Wireshark : visualiser ce qui transite sur votre réseau

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
78
Mois de parution
juillet 2013
Domaines


Résumé
Pourquoi réaliser une capture réseau ? Une capture, c'est une photographie de ce qui se passe sur votre réseau à un instant t. Elle permet ainsi d'identifier les flux les plus gourmands, d'évaluer le trafic généré par une nouvelle application testée, ou éventuellement d'identifier les causes d'un ralentissement ou tout autre problème sur votre réseau. Wireshark a été conçu pour vous aider à repérer la moindre anomalie...

1. Présentation

Wireshark est un analyseur de protocoles réseau parmi les plus utilisés au monde. Il permet de visualiser et d'étudier en détails tous les paquets qui transitent sur le réseau. Il est compatible avec les systèmes Linux, *BSD, Mac OS X et Windows. Il est capable de reconnaître des centaines de protocoles.

L'interface utilisateur, fournie par le paquet wireshark-gnome, qui se trouve lui aussi dans les dépôts de votre distribution, est basée sur la bibliothèque GTK+ ; la capture des paquets est réalisée à l'aide du programme pcap. Ceux qui souhaitent se passer de l'interface graphique pourront se tourner vers l'utilitaire en ligne de commandes tshark.

Réaliser une capture du trafic réseau c'est enregistrer toutes les données « captées » par la carte réseau. Étant donné que la quantité de données est énorme, Wireshark vient vous simplifier la tâche en proposant de puissants filtres de capture et/ou d'affichage, la coloration des données...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 92% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Répondez aux problématiques de sécurité d’accès avec OpenSSH

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Notre infrastructure est désormais stable et sécurisée tant au niveau système que réseau. Nous allons pouvoir étudier de manière un peu approfondie un logiciel particulier : OpenSSH. Ce démon réseau nous permet de nous connecter en toute sécurité sur nos serveurs via le protocole SSH. Son développement a commencé il y a plus de 20 ans chez nos amis d’OpenBSD. La liste de ses fonctionnalités est d’une longueur impressionnante. Nous allons en parcourir ensemble quelques-unes qui, je l’espère, nous permettront d’améliorer tant notre sécurité que notre productivité quotidienne.

Définissez l'architecture de vos serveurs et installez-les

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Dans cet article, nous réfléchirons aux besoins de sécurité auxquels nos serveurs devront répondre. Il sera d’ailleurs plus question d’architecture que de serveur personnel. Pourquoi cela ? Car nos besoins vont à coup sûr évoluer dans le temps. L’approche la plus pérenne sera donc de mener une réflexion basée sur des services et non sur un serveur unique. Nous allons aussi nous attacher à assurer la résilience de nos services de base. Nos choix d’architecture auront pour objectif de pouvoir mieux détecter, contrer et éventuellement réparer les dommages causés par une attaque informatique. Nous pourrons par exemple restaurer nos services si un attaquant réussissait à prendre le contrôle du serveur. Notre plan de bataille commencera par la définition des grandes lignes de notre infrastructure, puis par la sélection de nos fournisseurs. Nous déploierons ensuite le serveur avec un premier palier de sécurisation système.

Migrez de iptables vers nftables

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Il y a cinq ans, je lisais un premier article sur nftables [1] : l’outil semblait intéressant, mais il n’était pas disponible sur ma machine. En 2019, une distribution majeure, Debian, a basculé sur nftables avec sa version 10 (Buster) [2] : il est donc temps de voir comment migrer du vénérable pare-feu iptables vers son successeur.