Tokyo et Kyoto Cabinet

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
51
Mois de parution
décembre 2010
Domaines


Résumé
Bien nombreux sont ceux qui utilisent des bases de données dans leurs applications, mais ne souhaitent pas mettre en place une vraie base de données telle que MySQL, PostGreSQL, etc. Les raisons sont souvent des questions de simplification de la configuration, d’installation, ainsi que le fait que l'on n’a pas besoin de toutes les fonctionnalités d’une vraie base de données (juste un stockage clés/valeurs, par exemple, et pas de base relationnelle). Une autre raison est pour le développement d’applications embarquées qui ont des ressources limitées, et donc, faire tourner un système de base de données est tout simplement impossible.

1. Un peu d'histoire...

Historiquement, la plupart des développeurs qui ont eu un besoin de stockage de données ont soit développé leur propre format, soit se sont basés sur BerkleyDb ou Sqlite3. Le principe est assez commun pour toutes ces bases de données : une interface en C (avec souvent des API pour Python, Perl, etc.), un fichier de stockage unique, des performances assez rapides et multiplates-formes. Idéal, par exemple, pour maintenir un cache ou des tables de hachage sur le disque.

BerkeleyDb : il s’agit un peu de la base de données historique. Initialement venant de l’université Berkeley, ses auteurs ont fondé la société SleepyCat (1996). Cette société a été rachetée par Oracle en 2006. Cette base s’est concentrée sur le stockage clés/valeurs, ce qui fait des anciennes versions une bonne solution pour de l'embarqué simple (pas de SQL). La dernière version d’OracleBerkelyDb a ajouté le support SQL en se basant sur SqLite.

SqLite3 : depuis sa...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 92% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

Déployer Jenkins CI avec Docker

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Solution appréciée d’intégration continue, Jenkins est un puissant logiciel Java dont l’installation et l’exécution sur un système ne sont pas sans conséquence et à prendre à la légère. Afin de faciliter son déploiement et isoler proprement ce programme du reste de la machine qui l’héberge, nous allons illustrer ici comment le mettre en place, en seulement quelques commandes, à l’aide de Docker.

Déploiements reproductibles dans le temps avec GNU Guix

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
113
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Pour la recherche scientifique comme pour d'autres domaines, on a souvent besoin de reproduire un environnement logiciel à l'identique non seulement sur différentes machines, mais aussi à différents instants dans le temps. Docker et les machines virtuelles, qui sont souvent la solution choisie pour répondre à ce besoin, ont des limitations qu’il est facile de ne pas voir. Cet article illustre l’utilisation de GNU Guix pour des déploiements reproductibles, au bit près, dans l’espace et dans le temps.

Générer et manipuler des images ISO

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Quand bien même leur usage s’est quelque peu atténué au profit d’autres supports de stockage de masse depuis plusieurs années, les CD-ROM et autres DVD-ROM ont toujours une utilité en 2020 : stockage de données, création de disques bootables (pour distributions GNU/Linux entre autres), disques multimédias... S’il est vrai que sa durée de vie a été surestimée à une époque (peut-être pour favoriser son utilisation), la bonne vieille galette n’est pas encore morte, et il lui reste encore de beaux jours à vivre.

Gérez vos projets Git en mode graphique avec GitKraken

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
124
Mois de parution
mars 2021
Domaines
Résumé

Je vous ai précédemment présenté GitLab [0], une forge logicielle utilisant Git vous permettant une gestion globale de vos projets en équipe. Comme nous l’avions vu, une connaissance minimale de Git était nécessaire pour l’utilisation de GitLab. Certains de vos collaborateurs ne sont peut-être pas à l’aise avec la ligne de commandes, ne veulent tout simplement pas l’utiliser ou encore ne veulent pas apprendre la syntaxe des commandes Git. GitKraken [1] est fait pour eux. Il leur permettra de réaliser toutes les opérations Git à l’aide d’une interface graphique.