S'y retrouver dans les répertoires de sa Raspberry Pi

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
7
Mois de parution
juillet 2015
Domaines


Résumé
Les cartes Raspberry Pi comme bien d'autres matériels du même type, généralement qualifiés de nano-ordinateurs ou de systèmes mono-cartes sont pour beaucoup le moment de faire connaissance avec un nouvel univers bien différent de celui du PC Windows. Découvrir la Raspberry Pi est ainsi l'occasion de se frotter à un système bien particulier appelé GNU/Linux, mais aussi parfois, de s'y perdre. Pourtant, GNU/Linux, digne héritier d'une grande famille de systèmes UNIX, est avant tout le royaume de l'ordre et de la droiture. Voyons donc ensemble comment est organisé tout cela...

Le système utilisé sur la Raspberry Pi et d'autres cartes comme la BeagleBone Black, la BananaPi ou encore l'Odroid, s'appelle GNU/Linux (même si cette désignation est généralement écourtée en « Linux »). Ce système n'est ni récent et ni limité aux seuls nano-ordinateurs. La plupart des serveurs sur Internet utilisent GNU/Linux tout comme bon nombre de postes de travail chez le particulier ou en entreprise. Il est également présent dans beaucoup d'équipements comme les caméras réseau, les routeurs, les box, les TV... ou encore, en version légèrement modifiée, dans près de 1,6 milliard de smartphones Android dans le monde.

Mais GNU/Linux n'est pas le seul de son espèce. Tout comme il existe plusieurs Windows, il existe plusieurs systèmes partageant la même structure et la même philosophie que GNU/Linux. On appelle cette famille les systèmes UNIX. Contrairement à Windows et son prédécesseur MS/DOS, la famille UNIX ne se limite pas à une seule société...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

MiSTer : La solution rétro ultime ?

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Imaginez, un matériel unique capable de simuler fidèlement n'importe quel ordinateur, console et borne d'arcade rétro, sans émulation et vous donnant accès à une collection presque infinie de programmes, de démos et de jeux. Le tout compatible avec du matériel moderne (HDMI, USB, etc.), activement développé et accessible pour un budget raisonnable (mais pas économique pour autant). Cette solution existe, c'est MiSTer !

Aller plus loin avec coreboot

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
110
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Rappelez-vous dans le numéro 220 de GNU/Linux Magazine, j’avais écrit un petit article sur coreboot, le BIOS libre. Je vous propose cette fois d’aller plus loin, en explorant quelques façons de sécuriser un peu le processus de boot, et plus encore.

Les utilitaires relatifs aux namespaces

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
240
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Après un premier article [1] sur la notion de namespace et de conteneur avec un passage en revue des appels système, ce second opus se concentre sur les commandes mises à disposition de l’utilisateur.

Supervision des architectures à microservices avec Prometheus

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
121
Mois de parution
septembre 2020
Domaines
Résumé

Lorsqu’on supervise des services statiques, tel qu’un serveur apache ou un serveur de base de données, on se concentre sur le bon fonctionnement de ces derniers (réponse aux requêtes, état : démarré ou non...) et donc un outil de supervision est nécessaire pour évaluer le statut du service en question. Un outil comme Nagios est destiné à ce type de supervision. Mais si nos services sont susceptibles de disparaître à tout moment et sont remplacés par de nouvelles instances, comment pourra-t-on les superviser ? S’ils ne sont pas déployés sur leurs hôtes d’origine, comment peut-on les localiser dans ce cas ? Et si ces services sont sous forme de conteneurs, comment alors superviser les processus à l’intérieur de ces conteneurs ? Et enfin, si ces services sont déployés dans un orchestrateur à l’instar de Kubernetes, et donc sous forme de pod, comment superviser l’ensemble de ces pods repartis sur différents nœuds ? Dans cet article, nous répondons à toutes ces questions avec des cas pratiques. Mais voici déjà un indice concernant la réponse : Prometheus.