Prise en main de l'ESP32-CAM

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
33
Mois de parution
avril 2020
Domaines


Résumé

En septembre dernier, Espressif annonçait l'arrivée prochaine d'un nouveau microcontrôleur ESP32-S2, venant compléter la famille des biens connus ESP8266 et ESP32. C'est en cherchant à me renseigner sur cette nouveauté et sur la disponibilité des premiers devkits que je suis tombé, par hasard, sur un module à base d'ESP32, à très bas coût, mais proposant une caméra intégrée avec une fonctionnalité de reconnaissance faciale. Bien que ne voyant pas vraiment l'intérêt réel de ce genre de choses pourtant très à la mode, j'ai cependant décidé de tester la bête...


Alors que disposer d'une fonction de reconnaissance faciale sur un petit module embarqué présente un intérêt qui m'échappe totalement, la présence d'une caméra, à elle seule, ouvre des possibilités réalistes très utiles. Un système de surveillance reposant sur une plateforme ESP32 à moins de 5 € pièce est autrement plus attirant financièrement qu'une caméra associée à une carte Raspberry Pi, par exemple. J'ai, bien entendu, testé le système de reconnaissance facial, mais il faut avouer que même si cela est très amusant, un mécanisme de sécurité pouvant être déjoué avec une simple photo imprimée relève à mon sens plus du gadget qu'autre chose. Mais disposer d'une caméra connectée minuscule et personnalisable à souhait, pour un prix dérisoire, est une tout autre affaire.

1. Le module et premier essai

Le module ou plus exactement, la plateforme ESP32 utilisée pour cet article a été acheté sur eBay, pour seulement 4,95 € (port offert)...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Contrôle de ventilation PC par Arduino

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
36
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Les configurations PC actuelles reposent autour de processeurs (CPU comme GPU) qui sont certes très puissants en termes de calcul, mais également très consommateurs en énergie. Or la quasi-totalité de cette énergie électrique sera finalement transformée en chaleur que la machine doit dissiper, souvent activement. Rien d'étonnant donc de voir dans ces ordinateurs des systèmes de refroidissement normalisés qui pourront être utilisés par ailleurs, à condition d'être judicieusement contrôlés...

Une brève histoire des ASIC libres

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
36
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Derrière les annonces sur l’initiative Google/Skywater, à l'heure où NVIDIA rachète ARM et donc booste mécaniquement RISC-V, c'est toute une industrie qui va lentement, et inexorablement, basculer vers... un peu plus d'ouverture. Pour faire le point et envisager tout ce qu’il reste à faire, voici une rapide rétrospective, une petite revue des pratiques et de l’histoire de l'industrie impitoyable des galettes de silicium.

Le module du moment : Décodeur DTMF

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

DTMF, pour dual-tone multi-frequency est un encodage où chaque symbole d'un alphabet de 16 correspond à un couple de deux fréquences audibles, parmi une collection de 8, utilisées de concert. Initialement créé pour la téléphonie fixe, ce système permet historiquement d'encoder les pressions sur les touches d'un téléphone (« 0 » à « 9 », « A » à « D », plus « * » et « # ») et de transmettre le signal correspondant sous forme de sons.

Motoriser une antenne directionnelle avec un ESP8266

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Cet article aurait pu s'intituler « pointez les choses dans le ciel avec un ESP8266 », car en réalité, l'application de ce qui va suivre à la réception de signaux venus de l'espace n'est qu'une utilisation parmi tant d'autres. Notre objectif ici sera de motoriser une antenne de façon à la pointer automatiquement en direction d'un émetteur mobile, et plus exactement, un satellite en orbite basse (< 2000 km). Le tout, bien entendu, en le suivant alors qu'il se déplace.