La sécurité du noyau avec SELinux

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
87
Mois de parution
novembre 2016
Domaines


Résumé
Le noyau Linux dispose d'une couche de sécurité lui permettant de se défendre des éventuelles attaques et de protéger ainsi les données des utilisateurs contre les systèmes dont la sécurité a été compromise. Cette couche de sécurité se manifeste sous la forme d'un Framework appelé LSM (Linux Security Module). Ce dernier permet de supporter différents modules de sécurité et parmi ces modules on peut citer SELinux (Security Enhanced Linux). SELinux renforce la sécurité système par le biais de règles de sécurité simples à mettre en œuvre, donnant le choix à l'administrateur de déployer la politique de sécurité qui lui convient le mieux et qui dépendra de ses besoins et de la stratégie à suivre.

SELinux est développé dans les locaux de la NSA (National Security Agency). Ayant le besoin de renforcer la sécurité des données et des informations top secrètes, le service de renseignement américain (nommé NSA) était dans la nécessité de développer un produit lui permettant d'assurer un haut niveau de sécurité pour les données sous forme de MLS (Multi-Level Security), cette notion de sécurité consistant à classifier les objets suivant leur catégorie et leur confidentialité. C'est la raison pour laquelle SELinux a vu le jour. Une autre approche de sécurité fondamentale sur laquelle repose SELinux est le mécanisme de sécurité de type MAC (Mandatory Access Control) qui sera détaillé dans la suite de l'article.

La distribution de SELinux par la NSA sous la licence GPL, la modularité et la robustesse de LSM (Linux Security Module) dans le noyau Linux, font de lui un outil incontournable pour la sécurité d'un système GNU/Linux hébergeant des données...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 97% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Recréer un ancien environnement à l’aide de Docker

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
113
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Docker est un mot à la mode qu’on associe volontiers à microservices et autre Cloud. Cependant, nous allons voir ici qu’il peut aussi rendre des « macroservices » :-) dans un cadre tout à fait différent, voire contraire : celui de la maintenance logicielle !

Déployer Jenkins CI avec Docker

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Solution appréciée d’intégration continue, Jenkins est un puissant logiciel Java dont l’installation et l’exécution sur un système ne sont pas sans conséquence et à prendre à la légère. Afin de faciliter son déploiement et isoler proprement ce programme du reste de la machine qui l’héberge, nous allons illustrer ici comment le mettre en place, en seulement quelques commandes, à l’aide de Docker.

Déploiements reproductibles dans le temps avec GNU Guix

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
113
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Pour la recherche scientifique comme pour d'autres domaines, on a souvent besoin de reproduire un environnement logiciel à l'identique non seulement sur différentes machines, mais aussi à différents instants dans le temps. Docker et les machines virtuelles, qui sont souvent la solution choisie pour répondre à ce besoin, ont des limitations qu’il est facile de ne pas voir. Cet article illustre l’utilisation de GNU Guix pour des déploiements reproductibles, au bit près, dans l’espace et dans le temps.

Générer et manipuler des images ISO

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Quand bien même leur usage s’est quelque peu atténué au profit d’autres supports de stockage de masse depuis plusieurs années, les CD-ROM et autres DVD-ROM ont toujours une utilité en 2020 : stockage de données, création de disques bootables (pour distributions GNU/Linux entre autres), disques multimédias... S’il est vrai que sa durée de vie a été surestimée à une époque (peut-être pour favoriser son utilisation), la bonne vieille galette n’est pas encore morte, et il lui reste encore de beaux jours à vivre.