Analyse du phénomène ransomware

Magazine
Marque
MISC
Numéro
38
Mois de parution
juillet 2008
Domaines


Résumé

Le mot « ransomware » est construit par l'agrégation des mots « ransom » et « malware ». Ce mot et le phénomène qui y est associé sont apparus il y a environ 3 ans, dans le courant de l'année 2005, mettant en lumière une classe particulière de malwares qui demandent le paiement d'une rançon en échange de la restitution d'une fonctionnalité volée. La plupart des ransomwares utilisent le chiffrement de fichier comme un moyen d'extorsion. Nous abordons ici la notion de « chantage » appliquée au monde informatique ; ce dernier repose sur un moyen de pression ou moyen d'extorsion.


1. Introduction

Dans une approche naïve, nous pourrions avancer que la viabilité du chantage réside dans la résistance et la force du moyen d'extorsion utilisé. En réalité, nous devrions immédiatement corriger cette proposition et dire que la force réside dans la perception et la représentation que la victime se fait du moyen de pression. Il est important de garder à l'esprit que tous les ransomwares que nous allons analyser ont été utilisés dans le cadre d'extorsion de masse, les binaires malicieux étant largement diffusés à l'aide de différents vecteurs : documents vérolés, forums, etc. Nous nous proposons d'analyser la réalité de la menace ransomware, au-delà du buzz qu'il a suscité parmi certains médias généralistes, spécialisés dans la sécurité ou encore vendeurs d'antivirus. Est-ce que les moyens de pressions utilisés sont viables ? Quelques ressources en termes d'analyse de code suffisent-elles à les mettre en échec ? Les auteurs de...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

JsItBad : détecter du JavaScript malveillant sans l’exécuter

Magazine
Marque
MISC
Numéro
108
Mois de parution
mars 2020
Domaines
Résumé

C’est théoriquement impossible, et pourtant c’est faisable en pratique. En s’inspirant d’une technique d’apprentissage statistique (Machine Learning) habituellement réservée au traitement du langage naturel, il est possible de déterminer avec une très grande précision si un bout de code en JavaScript est malveillant. Ces résultats s’étendent naturellement à tout langage interprété, mais sont mis en défaut par l’arrivée du WebAssembly.

Introduction au dossier : Ransomwares : état de la menace

Magazine
Marque
MISC
Numéro
107
Mois de parution
janvier 2020
Domaines
Résumé

Il ne se passe plus un mois sans qu’un ransomware ne touche une entreprise ou administration publique et que cette dernière se retrouve dans une situation délicate, au point que cela atterrisse invariablement dans les colonnes de nos quotidiens (oui bon, dans les bandeaux des chaînes d’information continue). On pourrait simplement dire que l’histoire se répète, qu’il s’agit d’un énième malware qui touche des infrastructures qui ne sont pas à jour, mal configurées, et que tout cela était inéluctable.

Rançongiciels 101

Magazine
Marque
MISC
Numéro
107
Mois de parution
janvier 2020
Domaines
Résumé

Qu’ont en commun votre voisin, un fermier du Wisconsin, un centre hospitalier normand, les villes de Baltimore, de Johannesburg ou la Louisiane, la société Prosegur ? Tous ont été les victimes de ce qui en moins de dix ans est devenue une des principales menaces cyber : les rançongiciels.