Conflit russo-géorgien et guerre de l’information

Magazine
Marque
MISC
Numéro
40
Mois de parution
novembre 2008
Domaines


Résumé

« Ghost Recon commence en 2008 avec des troubles civils en Russie. Des ultra-nationalistes ont pris le pouvoir à Moscou et veulent remettre en vigueur le Rideau de fer. Leur première action est de soutenir clandestinement des factions rebelles en Géorgie et dans les pays baltes... Durant les premières missions du jeu, les Ghosts doivent combattre les forces rebelles d'Ossétie du Sud, du Nord de la Géorgie, qui sont en train de harceler le gouvernement légitime et ses alliés ». Tel est relaté sur Wikipédia [1] le scénario du jeu vidéo Ghost Recon [2], distribué en 2001. En 2008, la réalité a partiellement rejoint la fiction. La compréhension et l’analyse aussi objective que possible de ce conflit armé qui a éclaté entre la Russie et la Géorgie, aux enjeux géopolitiques et stratégiques internationaux complexes, sont rendues d’autant plus difficiles qu’un fort brouillard d’information voile le paysage. D’information, de désinformation et même de guerre de l’information il a été fortement question lors de ce conflit. Il y a eu la guerre des communiqués, la propagande, les opérations d’influence : l’information dans la guerre a toujours joué un rôle crucial. Il y a eu aussi des cyber-attaques dont furent victimes les deux belligérants (§1). La cyber-guerre se serait invitée au conflit, dénoncée par le discours politique officiel (§2). Il convient alors d’analyser ces cyber-attaques (§3), opérations civiles ou militaires (§4), et de s’interroger sur leur nature, leur origine et leur place dans le conflit (§5).


1. Opérations dans les cyberespaces russe et géorgien

À compter du 8 août 2008, date que, par simplification, nous retiendrons comme celle du début des hostilités militaires, de nombreux sites internet géorgiens ont été paralysés, leurs serveurs pliant sous le choc d’attaques DDoS, ou bien ont été défigurés. Parmi les sites touchés à compter de cette date et au cours de la semaine qui a suivi, on compte ainsi [3] :

- celui du Président Mikhail Saakashvili [4] ;

- celui du ministère des Affaires Étrangères [5] ;

- celui du Parlement [6] ;

- celui du ministère de la Défense [7] ;

- celui de la banque nationale de Géorgie [8] ;

- celui de la chaîne de télévision Rustavi2 [9] ;

- sosgeorgia.org (qui fait depuis défiler sur son site un bandeau pour informer les internautes qu’il fait l’objet d’attaques massives de la part des hackers russes) [10].

La Géorgie ne fut cependant pas seule touchée par ces opérations de hacking...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

À la découverte de l’open data : petit manuel de survie dans le milieu de la donnée

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

La remise au Premier ministre du rapport Bothorel sur la politique publique de la donnée, des algorithmes et des codes sources permet de procéder à un état des lieux de l’open data en France. De quoi parle-t-on quand on parle d’open data ? Quels sont les critères et les formats ? Comment une structure peut-elle se lancer dans l’open data ?

Où en est-on du Pearl Harbor numérique ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Emblème du marketing par la peur pour les uns, cygne noir pour les autres, cette appellation désigne l’éventualité d’une attaque informatique éclair contre un pays et qui serait paralysante pour son économie. Le terme fait couler de l’encre depuis au moins 20 ans [1] et nourrit moult fantasmes. Mais sont-ce des fantasmes ? D’aucuns diraient que si en 20 ans il ne s’est rien passé, c’est probablement qu’il y a eu un alarmisme exagéré.

La téléportation, de la fiction au SDN

Magazine
Marque
MISC
Numéro
114
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

L’art de se téléporter n’est plus réservé au cinéma ! Suite au développement de nouveaux paradigmes tels que le SDN, facilitant le déploiement de firewalls, la sécurité du plan de données a considérablement augmenté. Mais est-il possible d’éviter ces points de passage pour exfiltrer des données entre deux extrémités d’un réseau ? Au lieu de chercher un trou dans le mur, ne serait-il pas plus simple de trouver un moyen de le contourner ? C’est là l’ambition des techniques de téléportation. Nous explorerons les différentes techniques exploitant ce concept, puis nous reproduirons l’une de celles-ci sur un contrôleur SDN, ONOS.

Les taxonomies se cachent pour ne pas mourir

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

« Attention, nouveau virus ! » Nombreux sont les articles à nous alerter régulièrement, par cette métonymie, sur l’émergence d’un nouveau malware. Pourtant, le terme de virus a-t-il encore un sens aujourd’hui ? Wannacry était-il un ver, ou un ransomware ? NotPetya, un wiper, ou bien un ver ? Et plus encore, au-delà de l’utilisation de termes et expressions se pose la question de la nécessaire catégorisation des incidents de cybersécurité ; pourquoi, comment, à quelles fins ? Essai (critique) de réponse.

StopCovid et consorts : décryptage et enjeux des applications de santé

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Avec l’épidémie de COVID-19 qui continue à sévir à l’échelle mondiale, on a vu fleurir dans tous les pays des applications mobiles permettant de tracer les éventuels porteurs de la maladie. Mais, en dehors de cette utilisation très spécifique, il existe des catégories d’outils. Explications sur ces aides médicales d’un nouveau genre, qui commencent à faire partie de notre quotidien.