Détection opérationnelle des rootkits HVM ou quand la recherche remplace le buzz (Partie 1)

Magazine
Marque
MISC
Numéro
42
Mois de parution
mars 2009
Domaines


Résumé

Les différents codes malveillants suivent, voire devancent, les innovations technologiques que connaît le monde informatique, mois après mois. Ainsi, au fil des évolutions techniques, les rootkits ont pu migrer facilement du niveau utilisateur vers le niveau noyau, atteignant ainsi le Saint Graal : avoir tous pouvoirs sur la machine. Ces dernières années ont vu également l'émergence de la virtualisation, en particulier matérielle, permettant de faciliter le déploiement de solutions, mais également de renforcer la sécurité. Mais, si donner les moyens au processeur d'accéder très facilement à la virtualisation a pu accroître de façon significative la rapidité des logiciels de virtualisation, cela a, en même temps, conduit à fournir de nouvelles solutions aux concepteurs de virus.


Ces innovations ont eu pour effet de créer une polémique autour d’une nouvelle sorte de rootkits, dénommés « HVM » (Hardware-based Virtual Machine), et en particulier sur le plus populaire d'entre eux : BluePill. Certains les prétendent totalement invisibles et donc indétectables, rendant inutile toute technologie antivirale ou HIDS. D'autres affirment tout aussi stérilement qu’il s’agit là de prétentions fantaisistes. Entre apocalypse informatique annoncée et « tout va très bien madame la marquise », le débat n’a jamais été placé sur le seul terrain où il aurait dû l’être : celui de la recherche et de l’expérimentation. La mise à disposition par son auteur d’une version, certes volontairement incomplète, du code source du premier rootkit HVM (BluePill) a permis d’y voir plus clair. Cet article rappelle le problème posé par les rootkits HVM du type BluePill et présente une solution technique opérationnelle, validée sur le plan...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

JsItBad : détecter du JavaScript malveillant sans l’exécuter

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
Mois de parution
mars 2020
Domaines
Résumé

C’est théoriquement impossible, et pourtant c’est faisable en pratique. En s’inspirant d’une technique d’apprentissage statistique (Machine Learning) habituellement réservée au traitement du langage naturel, il est possible de déterminer avec une très grande précision si un bout de code en JavaScript est malveillant. Ces résultats s’étendent naturellement à tout langage interprété, mais sont mis en défaut par l’arrivée du WebAssembly.

Utilisation de services en ligne légitimes par les malwares

Magazine
Marque
MISC
Numéro
107
Mois de parution
janvier 2020
Domaines
Résumé

Les fraudes sur Internet, qu’elles suivent une motivation financière ou autre, nécessitent généralement de l’ingénierie sociale, ou l’utilisation de malwares. Ces derniers sont plus ou moins furtifs au niveau de leur comportement sur le poste de travail infecté, mais aussi lors de leurs communications sur le réseau avec leur contrôleur, ou serveur de « command and control » (C2). Voulant rendre leur trafic moins détectable, certains cybercriminels ont misé sur l’utilisation de plateformes et services légitimes en ligne. Bien que cette méthode ne soit pas nouvelle en soi, elle tend à être de plus en plus utilisée depuis quelques années.

Introduction au dossier : Ransomwares : état de la menace

Magazine
Marque
MISC
Numéro
107
Mois de parution
janvier 2020
Domaines
Résumé

Il ne se passe plus un mois sans qu’un ransomware ne touche une entreprise ou administration publique et que cette dernière se retrouve dans une situation délicate, au point que cela atterrisse invariablement dans les colonnes de nos quotidiens (oui bon, dans les bandeaux des chaînes d’information continue). On pourrait simplement dire que l’histoire se répète, qu’il s’agit d’un énième malware qui touche des infrastructures qui ne sont pas à jour, mal configurées, et que tout cela était inéluctable.