Simulez vos circuits électroniques avant de réaliser vos cartes électroniques avec KiCAD

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
32
Mois de parution
janvier 2020
Domaines


Résumé

Tout comme la conception et la modélisation de systèmes mécaniques via des logiciels libres tels que FreeCAD, SaloméMeca ou bien des logiciels propriétaires comme Catia/Solidworks, la conception, simulation et réalisation de circuits électroniques n'ont jamais été aussi simples depuis l'arrivée de la version 5 de KiCAD [1, 2, 3]. Bien qu'existant depuis de nombreuses années, la dernière mouture de KiCAD intègre la librairie partagée Ngspice pour réaliser les simulations. Il est cependant toujours possible d'utiliser directement Ngspice en tant que plugin, comme nous le verrons également en fin d'article [4].


Dans cet article, nous allons étudier et simuler un circuit classique et relativement simple basé sur le composant NE555. Ce type de circuit est utilisé dans bien des applications telles que le pilotage PWM, la réalisation d'un multiplicateur de tension, tachymètre... Dès lors qu'il s'agit d'utiliser un timer sans microcontrôleur, que ce soit pour la détection d'un bref signal ou la génération d'un signal périodique, le NE555 n'est pas loin. Pour cela, nous emploierons la dernière mouture de KiCAD qui intègre la librairie de simulation Ngspice.

1. Introduction

À l'origine, KiCAD, développé par Jean-Pierre Charras, est une suite logicielle dédiée à la conception de circuits électroniques, de la saisie de schéma à la génération de fichiers Gerber en passant par le routage. Puis, elle est devenue ces dernières années une suite logicielle de plus en plus utilisée par des professionnels comme des amateurs. Vous pouvez consulter sur le site officiel...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Libérez votre CPU, utilisez l’accès direct mémoire : le DMA

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
36
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

L’article « Pilotez de manière optimale vos afficheurs LED » de Hackable Magazine no34 illustre la manière dont on doit envisager la programmation embarquée : ne pas faire maladroitement en software ce que le hardware prend en charge. Depuis bientôt 10 ans, les microcontrôleurs 32 bits proposent en standard un ou plusieurs contrôleurs DMA qui transfèrent des données entre mémoire et périphériques sans mobiliser le CPU, n’attendons donc pas pour les mettre au travail.

Contrôle de ventilation PC par Arduino

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
36
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Les configurations PC actuelles reposent autour de processeurs (CPU comme GPU) qui sont certes très puissants en termes de calcul, mais également très consommateurs en énergie. Or la quasi-totalité de cette énergie électrique sera finalement transformée en chaleur que la machine doit dissiper, souvent activement. Rien d'étonnant donc de voir dans ces ordinateurs des systèmes de refroidissement normalisés qui pourront être utilisés par ailleurs, à condition d'être judicieusement contrôlés...

Une carte pilote de LED RGB hackée en kit de développement FPGA à bas coût

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Dans cet article, nous allons vous proposer un Hack au sens noble du terme, qui consiste à détourner un produit de son usage prévu initialement pour en faire autre chose. Le produit en question est une carte de contrôle de panneaux de LED disponible pour 15 $ sur le site chinois de vente en ligne AliExpress. Il s’avère que la Colorlight 5A-75B est constituée d’un FPGA ECP5. Voilà qui peut faire un excellent kit de développement ECP5 à très bas coût.

Le module du moment : Décodeur DTMF

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

DTMF, pour dual-tone multi-frequency est un encodage où chaque symbole d'un alphabet de 16 correspond à un couple de deux fréquences audibles, parmi une collection de 8, utilisées de concert. Initialement créé pour la téléphonie fixe, ce système permet historiquement d'encoder les pressions sur les touches d'un téléphone (« 0 » à « 9 », « A » à « D », plus « * » et « # ») et de transmettre le signal correspondant sous forme de sons.