migrer du vénérable pare-feu iptables vers son successeur.

Cas pratique sur la sécurisation d'un cluster Kubernetes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Cet article présente trois exemples de problèmes de sécurité rencontrés sur des clusters Kubernetes, causés par un manque de maîtrise des applications déployées sur un cluster par ses administrateurs ou par les développeurs des applications s’y exécutant. Nous donnons ensuite des pistes afin de mieux maîtriser et sécuriser ces applications.