Votre protocole est-il vérifié ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
39
|
Mois de parution
septembre 2008
|
Domaines


Résumé

Comme l’indiquent plusieurs articles de ce dossier, des techniques de fuzzing peuvent être appliquées aux protocoles. Elles permettent alors de détecter des vulnérabilités sur des implémentations particulières. Mais qu’en est-il de la détection des erreurs de conception ? Comment s’assurer qu’un nouveau protocole est sain d’un point de vue purement logique avant même de disposer de son implémentation ? Les techniques récentes de vérification automatique de protocoles s’avèrent à cet égard très utiles. Plusieurs outils d’animation et de vérification existent : tout au long de cet article, nous utilisons conjointement SPAN (www.irisa.fr/lande/genet/span) et AVISPA (www.avispa-project.org). D’une certaine manière, l’animation est à la spécification ce que le fuzzing est à l’implémentation.


La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Sur le même sujet

Tomoyo, le contrôle d’accès facile

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
235
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Par un contrôle fin des accès aux fichiers, les logiciels de type Mandatory Access Control (MAC) permettent de lutter efficacement contre le piratage et le vol de données. Tomoyo-linux propose une alternative simple d’utilisation à SELinux.

KeeRest : mettez du DevOps dans votre KeePass

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

Nous avions vu dans MISC n°103 comment déployer une base KeePass en mode SaaS ciblant les particuliers ou de petits périmètres professionnels. Dans un autre monde, les pratiques DevOps se démocratisent et demandent d’augmenter l’agilité des développements tout en réduisant les délais de mise en production. Cet article est le fruit d’une collaboration entre un DevOps et un ingénieur SSI pour voir de quelle manière il est possible de tirer profit de KeePass dans ces environnements.

JsItBad : détecter du JavaScript malveillant sans l’exécuter

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

C’est théoriquement impossible, et pourtant c’est faisable en pratique. En s’inspirant d’une technique d’apprentissage statistique (Machine Learning) habituellement réservée au traitement du langage naturel, il est possible de déterminer avec une très grande précision si un bout de code en JavaScript est malveillant. Ces résultats s’étendent naturellement à tout langage interprété, mais sont mis en défaut par l’arrivée du WebAssembly.

Antivirus Avira (CVE-2019-18568) : quand l'authentification d'un PE mène à une LPE

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

En juillet 2019, je me suis penché sur la sécurité d'un antivirus grand public, connu sous le nom de « Avira ». Lors de cette analyse, j'ai identifié, dans le driver en charge d'authentifier un programme exécutable, une vulnérabilité menant à une élévation de privilèges. Après une brève présentation du composant noyau, nous étudierons en détail la vulnérabilité et préparerons les éléments nécessaires à la réussite d'une exploitation.

Analyse UEFI avec Windbg

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
|
Mois de parution
mars 2020
|
Domaines
Résumé

La dernière étape dans la mise en place d’un environnement de travail complet en UEFI va être l’installation d’un debugger. Celui-ci va permettre de, non seulement faciliter le développement au sein du micrologiciel, mais aussi de comprendre dynamiquement le code source. Dès lors, il sera possible de mieux appréhender ce code afin de l’éditer et créer son propre UEFI.

Par le même auteur

Prise d'empreinte 802.11

Magazine
Marque
MISC
Numéro
59
|
Mois de parution
janvier 2012
|
Domaines
Résumé
La prise d'empreinte d'un appareil réseau consiste en la mesure de son trafic afin d'identifier l'appareil lui-même ou certaines de ses caractéristiques techniques.La prise d'empreinte est une technique bien connue lorsqu'elle est appliquée à la reconnaissance des systèmes d'exploitation, avec des outils populaires comme NMAP ou SinFP. Cette technique est moins connue lorsqu'elle est appliquée à la reconnaissance d'appareils 802.11. Pourtant, depuis 2005, environ trente articles consacrés à ce sujet ont été publiés. Plusieurs outils ont vu le jour, comme BAFFLE [3] ou WiFinger [9].Dans cet article, nous décrivons diverses méthodes de prise d’empreinte 802.11 : test actif d’implémentation [4], test passif d’implémentation [7], mesure de dérive d’horloge [10, 12]. Nous illustrons le fonctionnement pratique de ces méthodes à l’aide de scripts et nous indiquons les possibilités d’évasion connues.

Votre protocole est-il vérifié ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
39
|
Mois de parution
septembre 2008
|
Domaines
Résumé

Comme l’indiquent plusieurs articles de ce dossier, des techniques de fuzzing peuvent être appliquées aux protocoles. Elles permettent alors de détecter des vulnérabilités sur des implémentations particulières. Mais qu’en est-il de la détection des erreurs de conception ? Comment s’assurer qu’un nouveau protocole est sain d’un point de vue purement logique avant même de disposer de son implémentation ? Les techniques récentes de vérification automatique de protocoles s’avèrent à cet égard très utiles. Plusieurs outils d’animation et de vérification existent : tout au long de cet article, nous utilisons conjointement SPAN (www.irisa.fr/lande/genet/span) et AVISPA (www.avispa-project.org). D’une certaine manière, l’animation est à la spécification ce que le fuzzing est à l’implémentation.