Détection opérationnelle des rootkits HVM ou quand la recherche remplace le buzz (Partie 1)

Magazine
Marque
MISC
Numéro
42
Mois de parution
mars 2009
Domaines


Résumé

Les différents codes malveillants suivent, voire devancent, les innovations technologiques que connaît le monde informatique, mois après mois. Ainsi, au fil des évolutions techniques, les rootkits ont pu migrer facilement du niveau utilisateur vers le niveau noyau, atteignant ainsi le Saint Graal : avoir tous pouvoirs sur la machine. Ces dernières années ont vu également l'émergence de la virtualisation, en particulier matérielle, permettant de faciliter le déploiement de solutions, mais également de renforcer la sécurité. Mais, si donner les moyens au processeur d'accéder très facilement à la virtualisation a pu accroître de façon significative la rapidité des logiciels de virtualisation, cela a, en même temps, conduit à fournir de nouvelles solutions aux concepteurs de virus.


Ces innovations ont eu pour effet de créer une polémique autour d’une nouvelle sorte de rootkits, dénommés « HVM » (Hardware-based Virtual Machine), et en particulier sur le plus populaire d'entre eux : BluePill. Certains les prétendent totalement invisibles et donc indétectables, rendant inutile toute technologie antivirale ou HIDS. D'autres affirment tout aussi stérilement qu’il s’agit là de prétentions fantaisistes. Entre apocalypse informatique annoncée et « tout va très bien madame la marquise », le débat n’a jamais été placé sur le seul terrain où il aurait dû l’être : celui de la recherche et de l’expérimentation. La mise à disposition par son auteur d’une version, certes volontairement incomplète, du code source du premier rootkit HVM (BluePill) a permis d’y voir plus clair. Cet article rappelle le problème posé par les rootkits HVM du type BluePill et présente une solution technique opérationnelle, validée sur le plan...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Retour d’expérience : investigation numérique dans un environnement Windows

Magazine
Marque
MISC
Numéro
111
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

L’investigation numérique d’un système d’information (SI) consiste à comprendre d’un point de vue temporel et factuel les évènements ayant conduit à l’incident. Bien que les SI présentent une architecture bien souvent commune, les interventions sont toutes différentes et mettent en lumière l’ingéniosité des attaquants afin d’œuvrer de la manière la plus discrète possible. Nous allons présenter au cours de cet article, notre retour d’expérience relatif à une intervention auprès d’un client début 2020.

Zéro SQLi malgré les développeurs

Magazine
Marque
MISC
Numéro
111
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Nous proposons une méthode pour effectuer des requêtes SQL qui garantit l'invulnérabilité aux injections SQL, y compris lorsqu'elle est utilisée par un développeur pressé ou incompétent, contrairement aux requêtes paramétrées. Basée sur l'utilisation d'arbres de syntaxe abstraite, elle permet facilement de construire des requêtes dynamiques et est plus facile à mettre en œuvre qu'un ORM. Nous proposons une bibliothèque Java implémentant nos idées, mais la méthode peut s'appliquer à d'autres langages de programmation et d'autres types de requêtes.

Sécurisation du serveur

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
48
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Notre serveur RHEL est désormais fin prêt à être utilisé et maintenu, sans peine et de manière confortable. Cependant, notre travail n’est pas terminé. Il nous reste encore un élément crucial à valider : nous assurer que le serveur est aussi sûr et protégé que possible face à un éventuel assaillant mal attentionné.