Smartphone / Netbook / Lecteur DVD même combat ?

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
66
Mois de parution
juillet 2011
Domaines


Résumé

Coup d'œil sur MeeGo, la distribution GNU/Linux de Nokia, Intel et ... Peugeot !


Body

1. Origines

MeeGo est né de la rencontre de deux industriels, Intel et Nokia, de leurs deux plateformes Linux respectives et d'un besoin commun, celui d'un OS orienté informatique mobile pour leurs plateformes matérielles respectives. Intel disposait jusqu'à présent de sa plateforme Moblin, un temps basée sur Ubuntu avant de passer au format RPM et de son côté, Nokia disposait de Maemo (basé sur Debian), visant les tablettes Internet et le téléphone / Pocket PC N900. La fusion des deux projets vise à réduire la duplication des efforts et à augmenter la visibilité de la plateforme.

MeeGo a officiellement été lancé en février 2010 sous le patronage de la Linux Foundation, un consortium de vendeurs supportant la croissance de Linux. Ce patronage devrait en théorie garantir la nature ouverte du développement du projet (listes de diffusion et repository git visible pour tous).

En Février 2011, Nokia a pris la décision de se tourner vers Windows Phone pour ses smartphones, mais a annoncé simultanément vouloir continuer à investir sur MeeGo comme plateforme d'expérimentation. Un téléphone sous MeeGo devrait même voir le jour cette année. De nombreux constructeurs ayant annoncé leur soutien à la plateforme (dont en France Peugeot PSA !), l'avenir de celle-ci semble assuré.

En dehors des smartphones et des netbooks, MeeGo se positionne comme système d'exploitation pour l'informatique mobile en général, du système de navigation automobile au media center de votre salon.

2. Aperçu utilisateur : MeeGo sur netbook

MeeGo propose pour chacune de ses plateformes cibles une interface utilisateur spécifique (UX), les trois UX les plus avancées étant à l'heure actuelle Netbook, Handset et In-Vehicle Infotainment.

L'interface Netbook UX abandonne complètement l'organisation Bureau / Poste de Travail / Dossier personnel que nous connaissons depuis les années 90. MeeGo est organisé sous forme de « panels », regroupant les activités par thèmes, avec par exemple un panel Web, un panel Périphériques, un panel Réseau, etc.

Lorsqu'on démarre MeeGo, on accède tout d'abord au panel « My Zone », qui présente de facon condensée les derniers documents et applications utilisés sur MeeGo. Ainsi, suite à une session web et un visionnage de photos, le panel « My Zone » prend l'aspect suivant (Fig. 1).

my_zone

Fig. 1 : Un dock pratique permet de basculer entre les panels.

Sur le haut de l'écran se trouve une barre d'outils automasquable, permettant de changer de panel et d'afficher l'heure, l'état de la batterie et du réseau. On bascule entre les applications déjà ouvertes via le panel Zones, qui présente un aperçu minimisé des applications (Fig. 2).

zones1

Fig. 2 : Une nouvelle zone est créée par défaut pour chaque application, laissant à l'utilisateur le regroupement des applications dans les zones, ce qui est peu pratique.

Toute l'interface MeeGo fonctionne au simple clic, permettant aux écrans tactiles d'être directement de la partie. Le Classmate d'Intel, que nous avons utilisé pour le test, possède un écran tactile et nous avons pu vérifier que MeeGo fonctionne parfaitement au stylet et supporte même très bien le mode portrait du netbook.

MeeGo étant en partie basé sur GNOME, on retrouve certaines applications connues comme le gestionnaire de fichiers Nautilus, l'éditeur de texte gedit et certains utilitaires de configuration comme celui du clavier. Le navigateur web par défaut est Chromium, la version open source de Google Chrome.

fennec

Fig. 3 : Fennec, la version mobile de Firefox tourne aussi sur MeeGo.

