Les articles de Hackable N°28

Image promotionnelle
Stockez des fichiers dans la flash de vos ESP8266
Article mis en avant

Stockez des fichiers dans la flash de vos ESP8266

Les cartes et modules à base d'ESP8266 ont grandement évolué depuis l'ESP-01 et ses malheureux 512 Ko de mémoire flash pour les programmes/croquis. On trouve à présent des cartes comme la NodeMCU ou le Wemos D1 pour quelques euros disposant de 4 Mo de flash. Pourtant seul 1 Mo est utilisable pour les croquis, ce qui est plus que suffisant. Voyons comment utiliser l'espace restant pour facilement stocker des données...
Le VPN. Une brique, rien de plus...
Un code comme un code d'entrée d'un hall d'immeuble, étant composé généralement de chiffres de 0 à 9 sur 4 positions, la réponse qu'on est tenté de donner est tout simplement 40000, car il faut saisir tous les codes de 0000 à 9999. Ce qui correspond à 10000 codes de 4 chiffres, soit 40000 pressions sur les touches. En réalité, 10003 pressions peuvent suffire si l'on utilise un mot de de Bruijn...
Quand on veut afficher une image sur un écran, on utilise généralement une carte SD pour stocker l’image et des librairies pour traiter les informations. Mais s’il s’agit d’un écran monochrome, alors il existe des astuces pour se passer de tout ça.
Lorsque vous bricolez, le premier défi est de trouver la meilleure approche avec le matériel adéquat, tout en minimisant le coût matériel et le développement logiciel. Si vous avez juste besoin de lire l'état de quelques interrupteurs, sans contrainte de temps réel forte, la solution se trouve probablement dans une brocante à un sou, ou dans votre carton d'antiquités qui ont échappé à la benne depuis 20 ans. En effet, quoi de plus commun, économique, simple et pratique qu'une bonne vieille souris à fil ?
Quel que soit le projet sur lequel on travaille, au final on ne fait que manipuler des octets et leur constituant, les bits. Il est fréquent, en raison de la facilité d'utilisation du langage Arduino, de perdre de vue qu'il ne s'agit, en réalité que de C/C++ étoffé de quelques fonctions et mécanismes livrés « clé en main ». Or justement, le C et le C++ sont ce qu'on appelle des langages de bas niveau en raison de leur proximité avec l'architecture matérielle. Et qui dit « proximité avec le matériel », dit forcément « bits » et « opérations binaires ».
En tant que bidouilleur, j’ai tendance à démonter pas mal d’objets soit pour les réparer soit pour en extraire certaines pièces. Mais c’est souvent insuffisant pour mener à bien un projet. C’est pour ça que je fais souvent appel à la modélisation 3D.
Dans le précédent article, nous avons fait connaissance avec le signal /WAIT et son utilité lorsqu'il est associé à une action découlant de l'inspection du signal /M1. Nous avons rapidement développé un croquis Arduino nous permettant de lier ces deux signaux et avons eu l'impression que ceci fonctionnait à merveille puisque l'exécution des instructions par le Z80 semblait effectivement ralentie. Faisons face ensemble à la triste réalité, aux limitations d'une carte comme l'Arduino UNO et surtout, à la façon de régler le problème...