Les articles de GNU/Linux Magazine Hors-Série N°69

Article mis en avant

Préface

Une idée de projet vient de germer dans votre esprit ? Vous codez depuis plusieurs mois, à vos heures perdues, tout seul dans votre coin, et vous vous dites qu'un retour (positif comme négatif) sur votre développement serait le bienvenu ? Votre projet est mûr et fonctionnel, vous aimeriez le faire connaître, le partager ? Alors, qu'attendez-vous pour vous lancer ?

Une fois votre projet parvenu dans une version fonctionnelle, vous voudrez sans doute le distribuer et il faudra indiquer aux utilisateurs quels sont leurs droits par rapport au logiciel. C'est l'ajout d'une licence qui précisera ces droits, mais encore faut-il choisir correctement sa licence dans la jungle de celles existant...
Pour trouver des fonds pour un projet open source, une des alternatives est de créer une campagne de financement participatif, du terme anglais « crowdfunding » (littéralement, financement par la foule).
Lorsque l'on développe un logiciel, ce dernier est voué à évoluer. On ne part malheureusement pas de l'idée pour aboutir immédiatement au produit fini. Même si les spécifications sont précises, il y aura toujours de petits bugs à corriger et donc des lignes de codes seront modifiées, supprimées ou ajoutées. Mais que se passe-t-il lorsque plusieurs développeurs travaillent sur le même fichier, ou lorsqu'une correction n'en est pas une et qu'il faut revenir en arrière ? C'est là qu'interviennent les logiciels de gestion de versions concurrentes.
Une des bases du fonctionnement du logiciel libre est la participation des utilisateurs à l'amélioration du logiciel qu'ils utilisent. Cela peut aller du simple avertissement d'un bug rencontré, jusqu'à la proposition de patches. L'utilisation d'un gestionnaire de tickets permet une communication plus simple entre les utilisateurs et les développeurs, ou même simplement entre les développeurs.
Lorsque l'on développe, le code source évolue au gré des améliorations et des corrections de bugs. Mais comment s'assurer qu'une modification n'a pas entraîné de régression ? Cette question se pose lorsque l'on développe seul, mais elle est d'autant plus vraie lorsque l'on travaille au sein d'une équipe... L'intégration continue permet d'effectuer des contrôles à chaque modification du code, pour détecter au plus tôt les problèmes. Jenkins est le logiciel qui va nous aider à mettre en place cette méthode.
OpenOffice, FileZilla, VideoLAN, Nagios, Wine, etc. En plus d'être libres, ces projets phares du mouvement open source présentent la particularité d'être tous hébergés sur la plate-forme SourceForge. Car même si GitHub, propriétaire, a fait l'effet d'un raz-de-marée avec son aspect social, SourceForge reste la forge logicielle historique de référence depuis 1999. Nous allons profiter de cet article pour présenter Allura, la nouvelle version de la plate-forme au cœur de SourceForge.
Les réseaux sociaux sont devenus le moyen privilégié pour s'informer et donc, l'outil idéal pour faire connaître son projet. Cet article va présenter des utilisations de Twitter par des communautés libres et vous donner quelques clés pour en faire de même.
Vous avez réussi à créer un produit intéressant, votre code source fonctionne correctement, vous avez passé les premiers tests avec succès, mais voilà, ce n'est « que » du code source. Si vous voulez que votre produit rencontre son public, il est nécessaire, selon la cible, d'industrialiser sa mise en production ou de faire en sorte qu'il soit facilement installable par les utilisateurs. Cet article se propose de montrer comment distribuer son code source et faire de son produit quelque chose de vraiment abouti et prêt à l'emploi. Il est axé sur la distribution de code Python.
La distribution d'un projet est l'élément principal qui fait que le projet est réellement open source. En effet, un projet - même sous licence libre - dont le code source n'est pas distribué n'est pas un projet open source. À ce jour, il existe un assez grand nombre de plateformes reconnues. Nous allons en présenter trois : GitHub, Bitbucket et Launchpad.
La documentation technique d'un code est essentielle pour sa maintenance et sa capacité à évoluer. Cela est vrai pour n'importe quel code, mais plus particulièrement pour les programmes distribués sous licence libre.
Un wiki c'est très pratique. Pour un groupe de travail, cela permet de construire de manière collaborative une base de connaissances accessible à tous. Mais un wiki, cela peut aussi servir individuellement. C'est très utile et rapide comme bloc-notes par exemple. Découvrons ensemble DokuWiki, un wiki simple et polyvalent.
Vous avez développé un nouvel outil en ligne de commandes qui va révolutionner le monde ! Mais voilà, sans une bonne démonstration pour montrer ses fonctionnalités, celui-ci va complètement passer inaperçu. Pourquoi ne pas faire un screencast ? Parce que vous n'avez pas le temps de faire le montage d'un screencast complet, ni l'argent d'investir dans un micro ? Mais si une simple capture de votre terminal suffit pour présenter votre création, le service Ascii.io répond à votre problématique !