Porte dérobée dans les serveurs d'applications JavaEE

Magazine
Marque
MISC
Numéro
45
Mois de parution
septembre 2009
Domaines


Résumé

Soixante-dix pour cent des attaques viennent de l'intérieur de l'entreprise. L'affaire Kerviel en a fait une démonstration flagrante. Les projets JavaEE sont très présents dans les entreprises. Ils sont généralement développés par des sociétés de services ou des prestataires. Cela représente beaucoup de monde pouvant potentiellement avoir un comportement indélicat. Aucun audit n'est effectué pour vérifier qu'un développeur malveillant ou qui subit des pressions n'a pas laissé une porte dérobée invisible dans le code. Nous nous plaçons dans la peau d'un développeur Java pour étudier les différentes techniques d'ajout d’une porte dérobée à une application JavaEE, sans que cela ne soit visible par les autres développeurs du projet.


1. Introduction

De nombreux employés d’une entreprise ne sont souvent pas des employés de l’entreprise elle-même mais des sous-traitants. L’entreprise confie donc son patrimoine informatique à des mains étrangères… pour lesquelles il est pratiquement impossible de garantir l’absence de malveillance (quelles qu’en soient les raisons : vengeance, pression, chantage ou autres).

Quelles sont les techniques utilisables par un développeur Java pour cacher un code malicieux ? Pour exécuter un traitement à l'insu de l'application ? Pour s'injecter dans le flux de traitement et ainsi capturer toutes les requêtes HTTP ? À toutes ces questions, nous proposons des réponses.

Deux vidéos de démonstrations sont diffusées. La première est une simple démonstration de la puissance de la porte dérobée, la seconde explique de plus comment se protéger contre ce type de menaces. Elles sont disponibles, ainsi que les outils, ici :



Articles qui pourraient vous intéresser...

Zéro SQLi malgré les développeurs

Magazine
Marque
MISC
Numéro
111
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Nous proposons une méthode pour effectuer des requêtes SQL qui garantit l'invulnérabilité aux injections SQL, y compris lorsqu'elle est utilisée par un développeur pressé ou incompétent, contrairement aux requêtes paramétrées. Basée sur l'utilisation d'arbres de syntaxe abstraite, elle permet facilement de construire des requêtes dynamiques et est plus facile à mettre en œuvre qu'un ORM. Nous proposons une bibliothèque Java implémentant nos idées, mais la méthode peut s'appliquer à d'autres langages de programmation et d'autres types de requêtes.

Introduction au dossier : Python au service de la recherche et l’exploitation de vulnérabilités

Magazine
Marque
MISC
Numéro
109
Mois de parution
mai 2020
Domaines
Résumé

Quand on s’adonne aux plaisirs de la sécurité informatique, il est ce moment où doivent s’aligner les idées et la pratique, c’est-à-dire la production d’une preuve de concept. Et quand il faut écrire du code, le choix du langage s’impose forcément : d’un côté, il y a les contraintes fortes qui nous donnent des possibilités restreintes, et de l’autre il y a nos bas instincts qui prennent la solution qui produira le plus rapidement possible le résultat escompté.