TRIBUNE : Internet - Pour un contre-ordre social

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
85
Mois de parution
août 2014
Domaines


Résumé
Michel Foucault, disparu il y a trente ans, proposait d’approcher les grandes questions du monde à travers le rapport entre savoir et pouvoir. Cette méthode a l’avantage de contextualiser le discours que l’on est en train d’analyser : quels discours permettent d’exercer quels pouvoirs ? Et quels pouvoirs sont censés induire quelles contraintes et en vertu de quels discours ? Dans un de ses plus célèbres ouvrages, Surveiller et punir [1], Foucault démontre les mécanismes qui permettent de passer de la démonstration publique du pouvoir d’un seul, le monarque qui commande l’exécution publique des peines, à la normativité morale et physique imposée par le contrôle, jusqu’à l’auto-censure. Ce n’est plus le pouvoir qui est isolé dans la forteresse de l’autorité absolue, mais c’est l’individu qui exerce lui-même sa propre coercition. Ainsi, Surveiller et punir n’est pas un livre sur la prison, mais sur la conformation de nos rapports sociaux à la fin du XXe siècle.

Christophe Masutti est président de Framasoft (http://framasoft.org), responsable des affaires européennes et transfrontalières aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg (http://www.chru-strasbourg.fr/) et chercheur associé en histoire des sciences au SAGE (UMR 7363, Université de Strasbourg) (http://sage.unistra.fr).

christophe_masutti

Crédit : Violaine, licence CC-By.

De la légitimité

Les modèles économiques ont suivi cet ordre des choses : puisque la société est individualiste, c’est à l’individu que les discours doivent s’adresser. La plupart des modèles économiques qui préexistent à l’apparition de services sur Internet furent considérés, au début du XXIe siècle, comme les seuls capables de générer des bénéfices, de l’innovation et du bien-être social. L’exercice de la contrainte consistait à susciter le consentement des individus-utilisateurs dans un rapport qui, du moins le croyait-on, proposait une hiérarchie entre d’un côté les producteurs de...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Trouver ses racines avec Ancestris

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
48
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Avec six millions d’adeptes en France, la généalogie a de beaux jours devant elle et a, tout comme bon nombre d’autres pans de notre société, profité de l’essor du numérique pour se moderniser et attirer un nouveau public. La mise en ligne d’archives départementales, la création de sites spécialisés et le développement de logiciels dédiés contribuent à son succès. L’équipe du projet Ancestris a bien voulu répondre à nos questions au sujet des spécificités de son logiciel libre de généalogie.

Entretien avec Philippe Biondi, figure historique de la scène de la sécurité informatique francophone

Magazine
Marque
MISC
HS n°
Numéro
21
Mois de parution
juillet 2020
Domaines
Résumé

Philippe Biondi est un expert bien connu du monde de la sécurité informatique, notamment pour la création de l’outil réseau Scapy ainsi que ses divers travaux, comme ceux autour d’Active Directory. Il a accepté de répondre à nos questions afin de revenir sur un parcours de presque 20 ans aujourd’hui dans le secteur de la sécurité des systèmes d’information.

Lorsque numérique et développement durable se rencontrent...

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
119
Mois de parution
mai 2020
Domaines
Résumé

Le monde Tech, on le sait, a du pain sur la planche pour limiter ses impacts environnementaux. Il faut avant tout que tout un chacun - de l’utilisateur lambda à la grande multinationale - ait conscience de son empreinte environnementale numérique et surtout, prenne l’habitude de faire avec ce qu’il a à sa disposition. Frédéric Bordage, expert indépendant en numérique responsable et porte-parole du site GreenIT.fr réunissant la communauté des acteurs de la sobriété numérique, nous explique ici les bonnes pratiques à mettre en place pour développer un « numérique responsable » à son échelle.

L’open source au cœur du partage de low-technologies : à la découverte du Low Tech Lab

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
114
Mois de parution
juillet 2019
Domaines
Résumé
Marier open source, basses ou « low » technologies et développement durable, tel est l’un des objectifs suivis par le Low Tech Lab, un collectif associatif qui se veut promouvoir les solutions utiles et durables. Pierre-Alain, l’un des porteurs de ce collectif a bien voulu nous éclairer davantage sur le sujet et répondre à nos questions.