Mac OS X et les injections de codes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
47
Mois de parution
janvier 2010
Domaines


Résumé

L'injection de codes dans un autre processus n'est pas une technique novatrice en soi. Elle est aussi bien utilisée par des applications dites de sécurité que par des programmes malveillants. Ces derniers en sont particulièrement friands lorsqu'il s'agit de détourner des protections logicielles telles que les pare-feu applicatifs. Les techniques d'injection pour le système d'exploitation Windows sont amplement documentées sur Internet, néanmoins il n'en est pas de même pour le système d'Apple. Ainsi, pour combler le manque de documentation sur le sujet, cet article décrit certaines méthodes d'injections de codes au sein des processus Mac OS X Snow Leopard en mode 64 bits.


1. Introduction

Mac OS X possède un noyau hybride nommé XNU. Il est principalement composé de trois briques : Mach, BSD et I/O Kit. La couche Mach est fondée sur un Mach 3 (OSFMK73). Elle est responsable d'un certain nombre d'opérations bas niveau telles que l'ordonnancement préemptif, la communication inter-processus (IPC) ou encore la gestion de la mémoire virtuelle. Au dessus se place l'élément BSD qui est fondé sur FreeBSD. Ce dernier fournit un ensemble d'unités : le système de fichiers, la pile réseau, le modèle de sécurité Unix, les appels systèmes, la gestion des signaux et l'API POSIX. De plus, pour des raisons de performances accrues, il occupe le même espace d'adressage que la couche Mach. À ces deux parties s'ajoute l'I/O Kit, un environnement pour les pilotes matériels.

 

01

 

Figure 1 : Architecture du noyau XNU (très simplifiée)

Il est important de noter que les couches Mach et BSD possèdent des modèles de sécurité...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Techniques de mouvements latéraux en environnement Windows : tâches planifiées

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Les tâches planifiées à distance peuvent être exploitées pour exécuter du code arbitraire à distance. Elles offrent un moyen efficace de se déplacer latéralement au sein d'un système d'information Windows. Dans cet article, les concepts techniques associés aux tâches planifiées et artefacts forensics seront détaillés.

Les protections des Secure Elements contre les attaques physiques

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Écrire du code sécurisé sans bug ni vulnérabilité n’est pas suffisant pour protéger un système contre des attaques matérielles. Les circuits sécurisés, ou Secure Elements, sont de vraies forteresses numériques capables de résister à des attaques évoluées, qui requièrent parfois des moyens colossaux. Que se cache-t-il derrière ces petites puces ?

Les environnements sécurisés

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

De plus en plus de téléphones et d’objets connectés intègrent un mode d’exécution ou une puce dédiée à la sécurité. Entre les TEE, Secure Enclave, Titan, TPM, cryptoprocesseur, etc. il devient compliqué de s’y retrouver. Pourquoi cette multiplication des puces ? Est-ce vraiment plus sûr ? Cet article tente de répondre à ces questions.

Découverte de la puce Titan M a.k.a Citadel

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

La puce Titan M ou Citadel est une puce sécurisée sur laquelle repose en grande partie la sécurité des terminaux Android de Google, la gamme Pixel. Dans cet article, nous détaillerons le fonctionnement interne et les usages de ce composant pour lequel peu d’information publique est disponible à ce jour. Nous donnerons également plusieurs pistes pour aider le rétro-ingénieur à travailler sur ce projet.

Stocker ses secrets dans Git, une mauvaise pratique pouvant avoir de lourdes conséquences

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Dans un rapport datant d’avril 2020, GitLab indique que 18 % des dépôts analysés sur gitlab.com comportaient des problèmes de gestion des secrets. Quelles peuvent être les conséquences liées à ces erreurs ? Quelle stratégie adopter pour gérer au mieux ses secrets ?