Validez vos certificats avec DANE

Magazine
Marque
GNU/Linux Magazine
Numéro
227
Mois de parution
juin 2019
Spécialités


Résumé

À partir de 2011, avec l’augmentation des attaques sur les autorités de certification X.509 [1], le système de vérification hiérarchique des certificats (PKIX – Public Key Infrastructure using X.509) utilisé dans TLS (Transport Layer Security) montre quelques signes de faiblesse. Un second système de vérification utilisant DNS se met alors en place, avec le protocole DANE (DNS-Based Authentication of Named Entities) [2]. Je vous propose donc de voir comment mettre en œuvre tout cela.


 

Le protocole TLS (Transport Layer Security) utilise des clés asymétriques (clé publique et privée) pour mettre en place une communication chiffrée. Afin qu’un client puisse vérifier l’identité d’un serveur, ce dernier envoie sa clé publique sous la forme d’un certificat X.509 (RFC 5280) signé numériquement par une autorité de certification. J’expliquerai ce terme après avoir détaillé le contenu d’un certificat classique.

Un certificat contient plusieurs informations (voir ci-dessous le certificat de Google) : le signataire (le nom de l’autorité ayant signé le certificat), les dates de validité, le sujet décrivant le nom du serveur ou du service utilisé, la clé publique, les utilisations possibles de la clé et les autres noms DNS du serveur, etc.

$ openssl x509 -in wwwgooglecom.crt -text -noout

Certificate:

  Data:

    Version: 3 (0x2)

    Serial Number: 5186358894832547828 (0x47f9a5efb42e77f4)

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 95% à découvrir.
à partir de 21,65€ HT/mois/lecteur pour un accès 5 lecteurs à toute la plateforme
J'en profite


Articles qui pourraient vous intéresser...

La sécurité des communications 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Spécialités
Résumé

Les réseaux 5G commencent à être déployés dans le monde entier, présentés comme le Graal de la technologie cellulaire. Les évolutions proposées par la 5G concernant la sécurité des communications des abonnés sont réelles ; cependant, la technologie actuellement déployée par les opérateurs ne propose bien souvent aucune de ces améliorations. Regardons de plus près ce qui rendra les communications 5G plus sûres à l’avenir.

Introduction au dossier : Tour d’horizon de la sécurité de la 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Spécialités
Résumé

Le présent dossier est consacré à un tour d’horizon de la sécurité de la cinquième génération de téléphonie mobile, la fameuse 5G. Au-delà des promesses usuelles avec l’arrivée d’un nouveau réseau, plus de débit, moins de latence, plus de service, on notera également l’avalanche de buzzwords et de polémiques qui a entouré sa promotion. On pourrait aussi se pencher sur les questions politiques et économiques sous-jacentes au déploiement de cette technologie, mais MISC n’a pas encore de corner géopolitique (il faut, pour cela, savoir lire entre les lignes).

Sécurité des infrastructures 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Spécialités
Résumé

Les réseaux 5G allient encore plus de technologies différentes que les réseaux 4G, ce qui entraîne une complexité de réseau rarement égalée, et donc une sécurité bien difficile à assurer pour les opérateurs comme pour les clients. Malgré les améliorations de sécurité sur le service mobile 5G, il reste de nombreuses manières d’attaquer (et de défendre) les infrastructures 5G de l’opérateur.

Retours d’un hackathon 5G

Magazine
Marque
MISC
Numéro
115
Mois de parution
mai 2021
Spécialités
Résumé

Encore insouciant de la crise qui allait frapper le monde fin 2019, un hackathon de 24h a eu lieu à l’université d’Oulu [1] en Finlande afin d’anticiper les attaques sur les futures installations 5G de manière pratique. Nous verrons dans cet article comment il a été possible d’avoir la main sur la quasi-totalité d’un réseau 5G privé comme celui du campus d’Oulu à partir d’une carte USIM et d’un téléphone 5G. Puis, nous verrons d’autres perspectives en termes de tests d’intrusion avec les outils publics actuels.