XSS et overflow : "nihil novis sub sole"

Magazine
Marque
MISC
Numéro
49
Mois de parution
mai 2010
Domaines


Résumé

Résumé de l’épisode précédent :Le XSS, en tirant notamment parti de l’API DOM, permet de réaliser des attaques si puissantes que Jeremiah Grossman sous-titrait son livre XSS Attacks paru en avril 2007 « XSS is the New Buffer Overflow, JavaScript Malware is the New Shell Code »2. Il est important d’examiner de plus près cette analogie entre XSS et attaques applicatives classiques afin de bien comprendre toute l’étendue des possibilités offertes par le XSS à un attaquant, notamment à travers l’injection de différents types de codes JavaScript malveillants. Dans la troisième partie de cet article, nous essaierons d’évaluer le risque réel de différents scénarios d’attaques, tirant notamment partie des trois erreurs les plus fréquemment commises à propos du XSS.


Les attaques XSS ne constituent en rien un genre nouveau d’attaque informatique ; elles font partie de la grande famille des attaques par injection, comme le dépassement de tampon.

Dans une attaque applicative classique par dépassement de tampon, on distingue généralement trois phases :

a) L’exploitation de la faille, qui consiste à placer dans une variable une valeur de longueur supérieure à celle de la mémoire qui lui est réservée et contenant un code que l’on souhaite injecter. On écrit donc au-delà du tampon sur la zone mémoire du processus, jusqu’à remplacer une adresse de retour ou des structures internes par l’adresse du code injecté ; cette valeur, contenant le code à exécuter et l’adresse de retour, est communément appelée « charge utile » ou payload en anglais, car elle contient tous les éléments nécessaires à l’exploitation de la faille.

b) L’exécution du code injecté, qui lance généralement un shell, mais qui permet...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Introduction au dossier : Sécurité de l’orchestrateur Kubernetes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Ce dossier s’intéresse à un système de plus en plus déployé aujourd’hui, à savoir l’orchestrateur Kubernetes. Au-delà de l’effet de mode évident dans son adoption actuelle, l’intérêt croissant pour ce projet nous amène forcément à nous poser une question essentielle : qu’en est-il de sa sécurité ? Devenu un standard de facto pour l’orchestration de conteneurs, Kubernetes, qui signifie gouvernail en grec, présente une architecture complexe et les possibilités de se tromper avec des conséquences importantes pour la sécurité d’un cluster sont nombreuses.

Répondez aux problématiques de sécurité d’accès avec OpenSSH

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Notre infrastructure est désormais stable et sécurisée tant au niveau système que réseau. Nous allons pouvoir étudier de manière un peu approfondie un logiciel particulier : OpenSSH. Ce démon réseau nous permet de nous connecter en toute sécurité sur nos serveurs via le protocole SSH. Son développement a commencé il y a plus de 20 ans chez nos amis d’OpenBSD. La liste de ses fonctionnalités est d’une longueur impressionnante. Nous allons en parcourir ensemble quelques-unes qui, je l’espère, nous permettront d’améliorer tant notre sécurité que notre productivité quotidienne.

Les lolbas, des amis qui vous veulent du bien

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Il existe des fichiers nativement présents sur Windows pouvant être détournés par un attaquant et ainsi être utilisés lors des différentes phases de compromission. Dans cet article, nous présenterons quelques cas d’utilisations de ces fichiers par des attaquants, ainsi que des solutions de prévention contre ces attaques.