Les 5 règles pour écrire du code maintenable

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
104
Mois de parution
septembre 2019
Spécialités


Résumé
Un code mal pensé entraîne nécessairement une perte d'énergie et de temps. Il est plus simple de réfléchir, au moment de la conception du programme, à une architecture permettant une meilleure maintenabilité que de devoir corriger un code « sale », a posteriori. C'est pour aider les développeurs à rester dans le droit chemin que les principes SOLID ont été énumérés.

Dans les années 2000, Robert Martin introduit l'acronyme SOLID pour résumer cinq principes clés pour produire du code « propre », facile à maintenir.

Ces principes clés sont ceux que nous allons voir dans cet article et qui en constitueront l'ossature, mais en amont, en guise d'introduction, nous pouvons nous intéresser à une approche qualité, venue du Japon au milieu du siècle dernier et qui peut s'appliquer à l'informatique. Cette approche ou philosophie des 5S, présentée dans [1], est la suivante :

  • Seiri (« s'organiser ») : les différents éléments d'un code doivent être structurés et aisément identifiables. Ainsi, une action aussi anodine que de nommer les identifiants, méthodes et classes ne l'est pas tant que cela et doit requérir toute votre attention ;
  • Seiton (« situer ») : un morceau de code doit se trouver là où l'on s'attend logiquement à ce qu'il se trouve. Si ce n'est pas le cas, c'est qu'il n'est pas à sa place et que la structure du code n'a...
Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Les bizarreries de l’isolation des IPC

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
250
Mois de parution
juillet 2021
Spécialités
Résumé

Le namespace IPC (Inter-Process Communication) isole les mécanismes de communication interprocessus (sémaphores, mémoire partagée et queues de messages) hérités d’UNIX Système V et bizarrement, seulement une partie de leurs pendants POSIX.

Des bots pour Discord

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
115
Mois de parution
juillet 2021
Spécialités
Résumé

T'as des bots, mon pote... Elles me bottent. Parfois simples lanceurs de dés ou générateurs de citations de films, les bots peuvent aussi être pensés comme de vrais outils d’automatisation. Qui n’a jamais eu envie de déployer en production avec un simple !deploy dans son outil de discussion d’équipe ? Venez découvrir comment le faire dans cet article !

Godot : tests unitaires et export Android

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
250
Mois de parution
juillet 2021
Spécialités
Résumé

Dans cette série d’articles [1] [2], nous avons découvert comment créer un jeu aussi complexe qu’un jeu d’aventure avec le moteur de jeu Godot. Dans cette dernière partie, nous verrons la finalisation du jeu : menu, tests et export.

Cotation automatique d’un questionnaire manuscrit

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
115
Mois de parution
juillet 2021
Spécialités
Résumé

Suivant le public visé, l’acquisition de données peut encore se faire via un support papier pour des raisons de commodité. Le problème avec le papier, c’est que l’on peut difficilement automatiser l’analyse des données ! À moins que l’on ne se penche sur une solution mettant en œuvre la reconnaissance de symboles...

Python : comment utiliser les context managers ?

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
250
Mois de parution
juillet 2021
Spécialités
Résumé

Vous les utilisez peut être sans le savoir, ou distraitement : les context managers sont mis en œuvre grâce à la syntaxe with ... as. Ils sont peu utilisés en tant que mécanisme à part entière, mais peuvent avoir un grand intérêt dans l’architecture d’un code. Cet article va vous les présenter et vous expliquer comment les utiliser.