JOUR 4 - Modélisez des objets

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
83
Mois de parution
mars 2016
Domaines


Résumé

Dans cette partie, nous allons nous attaquer à la force principale de C++ : la Programmation Orientée Objet (POO). Nous allons découvrir par étapes successives les différentes facettes de ce paradigme particulier. Notamment, nous allons y découvrir l'essentiel sur la définition des classes et comment utiliser l'héritage et les interfaces. Nous allons créer des opérateurs de classes et des fonctions virtuelles, puis découvrir les détails du polymorphisme et du typage dynamique.


1. La programmation orientée objet (POO)

1.1 Le paradigme objet

Le paradigme objet a été pensé vers la fin des années 50/début des années 60 au MIT. Le premier langage à l'utiliser fut Simula 67. Il a inspiré de nombreux autres langages, parmi lesquels nous pouvons citer LISP, Object Pascal, Objective-C et bien sûr le C++. Aujourd'hui, la plupart des langages modernes supportent ce paradigme, à un niveau plus ou moins avancé.

Ce fut dans les années 90 que ce paradigme devint de plus en plus populaire, car les langages le supportant atteignirent alors un haut niveau de maturité. Le paradigme objet répondait à des problématiques nouvelles, qui étaient entre autres la définition d'interfaces homme-machines (IHM) plus évoluées, l'augmentation de la complexité des applications, le besoin d'abstraction et de modélisationdesdonnées (utilisant entre autres la méthode UML) et surtout le développement d'applications modulaires.

1.2 Applications...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Conservez l’historique de vos commandes pour chaque projet, le retour

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
241
Mois de parution
octobre 2020
Domaines
Résumé

Pouvoir conserver un historique dédié pour chaque projet, voici l’idée géniale énoncée par Tristan Colombo dans un précédent article de GLMF [1]. Cet article reprend ce concept génial (je l’ai déjà dit?) et l’étoffe en simplifiant son installation et en ajoutant quelques fonctionnalités (comme l’autodétection de projets versionnés pour proposer à l’utilisateur d’activer un historique dédié, si ce n’est pas le cas).