Vulgarisation des aspects formels de la notion de furtivité

Magazine
Marque
MISC
Numéro
44
|
Mois de parution
juillet 2009
|
Domaines


Résumé

Le rootkit représente une des principales menaces que combattent les éditeurs de logiciel de sécurité. Il s’agit d’un programme qui a pour principal but de se cacher au sein d’un système en utilisant des mécanismes de furtivité. Nous essayons dans cet article de vulgariser dans la mesure du possible les aspects formels décrivant la furtivité. Les rares ébauches de formalisation de ces mécanismes ont été développées dans le cadre spécifique de la modélisation des virus, ces derniers étant toujours assimilés à tort à des fonctionnalités malveillantes. Regardons de plus près les modèles formels qui nous permettent de mieux comprendre ce concept d’actualité.


La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Sur le même sujet

Extraction des secrets de lsass à distance

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Le mouvement latéral est une composante essentielle des tests d’intrusion. Cette phase peut être fastidieuse si les cibles sont correctement protégées. L’outil « lsassy » répond à ce besoin en permettant d’extraire à distance les secrets présents sur des machines.

Mécanismes de défense en profondeur de Safari sur iOS

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Les navigateurs sont depuis plusieurs années une cible de choix pour obtenir une exécution de code arbitraire initiale dans la chaîne de compromission d’un équipement « client », que ce soit une station de travail classique ou un smartphone. La prolifération des vulnérabilités et techniques d’exploitation encourage les éditeurs à mettre en place de la défense en profondeur afin de supprimer des classes entières de vulnérabilités ou rendre leur exploitation particulièrement complexe.

Introduction au dossier : Sécurité des navigateurs web : où en sommes-nous ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Il y a maintenant 5 ans, MISC dédiait un dossier complet à la sécurité des navigateurs web [1]. Il y était traité de sandboxing sous Firefox, de JIT, de cloisonnement JavaScript, d’exploitation du navigateur Chrome sous Android. Une grande partie de ce qui a été écrit à l’époque est encore en partie valide et je vous invite à y jeter un œil si vous ne connaissez pas déjà ce dossier.

Un œil technique sur les sanctions de la CNIL

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Près de trois quarts des sanctions prononcées par la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) ont parmi leurs causes des vulnérabilités techniques de sécurité. À partir de ce constat, et au prisme de notre expérience à la fois en cybersécurité technique et en protection des données à caractère personnel, nous avons analysé les sanctions de la CNIL publiées sur le site https://www.legifrance.gouv.fr/. Nous avons notamment établi une correspondance avec les catégories de vulnérabilités techniques identifiées dans la nomenclature du top 10 de l'OWASP 2017 (Open Web Application Security Project). Nous avons également étudié les fuites de données majeures survenues en Europe et dans le monde. Il en ressort que les vulnérabilités les plus communes sont liées à l’authentification, au contrôle d’accès et à la protection des données au repos et en transit.

Par le même auteur

Etat de l’art des hyperviseurs de sécurité

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
132
|
Mois de parution
novembre 2010
|
Résumé
Les attaques informatiques étant de plus en plus compliquées et robustes, les solutions actuelles de protection (antivirus) sont de moins en moins efficaces. La création de nouveaux jeux d’instructions de la part des fabricants de processeurs, pour l’amélioration des performances des solutions de virtualisation (VMware, XEN, etc.), a permis la création de nouvelles solutions de sécurité. L’article présente un état de l’art de diverses solutions proposées par la communauté scientifique, permettant la protection du système d’exploitation et/ou des applicatifs.

CLAMAV : un antivirus plus que crédible

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
119
|
Mois de parution
septembre 2009
|
Résumé

Cet article décrit l’analyse de sécurité du logiciel antivirus CLAMAV. Ce logiciel est à ce jour le seul logiciel antivirus à la fois gratuit, ouvert et multiplateforme. L’objectif d’un logiciel antivirus est de détecter, d’identifier un code malveillant connu ou utilisant des techniques virales connues et de prendre les mesures adéquates pour protéger le système contre son action et/ou sa prolifération, avec un niveau de protection et d’efficacité compatibles avec la politique de sécurité souhaitée.

Vulgarisation des aspects formels de la notion de furtivité

Magazine
Marque
MISC
Numéro
44
|
Mois de parution
juillet 2009
|
Domaines
Résumé

Le rootkit représente une des principales menaces que combattent les éditeurs de logiciel de sécurité. Il s’agit d’un programme qui a pour principal but de se cacher au sein d’un système en utilisant des mécanismes de furtivité. Nous essayons dans cet article de vulgariser dans la mesure du possible les aspects formels décrivant la furtivité. Les rares ébauches de formalisation de ces mécanismes ont été développées dans le cadre spécifique de la modélisation des virus, ces derniers étant toujours assimilés à tort à des fonctionnalités malveillantes. Regardons de plus près les modèles formels qui nous permettent de mieux comprendre ce concept d’actualité.

La sécurité des clés USB (partie 2)

Magazine
Marque
MISC
Numéro
42
|
Mois de parution
mars 2009
|
Domaines
Résumé

Cet article propose de montrer que les données présentes sur une clé USB sont exposées à plus de risques qu'on ne le pense.Dans la première partie [1], nous avons fait un bref rappel des grandes familles de vulnérabilités qui pèsent sur la clé USB, et nous avons décrit son mode de fonctionnement sous Linux. Nous avons également expliqué en détail un premier « Proof of Concept » sous Linux montrant que l'on peut copier les données présentes sur une clé à l'insu de son propriétaire, par exemple lorsque l'on prête sa clé USB à quelqu'un pour une présentation, pour donner un fichier ou pour se faire copier un fichier dessus.Dans cette deuxième et dernière partie, nous ferons évoluer notre « Proof of Concept » sous Linux et nous montrerons une « Cross-Platform » qui passe de Linux à Windows. Ayant montré la réalité des risques, nous conclurons cet article par quelques parades, solutions existantes, et conseils pratiques.