La sécurité des communications vocales (3) : techniques numériques

Magazine
Marque
MISC
Numéro
38
Mois de parution
juillet 2008
Domaines


Résumé

Dans les articles précédents [1, 2], nous avons présenté les techniques de codage de la voix (comment cette dernière est représentée et traitée) et les techniques analogiques de chiffrement de la voix. Alors que ces dernières consistent à modifier structurellement le signal selon divers procédés, mais sans en modifier la nature profonde, les techniques numériques, quant à elles, consistent à transformer le signal en valeurs numériques discrètes, puis à opérer un chiffrement classique sur la séquence obtenue après conversion analogique/numérique. L’aspect critique dans ces techniques réside dans la qualité de la conversion. Non seulement le signal doit être le plus fidèle possible après conversion en numérique, mais ni le chiffrement, ni la transmission (effet de bruit) ne doivent altérer le signal et rendre sa restitution finale du numérique vers l’analogique. La partie chiffrement, quant à elle, ne se distingue en rien d’un chiffrement classique. L’art de l’ingénieur est donc encore une fois essentiel, même si, contrairement aux techniques analogiques, il n’intervient pas directement dans la sécurisation de la voix. Enfin, pour conclure cette série d’articles consacrée à la protection de la voix, nous présenterons un système de cryptophonie utilisé par l’armée de l’air chinoise.


Nous avons présenté, dans l’article précédent [2], les techniques de cryptophonie analogiques qui consistent toutes en des techniques plus ou moins complexes de « brouillage » dont le principe général est, en gros, de mélanger des parties du signal selon différents paramètres utilisés pour le caractériser : fréquence, temps, puissance du signal... Nous avons également vu qu’un signal analogique brouillé reste un signal continu dont la richesse et la complexité peuvent échapper à toute description mathématique et ainsi constituer un obstacle « plus important » pour les outils d’analyse actuels. Et là où la théorie peut échouer, une oreille humaine exercée ou aiguë peut saisir des fragments de communication s’il subsiste une intelligibilité résiduelle dans le signal brouillé, intelligibilité qu’il est impossible à cerner autrement que par des test auditifs de validation. C’est la raison pour laquelle les techniques analogiques de...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Qu’est-ce que le chiffrement ?

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
50
Mois de parution
février 2021
Domaines
Résumé

Les protocoles de chiffrement de données, tels que SSL et son successeur TLS, sont au cœur des problématiques de la sécurisation des échanges sur les réseaux informatiques (dont Internet est le plus vaste représentant). Pour un développeur, comme pour un administrateur système, il est donc essentiel de bien comprendre à quoi ils servent, ce qu’ils font, et aussi quand s’en servir. Dans cet article, nous nous proposons de revenir sur toutes ces notions afin de s’assurer de leur bonne compréhension.

Introduction à l’analyseur de réseau : le NanoVNA pour la caractérisation spectrale de dispositifs radiofréquences

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
36
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

L’analyseur de réseau est l’outil incontournable de tout développeur de systèmes radiofréquences, au même titre que le multimètre pour les développements en électronique analogique ou GDB en logiciel. Alors qu’un analyseur de réseau était (et peut encore être) un outil coûteux à plusieurs dizaines de milliers d’euros, inaccessible à la plupart des amateurs, l’avènement de composants radiofréquences intégrés contenant émetteur et récepteur agiles en fréquence offrent la possibilité de réaliser des analyseurs de réseau à moindre coût - certes aux performances réduites, mais suffisantes pour bien des applications, voire irremplaçables face aux offres commerciales lorsque l’instrument open source permet de l’adapter au mieux à ses besoins.

Décodage par radio logicielle du VOR pour le positionnement sans GPS

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
36
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Nous avons largement abordé les risques inhérents au GPS par le leurrage et le brouillage des informations numériques transmises. L’alternative est l’utilisation de signaux analogiques portant une information de direction d’arrivée : connaissant la position de la source du signal, nous pourrons nous diriger dans sa direction, ou trianguler notre position si plusieurs sources sont disponibles. Il s’agit du principe du VOR, émis depuis tous les grands aéroports en particulier, que nous allons étudier avec un récepteur de télévision numérique terrestre utilisé comme source de signaux pour un traitement de radio logicielle.

Encore StopCovid, ou stop ?

Magazine
Marque
MISC
Numéro
112
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Comment fonctionne StopCovid ? Quels sont les problèmes ? À quels risques s’expose-t-on ? Dans cet article, nous tentons d’éclaircir ces questions et de nourrir quelques réflexions sur l’usage du numérique.