Analyse en profondeur de Waledac et de son réseau

Magazine
Marque
MISC
Numéro
45
Mois de parution
septembre 2009
Domaines


Résumé

Waledac a fait son apparition sur internet vers la fin de l'année 2008. Ce malware a d'abord attiré l'attention des chercheurs par sa ressemblance avec la célèbre famille « Storm », qui venait alors de s'éteindre. Au-delà de ce probable lien de filiation, Waledac est particulièrement intéressant en lui-même, ne serait-ce que parce que les machines du botnet qu'il constitue communiquent à l'aide d'un protocole peer-to-peer « maison », ou bien encore parce que ses techniques de protection logicielles s'avèrent particulièrement efficaces contre les antivirus. Dans cet article, nous commencerons par établir l'historique de Waledac, puis nous décrirons ses caractéristiques techniques et leur évolution dans le temps. Ensuite, nous étudierons la structure du botnet et l'algorithme de communication utilisé. Pour finir, des attaques avancées contre le botnet seront présentées et nous évoquerons les liens avec la famille « Storm » en conclusion.


1. Introduction

Les premières versions de Waledac sont apparues sur l'Internet en novembre 2008. Le mécanisme principal de propagation de ce malware était alors d'envoyer du spam pour convaincre un utilisateur de télécharger un binaire et de l'exécuter. Les thèmes d'ingénierie sociale utilisés dans ce but ont subi de nombreuses évolutions au cours des mois, chacun ne restant en place que quelques semaines au plus. Parmi ces nombreuses campagnes, citons :

- les cartes de souhaits pour la période de Noël ;

- les nouvelles reliées à l'élection de Barack Obama comme président américain (annonce de sa démission) ;

- les cartes pour la St-Valentin ;

- une fausse application d'espionnage de messages SMS ;

- une vidéo de feux d'artifice pour le jour de la fête de l'Indépendance américaine.

smsspy

Avant de lancer une nouvelle vague de propagation, la couche de protection des binaires Waledac est préparée et modifiée afin d'éviter la détection par...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

La sécurité des communications 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Les réseaux 5G commencent à être déployés dans le monde entier, présentés comme le Graal de la technologie cellulaire. Les évolutions proposées par la 5G concernant la sécurité des communications des abonnés sont réelles ; cependant, la technologie actuellement déployée par les opérateurs ne propose bien souvent aucune de ces améliorations. Regardons de plus près ce qui rendra les communications 5G plus sûres à l’avenir.

Introduction au dossier : Tour d’horizon de la sécurité de la 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Le présent dossier est consacré à un tour d’horizon de la sécurité de la cinquième génération de téléphonie mobile, la fameuse 5G. Au-delà des promesses usuelles avec l’arrivée d’un nouveau réseau, plus de débit, moins de latence, plus de service, on notera également l’avalanche de buzzwords et de polémiques qui a entouré sa promotion. On pourrait aussi se pencher sur les questions politiques et économiques sous-jacentes au déploiement de cette technologie, mais MISC n’a pas encore de corner géopolitique (il faut, pour cela, savoir lire entre les lignes).

Sécurité des infrastructures 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Les réseaux 5G allient encore plus de technologies différentes que les réseaux 4G, ce qui entraîne une complexité de réseau rarement égalée, et donc une sécurité bien difficile à assurer pour les opérateurs comme pour les clients. Malgré les améliorations de sécurité sur le service mobile 5G, il reste de nombreuses manières d’attaquer (et de défendre) les infrastructures 5G de l’opérateur.

Retours d’un hackathon 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

Encore insouciant de la crise qui allait frapper le monde fin 2019, un hackathon de 24h a eu lieu à l’université d’Oulu [1] en Finlande afin d’anticiper les attaques sur les futures installations 5G de manière pratique. Nous verrons dans cet article comment il a été possible d’avoir la main sur la quasi-totalité d’un réseau 5G privé comme celui du campus d’Oulu à partir d’une carte USIM et d’un téléphone 5G. Puis, nous verrons d’autres perspectives en termes de tests d’intrusion avec les outils publics actuels.