Actions de reconnaissance sur les systèmes et réseaux

Magazine
Marque
MISC
Numéro
47
Mois de parution
janvier 2010
Domaines


Résumé

S'il est un fait établi, c'est que la sécurité informatique s'appuie beaucoup sur des concepts anciens (militaires et autres) afin de mettre en œuvre des actions défensives ou offensives [1]. Prenons, par exemple, la notion d'attaquer un adversaire. Il est évident que deux façons de faire sont possibles, l'une de type « direct » ; mais souvent risquée si l'opposant est adéquatement préparé, et la seconde qui est indirecte et surtout plus subtile (furtive). Utiliser cette dernière permet de se faire une idée de ce que l'on a en face de soi, de chercher à comprendre à la fois la nature et le type des défenses, les cibles intéressantes ou en d'autres termes, effectuer une reconnaissance.


1. Introduction

L'idée maîtresse est d'identifier les différentes cibles représentées par les réseaux et systèmes de l'adversaire, ce bien entendu de la façon la plus discrète possible. Pour cela, il existe fort heureusement une pléthore de moyens. Nous en précisons deux qui, utilisés de concert, permettent de délivrer une bonne idée de ce dont on dispose pour la suite des opérations (la partie offensive directe qui se fera avec des outils et méthodes plus aboutis). Nous utiliserons ici à la fois le protocole WHOIS [2], le service éponyme et le protocole DNS [3] (ce dernier n'étant pas un succédané du premier).

2. Mise en œuvre : « WHOIS »

Soit une cible, la société 'X', si elle applique les pratiques en général standard, elle possède un enregistrement « WHOIS ». Attachons-nous à ce dernier et regardons ce qu'il nous propose en termes d'informations.

Ce service recense aussi bien des informations légales que techniques vis-à-vis d'un...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Applications des TPM

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Les TPM, inventés il y a une vingtaine d’années, ont pénétré progressivement les plateformes numériques. Malgré ce long historique, les TPM ont encore aujourd’hui du mal à s’imposer. Pourtant, leurs applications potentielles sécuritaires sont très intéressantes : Authenticated Boot, Remote Attestation, Scellement, amélioration de la sécurité de la cryptographie logicielle. Cet article détaille ces principales applications et liste quelques produits connus qui utilisent les TPM.

Dora au pays du kernel debugging

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Après plusieurs années dans le monde de la sécurité informatique il est récurrent d'être confronté aux remarques telles que : « Wow tu bosses sur le kernel Windows, c'est trop cool, mais vachement compliqué quand même ! ». Que nenni, en réalité la documentation est conséquente et le point le plus difficile et rédhibitoire est bien souvent la mise en place d'un Labo permettant d'analyser celui-ci. En bref, cet article vous permettra de vous faire passer pour un super haxxor de ses morts qui dt des KPCR à tour de bras et vous permettra peut-être au passage de demander une augmentation.

En sécurité sous les drapeaux

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

En sécurité sous les drapeaux... du compilateur, ces fameux -fstack-protector-strong et autres -D_FORTIFY_SOURCE=2 que l’on retrouve dans de plus en plus de logs de compilation. Cet article se propose de parcourir quelques-uns des drapeaux les plus célèbres, en observant les artefacts dans le code généré qui peuvent indiquer leur utilisation, tout en discutant de leur support par gcc et clang. Après tout, nombre d’entre eux sont utilisés par défaut sous Debian ou Fedora, ils méritent bien qu’on s’y intéresse un peu.

Introduction aux TPM (Trusted Platform Modules)

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
22
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Les TPM (Trusted Platform Modules), brique de base du Trusted Computing, ont été imaginés il y a une vingtaine d’années, et pourtant ils ne sont pas très utilisés malgré leurs réelles qualités. Comment expliquer cela ? Cet article tend à fournir de premiers éléments de réponse.