HAproxy : proxy TCP générique et HTTP

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
45
Mois de parution
décembre 2009
Domaines


Résumé
…ou « comment protéger Apache de Slowloris » : j'ai hésité avec ce titre un peu plus racoleur, mais ce serait un peu trop restrictif. HAproxy est un (reverse) proxy travaillant aux niveaux 4 à 7 du modèle OSI, capable de faire de la répartition de charge et de la haute disponibilité sur les services TCP en général, et HTTP en particulier. Tout ceci avec une grande souplesse de configuration, une extrême fiabilité et des performances bluffantes... Il permet en prime de protéger votre serveur web favori (Apache) des attaques à la mode en ce moment. Tout un programme !

Objectif(s) :

Mettre en place une répartition de charge de manière simple, efficace et surtout souple. Le cas d'école consistera ici à configurer une machine destinée à équilibrer la charge et la répartition entre plusieurs serveurs HTTP Apache. Par effet de bord, cette configuration permettra d'obtenir une solution plus robuste face à des attaques par déni de service ou les problèmes de charge induits par des vers comme Slowloris dont on connaît malheureusement tous les effets.

Outil(s) utilisé(s)

La toute première version de HAproxy, développée par Willy Tarreau, date de la fin de l'année 2000, et a beaucoup évolué en huit ans. HAproxy vient s'ajouter à la liste des reverse proxys et load-balancerslibres, qui sont disponibles pour nos OS favoris Linux/BSD. Il est décrit comme étant particulièrement bien adapté pour le support de très fortes charges HTTP. Il est également capable de gérer la notion de « persistance », ainsi que la manipulation des...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 96% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

mod_md : quand Apache se met à parler couramment Let's Encrypt

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
125
Mois de parution
mai 2021
Domaines
Résumé

L’autorité de certification (AC) Let’s Encrypt a ouvert son service au public le 12 avril 2016. La part du trafic web chiffré ne cessa alors d'augmenter pour représenter actuellement près de 90% du trafic total. Sur le plan technique, Let’s Encrypt a pu réaliser un tel exploit notamment grâce à ACME, son protocole normalisé par l’IETF d’obtention automatisée de certificats. De nombreux clients ACME en ligne de commandes ont été développé et ont répondu à beaucoup de cas d’usage. Plus récemment, une étape supplémentaire a été franchie avec l’intégration de l’obtention de certificats Let’s Encrypt directement au sein de composants d'infrastructures comme HAProxy, Traefik ou les serveurs web Caddy et Apache et son module mod_md. C’est de ce dernier dont nous allons parler ensemble aujourd’hui.

Netcat, l’histoire d’un couteau suisse pour le réseau

Magazine
Marque
Linux Pratique
Numéro
123
Mois de parution
janvier 2021
Domaines
Résumé

Lier le monde de l’administration système et celui du réseau n’est pas chose aisée, ni donné à tout le monde. De nombreux outils présents issus du monde de l’open source essaient désespérément d’y trouver une place. L’un d’entre eux a par ailleurs une longueur d’avance. Permettant de jouer avec la création de socket sur la couche transport du modèle OSI, Netcat rayonne dans le monde underground depuis déjà de nombreuses années. Rien de tel qu’une petite histoire pour parler de ce programme légendaire...

Introduction au dossier : Sécurisez vos serveurs et votre réseau local

Magazine
Marque
Linux Pratique
HS n°
Numéro
49
Mois de parution
novembre 2020
Domaines
Résumé

2020 aura été une année marquante pour nos vies et nos sociétés. Il aura fallu se réinventer, trouver des solutions à des situations exceptionnelles. Dans les entreprises, l'Éducation ou la Santé, la mobilisation des ressources informatiques aura été maximale. Nos infrastructures auront ployé, tangué, parfois presque craqué, mais au final, cela aura tenu.