Créer une interface utilisateur propre et lisible sous Pure Data

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
110
Mois de parution
novembre 2018
Domaines


Résumé
Pure Data, langage visuel de programmation dédié à la musique, est parfois réputé pour l'aspect fouillis de ses patchs. C'est surtout vrai quand on les compare à ceux obtenus par son confrère payant et propriétaire, Max/MSP. Pourtant, il est possible d'obtenir des patchs tout à fait organisés avec Pure Data, et même de créer des interfaces claires pour des utilisateurs qui ne connaîtraient pas le fonctionnement du logiciel. C'est important si vous souhaitez collaborer avec des musiciens en leur fabriquant des patchs, qui devront être clairs et prêts à l'emploi. Dans ce tutoriel, nous allons donc apprendre à créer une interface propre et lisible, à partir d'un patch prédéfini.

Outil utilisé : Pure Data (version Vanilla, Pd 0.46.7)

Site du projet :https://puredata.info/

Étape 1 : Cibler les contrôles importants pour l'utilisateur

bouvrot_puredata_tutoriel_fig1

Voici un exemple de patch. Celui-ci génère des ondes simples et dispose d'objets UI (Utilisateur Interface) permettant de faire varier la sonorité selon différents paramètres. Comme vous pouvez le constater, ce patch est difficile à lire pour quiconque n'est pas le programmeur d'origine, et encore pire pour quiconque n'a jamais utilisé Pure Data ! En proposant un patch comme ça, vous êtes certains de faire fuir vos collaborateurs musiciens...

Commençons par déterminer quels sont les contrôles utiles pour l'utilisateur. Dans notre exemple, c'est très simple : chaque objet UI est un contrôle que l'on souhaite voir apparaître dans l'interface utilisateur que nous allons créer. Ce n'est pourtant pas toujours aussi simple : parfois, on insère des objets UI simplement pour faire...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Conservez l’historique de vos commandes pour chaque projet, le retour

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
241
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Pouvoir conserver un historique dédié pour chaque projet, voici l’idée géniale énoncée par Tristan Colombo dans un précédent article de GLMF [1]. Cet article reprend ce concept génial (je l’ai déjà dit?) et l’étoffe en simplifiant son installation et en ajoutant quelques fonctionnalités (comme l’autodétection de projets versionnés pour proposer à l’utilisateur d’activer un historique dédié, si ce n’est pas le cas).

Système extensible et hautement disponible avec Erlang/OTP

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
241
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Erlang est un langage de programmation fonctionnel et distribué, créé à la fin des années 80 pour régler de nombreux problèmes issus du monde des télécoms, et plus généralement de l’industrie. Outre le fait qu’il soit l’une des seules implémentations réussies du modèle acteur disponible sur le marché, son autre grande particularité est d’être livré avec une suite d’outils, de modèles et de principes conçus pour offrir un environnement cohérent. Ce framework, nommé OTP, fait partie intégrante de la vie des développeurs utilisant Erlang au jour le jour...

Simulation d’un ordinateur mécanique en scriptant sous FreeCAD

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

L’évolution du traitement du signal est une histoire fascinante largement déroulée par David Mindell dans ses divers ouvrages [1] et citations [2]. Partant de l’ordinateur mécanique avec ses rouages, poulies, bielles et crémaillères, le passage à l’électrique au début du 20ème siècle, puis à l’électronique intégrée avec l’avènement du transistor et des circuits intégrés (VLSI) nous ont fait oublier les stades initiaux qui ont amené à notre statut actuel d’ordinateurs infiniment puissants, précis et compacts. Alors que cette histoire semble s’accompagner du passage de l’analogique au numérique – de la manipulation de grandeurs continues en grandeurs discrètes avec son gain en stabilité et reproductibilité – il n’en est en fait rien : un boulier fournit déjà les bases du calcul discrétisé mécanique, tandis que [3] introduit les concepts du calcul mécanique avec les traitements numériques avant de passer aux traitements analogiques.