3. Côté développeur

La plus grande différence de MeeGo par rapport aux autres stacks Linux destinés à l'informatique mobile ou embarquée, c'est sa grande similitude avec un environnement de bureau Linux standard. MeeGo intègre ainsi la glibc (contrairement à Android), un serveur X (contrairement à WebOS de HP/Palm), un format de paquets reconnu, RPM (contrairement à Angström). Sa proximité avec le stack Linux avait déjà fait le succès de Maemo auprès des développeurs, en facilitant grandement le portage des applications Linux existantes, comme Firefox, Skype, etc.

Le SDK est basé sur trois composants :

- Qt Creator comme IDE standard, Qt mobile étant le framework recommandé pour développer sur MeeGo ;

- Qemu-gl, une version de Qemu supportant l'accélération matérielle pour le rendu du graphisme du système émulé ;

- MADDE, un outil en ligne de commandes permettant la cross compilation vers la plateforme cible, Qemu/ARM ou Qemu/i386.

Conclusion : MeeGo est-il fait pour moi ?

Après ce tour d'horizon de la plateforme plutôt positif, allons-nous inciter chacun à télécharger MeeGo ? En fait non. La raison est que MeeGo, comme Google Chrome OS, se destine avant tout à l'intégrateur OEM désireux de fournir une plateforme logicielle à son équipement mobile. MeeGo est destiné à être utilisé pré-installé, comme par exemple sur la tablette WeTab.

S'il est bien possible d'installer MeeGo sur son netbook, voire sur son Nokia N900, c'est plus une technology preview qu'autre chose, le support hardware, les mises à jour, le nombre de paquets disponibles étant en-dessous de ce que proposent les distributions GNU/Linux courantes. L'AppStore de MeeGo est par ailleurs encore en développement.

La meilleure façon de profiter des nouveautés de MeeGo est donc peut-être d'attendre que les éléments de l'interface utilisateur (UX) de MeeGo soit packagés dans votre distribution préférée. Le travail a déjà été réalisé pour SUSE et Fedora et a commencé sur Debian. Vous verrez sans doute l'UX Netbook disponible dans votre distribution préférée, bien avant de voir tourner MeeGo sur votre lecteur de DVD !



Articles qui pourraient vous intéresser...

Déployer Jenkins CI avec Docker

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Solution appréciée d’intégration continue, Jenkins est un puissant logiciel Java dont l’installation et l’exécution sur un système ne sont pas sans conséquence et à prendre à la légère. Afin de faciliter son déploiement et isoler proprement ce programme du reste de la machine qui l’héberge, nous allons illustrer ici comment le mettre en place, en seulement quelques commandes, à l’aide de Docker.

Déploiements reproductibles dans le temps avec GNU Guix

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
113
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Pour la recherche scientifique comme pour d'autres domaines, on a souvent besoin de reproduire un environnement logiciel à l'identique non seulement sur différentes machines, mais aussi à différents instants dans le temps. Docker et les machines virtuelles, qui sont souvent la solution choisie pour répondre à ce besoin, ont des limitations qu’il est facile de ne pas voir. Cet article illustre l’utilisation de GNU Guix pour des déploiements reproductibles, au bit près, dans l’espace et dans le temps.

Générer et manipuler des images ISO

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Quand bien même leur usage s’est quelque peu atténué au profit d’autres supports de stockage de masse depuis plusieurs années, les CD-ROM et autres DVD-ROM ont toujours une utilité en 2020 : stockage de données, création de disques bootables (pour distributions GNU/Linux entre autres), disques multimédias... S’il est vrai que sa durée de vie a été surestimée à une époque (peut-être pour favoriser son utilisation), la bonne vieille galette n’est pas encore morte, et il lui reste encore de beaux jours à vivre.

Gérez vos projets Git en mode graphique avec GitKraken

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Je vous ai précédemment présenté GitLab [0], une forge logicielle utilisant Git vous permettant une gestion globale de vos projets en équipe. Comme nous l’avions vu, une connaissance minimale de Git était nécessaire pour l’utilisation de GitLab. Certains de vos collaborateurs ne sont peut-être pas à l’aise avec la ligne de commandes, ne veulent tout simplement pas l’utiliser ou encore ne veulent pas apprendre la syntaxe des commandes Git. GitKraken [1] est fait pour eux. Il leur permettra de réaliser toutes les opérations Git à l’aide d’une interface graphique.