Boostez vos développements Linux sous Windows avec WSL

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
23
Mois de parution
mars 2018
Domaines


Résumé

Proposé discrètement depuis 2016 sous Windows 10 en option accessible uniquement en mode développeur, Windows Subsystem for Linux (ou WSL) est dès maintenant activable par tous en quelques clics. Voici ce que promet la nouvelle fonctionnalité de l’OS de Microsoft : un shell bash, la possibilité de faire exécuter des binaires Linux ELF64 sous Windows sans recompilation, la disponibilité de plusieurs distributions GNU/Linux (trois pour le moment) avec leur système de package et l’accès direct aux dépôts natifs, tout cela sans quitter Windows [1].  Désormais, l’éditeur de Redmond met à disposition sur un plateau un environnement Ubuntu parfaitement opérationnel, sans double boot et sans machine virtuelle, accessible en tapant simplement la commande bash depuis CMD ou PowerShell. Une proposition alléchante pour les amateurs de Raspberry Pi et autres micro-machines habitués à développer sous Raspbian, Armbian ou toute autre distribution GNU/Linux.


WSL, ou la renaissance du sous-système POSIX de Windows NT. En effet, le système d’exploitation de Microsoft offrait dès sa première version en 1993 une caractéristique architecturale originale baptisée subsystems. Ces modules du noyau NT permettaient de présenter différentes API système aux applications. Ainsi Win32 fournissait la principale API pour les applications Windows. Le sous-système OS/2 offrait une compatibilité avec les applications développées pour l’OS multitâche d’IBM. De même, POSIX devait permettre le portage sous NT des applications respectant ce standard issu du monde Unix (au passage, il s’agissait également d’un prérequis du gouvernement des USA, sans lequel Windows NT n’aurait pas été éligible aux marchés de l’administration américaine). POSIX subsystem fut plus tard remplacé par Windows Services for Unix (SFU), avant de disparaître sous Windows 8.

Attention !

POSIX est un ensemble de normes définies à la fin des...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Les utilitaires relatifs aux namespaces

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
240
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Après un premier article [1] sur la notion de namespace et de conteneur avec un passage en revue des appels système, ce second opus se concentre sur les commandes mises à disposition de l’utilisateur.

Supervision des architectures à microservices avec Prometheus

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
121
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Lorsqu’on supervise des services statiques, tel qu’un serveur apache ou un serveur de base de données, on se concentre sur le bon fonctionnement de ces derniers (réponse aux requêtes, état : démarré ou non...) et donc un outil de supervision est nécessaire pour évaluer le statut du service en question. Un outil comme Nagios est destiné à ce type de supervision. Mais si nos services sont susceptibles de disparaître à tout moment et sont remplacés par de nouvelles instances, comment pourra-t-on les superviser ? S’ils ne sont pas déployés sur leurs hôtes d’origine, comment peut-on les localiser dans ce cas ? Et si ces services sont sous forme de conteneurs, comment alors superviser les processus à l’intérieur de ces conteneurs ? Et enfin, si ces services sont déployés dans un orchestrateur à l’instar de Kubernetes, et donc sous forme de pod, comment superviser l’ensemble de ces pods repartis sur différents nœuds ? Dans cet article, nous répondons à toutes ces questions avec des cas pratiques. Mais voici déjà un indice concernant la réponse : Prometheus.

Premiers pas et prérequis

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
48
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Dans ce premier chapitre, nous allons aborder de nombreux sujets, allant du respect des conditions d’utilisation de « Red Hat Enterprise Linux » (RHEL), de l’installation du système, de sa connexion au réseau « Red Hat » jusqu’à la description de notre cas d’étude. Une fois ces prérequis évoqués et ces étapes préliminaires étudiées, nous passerons au vif du sujet en installant Ansible, que nous utiliserons dans le prochain chapitre afin de commencer à mettre en place notre serveur.

Tendance actuelle : la conteneurisation d'applications

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
110
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Actuellement, il est fréquent de voir des applications proposées sous la forme d'un conteneur. Chaque mise en conteneur – ou conteneurisation – d'une application est particulière et j'ai justement dû récemment me plier à l'exercice : je partage avec vous mon expérience dans cet article.