Surveillez votre serveur web avec PSI

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
98
Mois de parution
novembre 2016
Domaines


Résumé
Les systèmes vous permettant de surveiller de vastes parcs informatiques sont légion. Ils rivalisent de fonctionnalités et leur maîtrise est une nécessité à laquelle aucun administrateur réseau digne de ce nom ne peut échapper. Parmi d’autres, ne citons que Nagios. Pour autant, a-t-on toujours besoin d’un tel arsenal ? Lorsque vous ne vous préoccupez que d’un modeste serveur web aux capacités limitées ou encore d’un serveur domestique à base de Rasberry Pi, de telles solutions paraissent surdimensionnées. Alors, pourquoi ne pas essayer quelque chose de plus léger, un script PHP qui vous affichera sur une seule page les indicateurs essentiels de l’état de votre serveur, vous permettant de vérifier son bon fonctionnement en un clin d’oeil ? Voici phpSysInfo, souvent abrégé en PSI.


ÉTAPE 1 : Installation

L’installation est on ne peut plus simple : télécharger l’archive depuis le site officiel [1], décompressez-la dans un dossier accessible depuis le Web, et vous y êtes.

Mais vous préfèrerez sans doute une installation reposant sur Git, vous facilitant les mises à jour :

$ cd /var/www

$ sudo mkdir psi

$ cd psi

$ sudo git clone https://github.com/phpsysinfo/phpsysinfo.git

Les plus exigeants auront recours à Docker :

$ sudo docker build -t phpsysinfo github.com/phpsysinfo/phpsysinfo

$ sudo docker run -i -p 8080:80 -t phpsysinfo

En suivant exactement cet exemple, ils devront connecter leur navigateur sur le port 8080 de leur serveur pour pouvoir admirer PSI au travail.

Et voilà ! Vous ne devriez avoir aucune autre modification à faire pour que PSI puisse fonctionner.

ÉTAPE 2 : Configuration

Là aussi, PSI est conçu pour faciliter la vie du plus grand nombre. Ainsi, il est fourni avec une configuration de base stockée dans phpsysinfo.ini.new. Il vous suffit...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Répondez aux problématiques de sécurité d’accès avec OpenSSH

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Notre infrastructure est désormais stable et sécurisée tant au niveau système que réseau. Nous allons pouvoir étudier de manière un peu approfondie un logiciel particulier : OpenSSH. Ce démon réseau nous permet de nous connecter en toute sécurité sur nos serveurs via le protocole SSH. Son développement a commencé il y a plus de 20 ans chez nos amis d’OpenBSD. La liste de ses fonctionnalités est d’une longueur impressionnante. Nous allons en parcourir ensemble quelques-unes qui, je l’espère, nous permettront d’améliorer tant notre sécurité que notre productivité quotidienne.

Définissez l'architecture de vos serveurs et installez-les

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Dans cet article, nous réfléchirons aux besoins de sécurité auxquels nos serveurs devront répondre. Il sera d’ailleurs plus question d’architecture que de serveur personnel. Pourquoi cela ? Car nos besoins vont à coup sûr évoluer dans le temps. L’approche la plus pérenne sera donc de mener une réflexion basée sur des services et non sur un serveur unique. Nous allons aussi nous attacher à assurer la résilience de nos services de base. Nos choix d’architecture auront pour objectif de pouvoir mieux détecter, contrer et éventuellement réparer les dommages causés par une attaque informatique. Nous pourrons par exemple restaurer nos services si un attaquant réussissait à prendre le contrôle du serveur. Notre plan de bataille commencera par la définition des grandes lignes de notre infrastructure, puis par la sélection de nos fournisseurs. Nous déploierons ensuite le serveur avec un premier palier de sécurisation système.

Migrez de iptables vers nftables

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Il y a cinq ans, je lisais un premier article sur nftables [1] : l’outil semblait intéressant, mais il n’était pas disponible sur ma machine. En 2019, une distribution majeure, Debian, a basculé sur nftables avec sa version 10 (Buster) [2] : il est donc temps de voir comment migrer du vénérable pare-feu iptables vers son successeur.