mbed : une approche un peu différente d'Arduino

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
3
Mois de parution
novembre 2014
Domaines


Résumé
Arduino a conquis bien des utilisateurs et est en train de chambouler bien des domaines où jusqu'alors étaient utilisés des circuits et des montages dédiés, fabriqués en petite quantité et donc bien plus onéreux qu'une plateforme très polyvalente. Ceci n'a pas manqué de susciter de l'intérêt de la part de l'ensemble des fabricants voulant, eux aussi, leurs “écosystèmuino”. Une voie possible est la copie pure et simple du concept jusqu'au look de l'IDE. Une autre consiste à comprendre les fondements du phénomène et d'en créer une évolution. La plateforme mbed a opté pour cette solution.

Arduino sera toujours Arduino, et ce, pour deux raisons principales. La première est tout simplement que cette initiative a été la première à se populariser massivement et à avoir su capter l'intérêt des utilisateurs. C'est un bien et un mal. En effet, cela permet certes de former une communauté autour de critères techniques fixes et stables, mais limite les tentatives d'explorations en dehors des sentiers battus. Ce contrecoup a un effet sur l'ensemble de l'écosystème de l'électronique numérique hobbyiste, mais aussi sur Arduino lui-même. L'introduction de l'Arduino Due n'a pas déchaîné les passions, les utilisateurs préférant, pour leurs projets, miser sur une valeur sûre comme l'Arduino Uno, pourtant largement plus limité que la nouvelle Due en terme de puissance, de ressources et de fonctionnalités. Espérons que la future carte Arduino Zero ne connaisse pas le même destin d'outsider que la Due. On ne peut pas éternellement rester dans un univers 8 bits...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Conservez l’historique de vos commandes pour chaque projet, le retour

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
241
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Pouvoir conserver un historique dédié pour chaque projet, voici l’idée géniale énoncée par Tristan Colombo dans un précédent article de GLMF [1]. Cet article reprend ce concept génial (je l’ai déjà dit?) et l’étoffe en simplifiant son installation et en ajoutant quelques fonctionnalités (comme l’autodétection de projets versionnés pour proposer à l’utilisateur d’activer un historique dédié, si ce n’est pas le cas).

Une carte pilote de LED RGB hackée en kit de développement FPGA à bas coût

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Dans cet article, nous allons vous proposer un Hack au sens noble du terme, qui consiste à détourner un produit de son usage prévu initialement pour en faire autre chose. Le produit en question est une carte de contrôle de panneaux de LED disponible pour 15 $ sur le site chinois de vente en ligne AliExpress. Il s’avère que la Colorlight 5A-75B est constituée d’un FPGA ECP5. Voilà qui peut faire un excellent kit de développement ECP5 à très bas coût.

Système extensible et hautement disponible avec Erlang/OTP

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
241
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Erlang est un langage de programmation fonctionnel et distribué, créé à la fin des années 80 pour régler de nombreux problèmes issus du monde des télécoms, et plus généralement de l’industrie. Outre le fait qu’il soit l’une des seules implémentations réussies du modèle acteur disponible sur le marché, son autre grande particularité est d’être livré avec une suite d’outils, de modèles et de principes conçus pour offrir un environnement cohérent. Ce framework, nommé OTP, fait partie intégrante de la vie des développeurs utilisant Erlang au jour le jour...

Simulation d’un ordinateur mécanique en scriptant sous FreeCAD

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

L’évolution du traitement du signal est une histoire fascinante largement déroulée par David Mindell dans ses divers ouvrages [1] et citations [2]. Partant de l’ordinateur mécanique avec ses rouages, poulies, bielles et crémaillères, le passage à l’électrique au début du 20ème siècle, puis à l’électronique intégrée avec l’avènement du transistor et des circuits intégrés (VLSI) nous ont fait oublier les stades initiaux qui ont amené à notre statut actuel d’ordinateurs infiniment puissants, précis et compacts. Alors que cette histoire semble s’accompagner du passage de l’analogique au numérique – de la manipulation de grandeurs continues en grandeurs discrètes avec son gain en stabilité et reproductibilité – il n’en est en fait rien : un boulier fournit déjà les bases du calcul discrétisé mécanique, tandis que [3] introduit les concepts du calcul mécanique avec les traitements numériques avant de passer aux traitements analogiques.