Comment déboguer le noyau ?

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
87
Mois de parution
novembre 2016
Domaines


Résumé
Le débogage noyau a longtemps été rendu difficile par le manque d'outils. Aujourd'hui, cette tâche est rendue facile par l'intégration d'outils dans la mainstream du noyau, ainsi que par des outils de virtualisation.

Le débogage noyau fut longtemps rendu difficile par l'absence d'outils, et surtout par la volonté de Linus Torvald de ne pas en fournir. Ce dernier le justifiait par la volonté de ne pas faciliter le développement du noyau, ayant peur d'une baisse de la qualité du code produit. Depuis, des modules tels que Kgdb furent introduits dans la mainstream. Puis, avec l'avènement des outils de virtualisation, d'autres vecteurs de débogage ont donc émergé, tels que la combinaison de gdb et qemu. Nous allons donc faire un petit tour d'horizon des différentes techniques de débogage du noyau.

1. GDB

Gdb est le débogueur des développeurs sous Linux. Faisant partie de la suite des GNU tools, il se décline aussi sur la grande majorité des architectures présentes sur le marché.

Il comprend les symboles de débogage au format DWARF3, les mêmes que ceux générés par ses...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Recherchez efficacement des fichiers ou du texte avec find et grep

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Dans la vie de tous les jours, lorsque l'on perd un objet, on se retrouve la plupart du temps seul face à sa mémoire, sans personne pour vous indiquer où vous avez bien pu poser ces #$*!@& de clés ! Sous Linux, il existe des outils bien pratiques qui vous permettront de gagner un temps appréciable...

Installer et administrer un serveur d’impression CUPS

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Lorsqu’on travaille sur un réseau ou en local, il est très pratique de pouvoir imprimer depuis son poste de travail en toute transparence. Qu’une imprimante soit directement connectée à un ordinateur ou bien soit partagée par un serveur dédié, l’utilisateur doit en effet être en mesure d’envoyer ses documents dans une file d’attente (spooler) qui sera en charge de traiter les impressions. Par le passé, c’était le serveur LPRng (via LPD) qui monopolisait l’impression sur les systèmes de type Unix. Mais l’arrivée de CUPS a changé la donne.

Corriger automatiquement vos dernières commandes shell

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
122
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

Qui n’a jamais eu envie d’insulter son terminal parce qu’il n’arrive pas à interpréter une commande contenant une faute de frappe évidente ? Lorsque vous oubliez de taper sudo au début d’une commande, votre terminal vous répond « erreur : vous ne pouvez effectuer cette opération qu’en mode administrateur. », n’avez-vous pas envie de lui répondre « Donc tu sais ce que je veux, débrouille-toi !  » ? Pas envie de corriger la commande, juste envie de taper « Merde » ou « Bordel » (ou « fuck » !). Cet exutoire est à portée de clavier avec The Fuck !

« Ben moi en général, je lui réponds “merde”. En principe ça colle avec tout. » Lionnel Astier, Kaamelott, Livre IV