Apprenez d'abord Python !

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
HS n°
Numéro
40
Mois de parution
janvier 2009
Domaines


Résumé

Même s'ils s'avèrent trop compliqués pour servir de base à l'apprentissage de la programmation, les langages C, C++, Java et Fortran sont encore beaucoup utilisés à cet effet. Python, qui est en revanche un excellent choix pour cet apprentissage, n'est que très rarement enseigné. Il mérite beaucoup plus d'intérêt, d'autant qu'il fait déjà partie des langages les plus utilisés ; C++ et consorts gagneraient à n'être proposés aux étudiants qu'après Python. Cet article est un plaidoyer qui montre les vertus de Python et souligne les défauts rédhibitoires de certains autres langages (notamment C, C++, Java et Fortran) lorsqu'ils sont utilisés pour une introduction à la programmation. J'explique ici pourquoi Python est un bien meilleur choix de premier langage. Une annexe regroupe des conseils pratiques qui permettent d'apprendre Python pour soi-même ou pour l'enseigner à des étudiants.


L'un des principaux buts de l'acquisition d'un premier langage informatique est d'apprendre à programmer. Un bon programmeur possède en effet un savoir-faire indépendant de langages particuliers, sous la forme de la maîtrise d'un ensemble de techniques et concepts informatiques. Python est à mon avis actuellement le meilleur choix pour apprendre la programmation. Ceci n'est pas surprenant, car Python est inspiré du langage ABC, conçu spécialement pour les non-experts [van Rossum]. Python est ainsi facile à apprendre et un programme Python s'écrit rapidement. Ces qualités permettent à l'apprenti programmeur de consolider rapidement ses acquis.

Python n'en est pas moins excellent pour réaliser de larges projets ; il a été créé comme un langage à part entière et non restreint aux débutants, contrairement à ABC [van Rossum]. Une partie de la puissance de Python provient de la disponibilité d'un grand nombre de modules de qualité, qui permettent d'écrire...

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 98% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

C’est l’histoire d’un make…

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
247
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

L’outil make permet de fabriquer des fichiers selon des règles de production décrites dans une syntaxe très simple. Dans cet article, nous allons explorer les grands principes de l’écriture de ces règles et pour ceux qui ne sont pas encore familiers de cet outil, vous faire regretter d’avoir attendu si longtemps pour le connaître…

Un alter ego d’Eliza en Java faisant du calcul symbolique

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
247
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

ELIZA a été l’un des premiers programmes (chatbot) à avoir tenté de communiquer en langage naturel. Cet article est une tentative de démystification du comportement du programme. L’interprétation d’ELIZA présentée ici est une implémentation en français qui intègre la possibilité d’effectuer des calculs de dérivées en calcul symbolique.

Programmation avec le 6502 : vers des jeux plus évolués

Magazine
Marque
Hackable
Numéro
37
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

Nous savons à présent comment exploiter les capacités du 6502 et du PPU de la NES afin de faire des jeux, comme le Pac-Man présenté lors du dernier article. J'espère d'ailleurs que certains d'entre vous ont essayé, et sont parvenus à améliorer ce programme, disponible sur le GitHub du magazine. Aujourd'hui, nous allons voir que les cartouches de jeux elles-mêmes peuvent renfermer des trésors d'ingéniosité électronique, permettant d'augmenter les capacités de base de la console.

À la découverte des namespaces mount et uts

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
247
Mois de parution
avril 2021
Domaines
Résumé

Le namespace mount, premier d'une longue série de namespaces a été ajouté à Linux quelques années après chroot() pour offrir plus de possibilités et de sécurité dans l'isolation des systèmes de fichiers. Introduit peu après et indéniablement plus simple, le namespace uts permet d'instancier les noms de machine. Les conteneurs sont bien entendu les premiers clients de ces fonctionnalités.