JOUR 4 - Sauvegarde des informations : utilisation d'une base de données

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
81
Mois de parution
novembre 2015
Domaines


Résumé
Grâce à l'utilisation de listes, nous pouvons ajouter autant de tâches que nous le souhaitons à notre application. Mais il reste un problème : en quittant l'application, toutes les données sont effacées ! Pour pouvoir les conserver et les manipuler efficacement nous allons utiliser une base de données.

Pour pouvoir utiliser une base de données... il nous faut un Système de Gestion de Base de Données (SGBD). Cela paraît évident.

Pour que ce SGBD soit utilisable simplement sur tous les systèmes d'exploitation, j'ai choisi SQLite. Nous allons donc voir aujourd'hui ce qu'il faut faire pour que Java puisse accéder à une telle base et comment modifier notre code pour enregistrer et récupérer nos données.

1. Accéder à une base de données

Pour accéder à une base de données depuis Java, le langage propose une API spéciale : l'API JDBC (Java DataBase Connectivity). Cette API convient à des modèles de données très simples. Si votre application devait faire un usage intensif d'une base de données avec un modèle complexe, il serait préférable d'utiliser un framework dédié. À titre d'exemple, Hibernate est un framework qui crée un lien entre les données de la base et une représentation sous forme objet. On parle d'ORM : Object-Relational Mapping, ce qui se traduit...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

L’édition des liens démystifiée

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
244
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Parmi les étapes concourant à la fabrication d’un exécutable, l’édition des liens est certainement la plus méconnue. Elle est pourtant cruciale à plus d’un titre. Le choix entre édition statique et dynamique des liens a notamment des implications sur la facilité de développement, la sécurité et la performance.

Scikit-image, une alternative à OpenCV pour la reconnaissance d'images

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
244
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Une fois n'est pas coutume, nous allons découvrir et utiliser une alternative à OpenCV, scikit-image communément appelé skimage. Nous implémenterons la reconnaissance d'images avec la méthode des histogrammes de gradients orientés (HOG : Histogram of Oriented Gradients) associée à une machine à vecteurs de support (SVM : Support Vector Machine). Cette méthode est employée dans bien des applications telles que l'automobile, pour la détection de piétons [1].