Analyse en profondeur de Waledac et de son réseau

Magazine
Marque
MISC
Numéro
45
Mois de parution
septembre 2009
Domaines


Résumé

Waledac a fait son apparition sur internet vers la fin de l'année 2008. Ce malware a d'abord attiré l'attention des chercheurs par sa ressemblance avec la célèbre famille « Storm », qui venait alors de s'éteindre. Au-delà de ce probable lien de filiation, Waledac est particulièrement intéressant en lui-même, ne serait-ce que parce que les machines du botnet qu'il constitue communiquent à l'aide d'un protocole peer-to-peer « maison », ou bien encore parce que ses techniques de protection logicielles s'avèrent particulièrement efficaces contre les antivirus. Dans cet article, nous commencerons par établir l'historique de Waledac, puis nous décrirons ses caractéristiques techniques et leur évolution dans le temps. Ensuite, nous étudierons la structure du botnet et l'algorithme de communication utilisé. Pour finir, des attaques avancées contre le botnet seront présentées et nous évoquerons les liens avec la famille « Storm » en conclusion.


1. Introduction

Les premières versions de Waledac sont apparues sur l'Internet en novembre 2008. Le mécanisme principal de propagation de ce malware était alors d'envoyer du spam pour convaincre un utilisateur de télécharger un binaire et de l'exécuter. Les thèmes d'ingénierie sociale utilisés dans ce but ont subi de nombreuses évolutions au cours des mois, chacun ne restant en place que quelques semaines au plus. Parmi ces nombreuses campagnes, citons :

- les cartes de souhaits pour la période de Noël ;

- les nouvelles reliées à l'élection de Barack Obama comme président américain (annonce de sa démission) ;

- les cartes pour la St-Valentin ;

- une fausse application d'espionnage de messages SMS ;

- une vidéo de feux d'artifice pour le jour de la fête de l'Indépendance américaine.

 

smsspy

 

Avant de lancer une nouvelle vague de propagation, la couche de protection des binaires Waledac est préparée et modifiée afin d'éviter la...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Introduction au dossier : ARM - quels progrès pour la sécurité ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Une fois n’est pas coutume, le sujet de ce dossier concerne une thématique avec une actualité « grand public » on ne peut plus récente : la percée significative des processeurs ARM dans le monde des ordinateurs personnels au travers de son adoption par la marque à la pomme pour sa nouvelle génération d’ordinateurs portables et fixes. Au-delà des promesses, plus de puissance avec une consommation moindre (certains résultats spécifiques sont impressionnants, en témoigne « Accelerating TensorFlow Performance on Mac » sur le blog officiel de TensorFlow), ce qui nous intéresse ici ce sont les questions de sécurité. Depuis quelques années maintenant, la course entre les techniques d’exploitation modernes et les contre-mesures associées voit un nouvel acteur intervenir : les extensions de sécurité matérielles.

Attaques en environnement Docker : compromission et évasion

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Ces dernières années, on a pu observer une évolution croissante des environnements conteneurisés et notamment de l’usage de Docker. Les arguments mis en avant lors de son utilisation sont multiples : scalabilité, flexibilité, adaptabilité, gestion des ressources... En tant que consultants sécurité, nous sommes donc de plus en plus confrontés à cet outil. Au travers de cet article, nous souhaitons partager notre expérience et démystifier ce que nous entendons bien trop régulièrement chez les DevOps, à savoir que Docker est sécurisé par défaut.