Text-To-Speech avec Python, gstreamer et Google translate

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
74
Mois de parution
novembre 2012
Domaines


Résumé
La démocratisation de « l'interaction naturelle » avec des outils comme le Kinect, ou Siri (Iris pour Android) apporte une nouvelle dimension au développement de logiciels et à la manière de les concevoir. C'est pourquoi, dans une moindre mesure, il peut être intéressant d'utiliser de la synthèse vocale pour faire parler ses applications ou ses scripts afin d'avertir un utilisateur qui n'est pas nécessairement devant son ordinateur. Ainsi, le « text-to-speech » ou TTS désigne une application ou une bibliothèque permettant de faire de la synthèse vocale (« speech synthesis »). Cet article présente une manière simple et efficace d'utiliser le synthétiseur de voix de Google translate pour faire du text-to-speech en Python.

Google translate existe depuis maintenant plus de 5 ans. Il ne pouvait alors supporter que l'anglais, l'allemand et l'espagnol ; le français n'étant disponible que de français à anglais. Aujourd'hui, on compte 57 langues dont la dernière, l'espéranto, depuis février 2012. La fonction de TTS, elle, a été introduite en 2009 avec l'anglais, l'italien, le français et l'allemand. En novembre 2010, Google ajoute le support de 27 langues pour le TTS alors basé sur eSpeak. Toujours en 2010, Google migre certaines langues vers un autre synthétiseur de voix développé par l'entreprise SVOX (http://www.nuance.com/for-business/by-solution/automotive-products-and-solutions/index.htm). La fonction de TTS de Google est en constante évolution. Depuis, certaines voix ont été remplacées par des voix de femmes. Le dernier changement en date est l'ajout du thaï en février.

Il n'existe aucune API officielle pour le TTS de Google translate mais une astuce permet quand même d'avoir...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Gérer une base de données avec Adminer

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
121
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

La gestion des bases de données relationnelles est une technologie essentielle pour les entreprises. Sa complexité nécessite de disposer de logiciels pratiques et fiables pour manipuler les données avec efficacité et en toute sécurité. Adminer entre dans la catégorie poids plume de ces outils, mais ne manque pas d'arguments pour séduire les administrateurs de bases de données et les développeurs.

Garder ses secrets avec Tomb

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
48
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Pour conserver des documents privés sur un disque dur ou un support amovible, il est nécessaire d'avoir recours au chiffrement. L'outil Tomb permet de manipuler simplement des répertoires chiffrés par le standard LUKS, pensé dans un d'esprit de confort et de mobilité.

Aller plus loin avec coreboot

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
110
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Rappelez-vous dans le numéro 220 de GNU/Linux Magazine, j’avais écrit un petit article sur coreboot, le BIOS libre. Je vous propose cette fois d’aller plus loin, en explorant quelques façons de sécuriser un peu le processus de boot, et plus encore.

Les utilitaires relatifs aux namespaces

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
240
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Après un premier article [1] sur la notion de namespace et de conteneur avec un passage en revue des appels système, ce second opus se concentre sur les commandes mises à disposition de l’utilisateur.