Sequel : un ORM SQL pour Ruby

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
108
Mois de parution
mai 2020
Domaines


Résumé

Lorsque nous en venons à faire des requêtes SQL dans des bases de données MySQL ou PostgreSQL depuis du code Ruby, nous sommes souvent tentés d'utiliser un ORM tels que ActiveRecord ou Sequel.Nous allons voir une petite introduction à Sequel via des cas simples et un cas plus avancé qui peut surprendre.


Pour la compréhension de cet article, il est préférable d'avoir une connaissance de base de Ruby au moins, mais une connaissance d'un autre langage-objet comme Python (par exemple) peut suffire. Pour tout cet article, Ruby 2.6.x est recommandé, mais 2.5 ou 2.7 devraient aussi marcher sans problème.

Le code source lié à cet article est publié sur un dépôt Git public [1]. Si vous êtes familier avec Ruby, vous pouvez suivre l'article en tapant les extraits de code source qui ponctuent le contenu dans une console irb ou pry. Le dépôt Git contient un script complet.

1. Un container ou deux

Il nous faudra un serveur MySQL ou PostgreSQL (cela n'a pas d'importance, Sequel [2] agit de la même façon avec les deux). Si vous voulez, vous pouvez utiliser le fichier docker-compose.yml suivant pour démarrer un container PostgreSQL :

version: "3.7
"services:
   sequel_postgres_db:    
      image: postgres:11.6    
      container_name: postgres_db    
 ...
Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 94% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Tirez parti des nouveautés de PostgreSQL 13

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
245
Mois de parution
février 2021
Domaines
Résumé

Le 24 septembre 2020 est sortie la version 13 de PostgreSQL. Elle comprend de nombreuses nouvelles fonctionnalités. Certaines ont pour cible les utilisateurs et développeurs, d’autres sont pour les administrateurs. La première version corrective de cette branche, la 13.1, est sortie le 12 novembre et cela nous semble une bonne occasion de regarder en profondeur certaines de ces nouveautés.

Gestion de projets avec Erlang/OTP

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
245
Mois de parution
février 2021
Domaines
Résumé

Un langage de programmation se doit d’être facile d’accès, que ce soit pour son apprentissage, la réalisation de concepts ou de produits finaux. La création de projets en Erlang se fait via les notions d’application et de release. Couplés à différents outils internes ou fournis par la communauté, ces principes permettent de créer un environnement de production flexible et maintenable sur le long terme, tout en facilitant la diffusion et le partage des modules conçus par les créateurs.

Encodage d'un script Python et exécution du script encodé (Acme::Buffy style)

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
245
Mois de parution
février 2021
Domaines
Résumé

Il est parfois intéressant de considérer des problèmes anodins, complètement inutiles, mais qui permettent de mettre en œuvre des éléments de programmation encore jamais employés. Je vous propose ici de réécrire en Python un module bien connu des développeurs Perl : Acme::Buffy.

Quarkus dans les nuages

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
245
Mois de parution
février 2021
Domaines
Résumé

Lancé il y a moins de deux ans, le projet Open Source Quarkus vient déjà d’être consacré « produit » par la compagnie qui l’a initié, Red Hat. Qu’est-ce que cela signifie ? Simplement que, désormais, en plus d’être Open Source, le projet dispose d’une version entièrement certifiée et supportée par le chapeau rouge. Mais c’est aussi un indicateur que Quarkus a le vent en poupe. Bref, tout ceci forme une excellente opportunité de revenir sur cet excitant cadre de développement Java !

Rendre une page présentant du code plus ergonomique avec Tampermonkey/Greasemonkey

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
245
Mois de parution
février 2021
Domaines
Résumé

Lire des articles contenant du code informatique sur le Web n’est pas nécessairement simple, ne serait-ce que de par la complexité inhérente au sujet traité. Pourquoi alors se compliquer la tâche avec une présentation des informations qui n’est pas nécessairement adaptée au contenu, alors qu’on peut l’améliorer ?