Migrez de iptables vers nftables

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines


Résumé

Il y a cinq ans, je lisais un premier article sur nftables [1] : l’outil semblait intéressant, mais il n’était pas disponible sur ma machine. En 2019, une distribution majeure, Debian, a basculé sur nftables avec sa version 10 (Buster) [2] : il est donc temps de voir comment migrer du vénérable pare-feu iptables vers son successeur.


1. iptables & co.

1.1 Configuration iptables de départ

Pour la mise en pratique de la migration, nous allons commencer par mettre en place une configuration simple, mais classique d’iptables.

1.1.1 Installation

Il faut installer le paquetage iptables. Sur une distribution Debian/Ubuntu (ici Ubuntu 20.04) :

# apt install iptables

Sur une distribution Red Hat / CentOS / Fedora (ici Fedora 32) :

# dnf install iptables

1.1.2 Configuration

J’ai choisi des règles simples, qui sont assez classiques pour un poste de travail Linux personnel :

  • en entrée, on n’autorise que les accès SSH ;
  • en sortie, tout est autorisé.

C’est ce que l’on va réaliser avec le code suivant (fichier iptables_v4.sh), que nous allons réutiliser dans la suite de l’article :

01: iptables -F
02: iptables -X
03: iptables -t nat -F
04: iptables -t nat -X
05: iptables -t mangle -F
06: iptables -t mangle -X
07: iptables -t filter -F
08:...
Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Les taxonomies se cachent pour ne pas mourir

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

« Attention, nouveau virus ! » Nombreux sont les articles à nous alerter régulièrement, par cette métonymie, sur l’émergence d’un nouveau malware. Pourtant, le terme de virus a-t-il encore un sens aujourd’hui ? Wannacry était-il un ver, ou un ransomware ? NotPetya, un wiper, ou bien un ver ? Et plus encore, au-delà de l’utilisation de termes et expressions se pose la question de la nécessaire catégorisation des incidents de cybersécurité ; pourquoi, comment, à quelles fins ? Essai (critique) de réponse.

Les difficultés du désassemblage sur ARM

Magazine
Marque
MISC
Numéro
113
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Cet article aborde les problèmes spécifiques à l’architecture ARM qui se posent lorsqu’on désassemble un exécutable, c’est-à-dire lorsqu’on l’analyse statiquement pour en produire une représentation en langage assembleur. En effet, les particularités de l’architecture ARM peuvent rendre le désassemblage – déjà habituellement compliqué – particulièrement ardu.