Sécurité de la configuration des FPGA (SRAM et FLASH)

Magazine
Marque
MISC
Numéro
46
|
Mois de parution
novembre 2009
|
Domaines


Résumé

Le problème de sécurité des systèmes électroniques a longtemps été vu et est encore vu sous l’angle de la sécurité logicielle. Avec l’ouverture des plateformes et l’augmentation des connexions, le matériel qui supporte le logiciel doit aussi proposer à l’utilisateur un niveau de sécurité correspondant à ses besoins. Soucieux de se protéger correctement, les industriels et les universitaires ont mené de larges travaux sur la sécurisation du matériel en particulier pour les composants programmables (microprocesseurs) et les composants spécifiques (ASIC). Mais, peu d’études se sont intéressées à la sécurisation des architectures reconfigurables. Pourtant, aujourd’hui, les composants reconfigurables du type FPGA deviennent de plus en plus pertinents pour l’industrie de l’électronique embarquée. Effectivement, d’une part, l’offre commerciale des circuits FPGA est large et correspond aux attentes des utilisateurs : circuits bas coûts, basse consommation de puissance, haute performance, embarquant des cœurs de processeur, haut débit, etc. D’autre part, la mise à jour matérielle est rendue possible grâce au concept de mise à jour matérielle des systèmes. Ce concept est particulièrement intéressant pour maintenir la sécurité des systèmes. Cependant, bien que de plus en plus utilisés dans les applications de sécurité des données (voir la solution de stockage sécurisé et mobile proposée par Bull www.monglobull.fr), les FPGA souffrent de failles de sécurité. Cet article propose de faire le point sur cette technologie et met en lumière le problème majeur de sécurité de la configuration des circuits FPGA SRAM et FLASH.


La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Sur le même sujet

Contrôles de suivi de la conformité RGPD et d’atteinte d’objectifs définis dans la politique de protection de la vie privée

Magazine
Marque
MISC
Numéro
110
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

Afin de mettre en application les exigences de contrôle de conformité (article 24 du RGPD), les directions générales, qu’elles aient désigné ou non un Délégué à Protection des Données (DPD), doivent mettre en œuvre des contrôles concernant les répartitions de responsabilités entre les acteurs impliqués par le traitement et l’application de règles opposables, l’effectivité des droits des personnes concernées, la sécurité des traitements et la mise à disposition des éléments de preuve pour démontrer la conformité des traitements de données à caractère personnel.

Stack Buffer Overflow

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
21
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

Cet article retrace un historique des stack buffer overflow tels qu'ils étaient exploités au début des années 2000 puis passe en détail les protections logicielles et matérielles qui ont été mises en œuvre pour les faire disparaître, ainsi que les mesures créées par les attaquants pour les contourner.

L’empoisonnement de cache DNS : toujours d’actualité ?

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
21
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

Le Domain Name System (DNS) est l’un des protocoles réseau centraux au bon fonctionnement de l’Internet moderne. Ce protocole permet la résolution de noms « symboliques » – les noms de domaine – en des ressources, notamment des adresses IP. Malgré son omniprésence dans notre quotidien, sa sécurisation a été incrémentale et laborieuse. Cet article traite d’une attaque aussi vieille que le DNS, l’empoisonnement de cache, contre laquelle les dernières avancées, comme DNS-over-HTTPS, pourraient permettre de se protéger enfin complètement. Ou le pourront-elles ?

Zero Trust : anti-SOC, tu perds ton sang froid ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
110
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

Les security operation centers, au sens large, sont aujourd’hui au cœur des systèmes d’information des entreprises. En revanche, beaucoup adoptent encore et toujours une approche traditionnelle de la sécurité du SI. Comment le paradigme Zero Trust va-t-il impacter nos supervisions ? Repensons un peu à toutes ces années de service pour voir ce que Zero Trust peut apporter au SOC, et réciproquement comment ces derniers peuvent accompagner la transition.

Anti-leurrage et anti-brouillage de GPS par réseau d’antennes

Magazine
Marque
MISC
Numéro
110
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

La localisation, la navigation et le transfert de temps (PNT) par constellation de satellites, et notamment le Système de Positionnement Global (GPS), sont devenus omniprésents dans notre quotidien. Le brouillage – volontaire ou non – et le leurrage de ces signaux très faibles sont désormais accessibles à tout le monde, mais les subir n’est pas une fatalité : nous allons aborder les méthodes pour se protéger de tels désagréments afin de retrouver les services d’origine en annulant ces interférants par une approche multi-antennes.

Découverte et scan de réseaux

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
21
|
Mois de parution
juillet 2020
|
Domaines
Résumé

Ce réseau est trop vaste à surveiller, l’administrateur ne s’y retrouvait plus entre toutes ces plages d’adresses, ces serveurs, imprimantes et autres webcams éparpillés dans tous les coins des locaux ; sans parler du Cloud situé on ne sait où. Et s’il avait quelques outils et méthodes sous la main pour avoir une cartographie à peu près complète de son réseau et des différents services disponibles ? Essayons de l’aider dans sa tâche en complétant sa panoplie.

Par le même auteur

Sécurité de la configuration des FPGA (SRAM et FLASH)

Magazine
Marque
MISC
Numéro
46
|
Mois de parution
novembre 2009
|
Domaines
Résumé

Le problème de sécurité des systèmes électroniques a longtemps été vu et est encore vu sous l’angle de la sécurité logicielle. Avec l’ouverture des plateformes et l’augmentation des connexions, le matériel qui supporte le logiciel doit aussi proposer à l’utilisateur un niveau de sécurité correspondant à ses besoins. Soucieux de se protéger correctement, les industriels et les universitaires ont mené de larges travaux sur la sécurisation du matériel en particulier pour les composants programmables (microprocesseurs) et les composants spécifiques (ASIC). Mais, peu d’études se sont intéressées à la sécurisation des architectures reconfigurables. Pourtant, aujourd’hui, les composants reconfigurables du type FPGA deviennent de plus en plus pertinents pour l’industrie de l’électronique embarquée. Effectivement, d’une part, l’offre commerciale des circuits FPGA est large et correspond aux attentes des utilisateurs : circuits bas coûts, basse consommation de puissance, haute performance, embarquant des cœurs de processeur, haut débit, etc. D’autre part, la mise à jour matérielle est rendue possible grâce au concept de mise à jour matérielle des systèmes. Ce concept est particulièrement intéressant pour maintenir la sécurité des systèmes. Cependant, bien que de plus en plus utilisés dans les applications de sécurité des données (voir la solution de stockage sécurisé et mobile proposée par Bull www.monglobull.fr), les FPGA souffrent de failles de sécurité. Cet article propose de faire le point sur cette technologie et met en lumière le problème majeur de sécurité de la configuration des circuits FPGA SRAM et FLASH.