Certification sécuritaire selon les Critères Communs

Magazine
Marque
MISC
Numéro
46
Mois de parution
novembre 2009
Domaines


Résumé

En une dizaine d'années, les cartes à puce se sont confortablement installées dans notre quotidien. Que nous achetions notre magazine MISC avec une carte MONEO, que nous justifiions de nos droits à l'assurance maladie au travers de la carte VITALE 2 ou que nous nous authentifiions à l'aéroport avec un passeport électronique, nous confions la manipulation de données personnelles ou sensibles à une micro-puce. Mais, quelle confiance pouvons-nous accorder à la sécurité de ces produits ? Un élément de réponse réside dans la norme ISO/IEC 15408, plus connue sous le nom des « Critères Communs », puisque toutes les applications citées plus haut ont été certifiées selon cette norme. A quoi correspond-elle ? Quel est le processus d'évaluation et quelles en sont les limitations ? Voici ce que nous proposons de présenter dans cet article.


1. Présentation des Critères Communs

Les Critères Communs [1] ont été conçus pour évaluer la sécurité des systèmes d'information. Cette dénomination reflète la volonté de définir des critères, unanimement reconnus, permettant de comparer des résultats obtenus lors d'évaluations sécuritaires indépendantes. Les Critères Communs ont en effet vu le jour dans un contexte où différents processus d'évaluation coexistaient :

- les « Information Technology Security Criteria » en France, Allemagne, Pays-Bas et Royaume-Uni ;

- les « Trusted Computer System Evaluation Criteria » (plus connus sous le nom de « Orange Book ») aux États Unis ;

- les « Canadian Trusted Computer Product Evaluation Criteria » au Canada.

Les efforts réalisés pour unifier ces systèmes d'évaluation donnèrent naissance aux Critères Communs qui ont été institués comme norme ISO en 1999.

Les Critères Communs se veulent génériques : ils ne s'adressent pas a...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Techniques de mouvements latéraux en environnement Windows : tâches planifiées

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Les tâches planifiées à distance peuvent être exploitées pour exécuter du code arbitraire à distance. Elles offrent un moyen efficace de se déplacer latéralement au sein d'un système d'information Windows. Dans cet article, les concepts techniques associés aux tâches planifiées et artefacts forensics seront détaillés.

Mesurer l’éclairement avec Arduino

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
37
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

Papa de trois enfants en bas âge, j’ai souvent la tête dans les jouets. Mes enfants, comme beaucoup, s’amusent parfois à faire semblant d’acheter. Et si je leur fabriquais une sorte de « caisse/dînette » ! Ce serait tellement mieux s’ils pouvaient scanner des articles et que « ça marche », pour ensuite payer le total par carte !

Raspberry Pi Pico, Arduino killer ?

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
37
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

« Raspberry Pi ou Arduino ? », voici la question typique que se posent nombre de débutants avant de comprendre rapidement que comparer un ordinateur monocarte (SBC) et une carte microcontrôleur n'a aucun sens. Il s'agit de deux mondes distincts reposant sur des philosophies et des contingences totalement différentes. Mais en ce début d'année 2021, la réponse à cette mauvaise question est devenue délicate, car voici venir la carte Pico : une plateforme équipée d'un microcontrôleur RP2040 double-cœur ARM Cortex M0+... par Raspberry Pi ! En d'autres termes, la question est donc maintenant aussi « Raspberry Pi ou Raspberry Pi ? ».

Une nouvelle méthode d’imagerie tridimensionnelle pour la rétro-ingénierie des circuits intégrés

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
37
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

La rétro-ingénierie matérielle, et plus particulièrement la rétro-ingénierie du silicium, trouve très rapidement ses limites dans les attaques non invasives où la puce reste fonctionnelle et intègre. Pour pouvoir analyser en profondeur un circuit logique, il faut aujourd’hui forcément passer par une décapsulation et une déstratification, ce qui implique alors la destruction inévitable de la puce. Ces méthodes destructives étaient les seuls moyens d’accéder aux différentes couches d’une puce de silicium et donc de pouvoir reconstituer tout le circuit logique de celle-ci. Mais récemment, des chercheurs ont proposé une nouvelle méthode d’imagerie tridimensionnelle des circuits intégrés, d’abord pour un usage industriel, mais aussi inédit pour la rétro-ingénierie du silicium, qui permet l’analyse en profondeur, sans passer par les processus destructeurs habituels.

Installer OpenOCD spécial Pico pour votre Debian

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
37
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

N'importe quelle occurrence de la commande « sudo make install » me rappelle d'horribles souvenirs de mes débuts sous GNU/Linux, il y a de très nombreuses années (1995). Peupler ainsi manuellement son /usr/local de fichiers, programmes et bibliothèques est une recette parfaite pour une catastrophe et des conflits en tous genres. Mieux vaut suivre la voie dictée par la distribution et son système de gestion de paquets. Voyons cela en pratique avec l'OpenOCD modifié par la fondation Raspberry Pi et, en prime, découvrons une excellente alternative à l'utilisation d'UF2 ou Picotool.