Prédire la météo avec son Arduino : le baromètre BMP180

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
2
Mois de parution
septembre 2014
Domaines


Résumé
Prédire le temps qu'il va faire est un bien grand mot. Même si la télévision vous promet des prévisions à grands coups d'indices de confiance, le domaine revient dans son ensemble à estimer l'état futur d'un système chaotique afin de permettre aux téléspectateurs crédules de juger de la pertinence d'un achat de charbon de bois, de merguez et autres chipolatas. Au diable les prévisions officielles, mon Arduino pourra sans doute faire aussi bien !

Pour être clair, la prévision du temps qu'il fera ne se résume ni à l'utilisation d'un seul et même instrument, ni à sa simple lecture ponctuelle. Lorsqu'on s'intéresse à la météo, on fait donc généralement usage d'un thermomètre, d'un hygromètre, d'un anémomètre, d'un indicateur de direction des vents, de données visuelles et... d'un baromètre. Ce dernier pèse un poids important dans les prévisions, mais il ne fait pas tout. Cet instrument mesure une caractéristique de l'atmosphère qu'est sa pression, mais c'est la variation de la pression dans un temps donné qui permet de prévoir, dans une certaine mesure, le temps qu'il fera.

Un baromètre se présente généralement, accompagné d'un thermomètre et d'un hygromètre, sous la forme d'un cadran avec une aiguille indiquant une pression et souvent accompagné des mentions « tempête », « pluie », « variable », « beau temps » et « très sec ». Pour autant, ceci ne fait que présenter des informations...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Une carte pilote de LED RGB hackée en kit de développement FPGA à bas coût

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Dans cet article, nous allons vous proposer un Hack au sens noble du terme, qui consiste à détourner un produit de son usage prévu initialement pour en faire autre chose. Le produit en question est une carte de contrôle de panneaux de LED disponible pour 15 $ sur le site chinois de vente en ligne AliExpress. Il s’avère que la Colorlight 5A-75B est constituée d’un FPGA ECP5. Voilà qui peut faire un excellent kit de développement ECP5 à très bas coût.

Le module du moment : Décodeur DTMF

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
35
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

DTMF, pour dual-tone multi-frequency est un encodage où chaque symbole d'un alphabet de 16 correspond à un couple de deux fréquences audibles, parmi une collection de 8, utilisées de concert. Initialement créé pour la téléphonie fixe, ce système permet historiquement d'encoder les pressions sur les touches d'un téléphone (« 0 » à « 9 », « A » à « D », plus « * » et « # ») et de transmettre le signal correspondant sous forme de sons.

Le module du moment : afficheur matrice led 8x32

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
34
Mois de parution
juillet 2020
Domaines
Résumé

La bibliothèque MD_MAX72XX de Marco Colli (alias MajicDesigns) permet de piloter un ou plusieurs modules en configuration linéaire (les uns après les autres, sur une ligne), mais elle forme également la base de la bibliothèque MD_MAXPanel supportant des agencements en panneaux et fournissant des primitives graphiques intéressantes (points, lignes, rectangles, cercles, etc.).

Développement ESP32 avec le nouveau ESP-IDF 4.0

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
34
Mois de parution
juillet 2020
Domaines
Résumé

Nous avons précédemment traité du développement sur la fantastique plateforme ESP32, héritière du non moins délectable ESP8266, aussi bien au travers de l'IDE Arduino que via l'environnement de développement créé par le constructeur, Espressif Systems, répondant au doux nom de ESP-IDF. Le 11 février dernier était annoncée la version 4.0 de cet environnement, majoritairement compatible avec la précédente version 3.3.1, mais apportant un lot majeur d'améliorations et quelques changements très intéressants dans le système de construction/compilation. Il est donc temps de revisiter la bête et de tester tout cela...

Émulation d’un circuit comportant un processeur Atmel avec simavr

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
34
Mois de parution
juillet 2020
Domaines
Résumé

Il existe de nombreux cas où le matériel n’est pas disponible pour développer un système embarqué, que ce soit parce que la carte commandée n’a pas encore été livrée, parce que le collègue chargé de la conception du circuit imprimé a fait une erreur ou est en retard, ou parce qu’un virus interdit l’accès aux salles de travaux pratiques de l’Université (Fig. 1). Pour toutes ces raisons, nous désirons appréhender le développement d’un système embarqué sur un émulateur, c’est-à-dire un logiciel capable de fournir une représentation fidèle du comportement du dispositif réel, incluant ses latences et temporisations.