Bépo : libérez votre clavier du joug d’une disposition obsolète !

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
85
Mois de parution
août 2014
Domaines


Résumé
J’ai tenté d’apprendre la dactylographie au collège, en Technologie, mais c’était un calvaire : je perdais les repères et je ne retenais pas la disposition des touches. Dernièrement, des douleurs régulières dans la nuque et dans les doigts m’ont incité à revoir l’ergonomie de mon poste – c’est dommage d’y réfléchir après que la douleur ne s’installe – et c’est seulement alors que j’ai appris tous les intérêts de la dactylographie.Je découvre une alternative à l’AZERTY, elle est plus ergonomique, plus simple à retenir, plus fonctionnelle, plus logique… ses utilisateurs ne manquent pas de superlatifs pour décrire le Bépo. Mais les slogans ne suffisent pas, l’idée semble tellement farfelue ! Pourtant, après quelques mois d’utilisation, c’est moi qui vais tenter de vous convaincre.

1 Changer la disposition des touches, et puis quoi encore ?

Comme beaucoup de Linuxiens, vous avez peut-être commencé l’informatique sur un autre système d’exploitation. Malgré les habitudes que vous aviez acquises, vous avez été suffisamment aventurier pour tenter un changement d’OS. Vous avez appris à vous servir de votre ordinateur différemment, ce qui vous semblait évident n’était en fait que le confort de la routine. Et comme beaucoup de Linuxiens, vous avez persisté malgré les amis et collègues qui vous regardent comme un extraterrestre et malgré les discours expliquant qu’il est absurde de changer d’OS puisque celui livré avec la machine fonctionne très bien. Aujourd’hui, vous ne regrettez certainement pas d’avoir pris un peu de temps pour vous adapter, car vous appréciez grandement ce que vous offre votre nouveau système.

Le changement n’est pas insurmontable ! En tant qu’utilisateur de GNU/Linux, vous êtes potentiellement plus réceptif...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Jonglez avec vos tracés via PlotJuggler

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
47
Mois de parution
juillet 2020
Domaines
Résumé

Développé par un roboticien, PlotJuggler a été pensé pour répondre à des besoins de tracés très utiles au débogage de drones. Lorsque vous avez de nombreuses données à analyser, parfois en temps réel, il peut être très commode d’afficher celles-ci sous forme de graphiques. Si vous pouvez le faire simplement et avez la possibilité de leur appliquer de nombreuses opérations directement, alors vous gagnez en efficacité, c’est ce que propose PlotJuggler.

Motrix : un gestionnaire de téléchargements simple à prendre en main

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
115
Mois de parution
septembre 2019
Domaines
Résumé
Via son interface graphique simple et épurée, Motrix va vous permettre de gérer tous vos téléchargements HTTP, BitTorrent, FTP, Magnet, etc. Ces derniers sont présentés ici sous forme de tâches et classés au sein de trois catégories : Actives, En attente et Stoppées, afin d’y voir plus clair. Jusqu’à 10 d’entre elles peuvent être lancées simultanément.

ElabFTW, votre cahier de laboratoire numérique

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
114
Mois de parution
juillet 2019
Domaines
Résumé
L’ensemble des travaux scientifiques des chercheurs est retranscrit dans leurs cahiers de laboratoire afin de détailler les expériences, les théories, les conclusions. Le but est à la fois de rendre les résultats compréhensibles par d’autres (ou soi-même), mais aussi de rendre ceux-ci officiellement datés. La plupart du temps, les laboratoires utilisent des cahiers en papier, mais le besoin toujours grandissant de collaboration et de données numériques incite à migrer vers des solutions logicielles.

Quels outils libres pour assister les personnes en situation de handicap dans leur utilisation de l’informatique ?

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
45
Mois de parution
juin 2019
Domaines
Résumé
On parle beaucoup de fracture numérique dans la société d’une manière générale, mais on entend peu s’exprimer les personnes les plus concernées par les difficultés à utiliser un ordinateur, à savoir les personnes en situation de handicap. Pour une vraie société inclusive, tout doit être mis en œuvre pour faciliter l’accès et l’usage de l’informatique au plus grand nombre, et cela n’est pas qu’une question d’infrastructure et de zones blanches.